Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chronique : X-Wing T-65

Publié le par Nébal

 

Et si on révisait un peu ses classiques ? Et tant qu’à faire ceux de l’Alliance Rebelle, en préparation du prochain guide de la faction ?

 

Il y a alors un morceau de choix, qui demeure au premier plan de la faction après tout ce temps, et c’est le X-Wing T-65. On fera difficilement plus iconique – je veux dire, c’est le vaisseau qui a donné son nom au jeu, doit y avoir une raison... Et c’est du coup aussi le plus vieux (dans le jeu, pas dans le lore, obviously), avec le bon vieux Chasseur TIE/ln de l’Empire Galactique. C’est enfin un des vaisseaux dotés du plus grand nombre de pilotes dans tout le jeu.

 

Il y a un revers de la médaille à cette omniprésence : ces douze pilotes sont disséminés dans trois extensions différentes (quatre en comptant le kit de conversion pour l’Alliance Rebelle)... Dans cet article, je vais d’abord me focaliser sur l’extension v2 X-Wing T-65, dont le contenu se trouve également dans le kit de conversion ; mais il faudra ensuite toucher deux mots des pilotes qui ne se trouvent que dans la boîte de base, et de ceux qui ne se trouvent que dans l’extension Les Renégats de Saw, publiée à la fin de la v1 mais avec déjà du contenu v2, avant même donc que cette nouvelle édition ne sorte. Rapidement, il faudra enfin évoquer une carte spécifique apparue bien plus récemment, dans le paquet d’escadron résistant Hérauts de l’Espoir, car elle vaut aussi bien pour le X-Wing T-65 que pour son successeur le X-Wing T-70.

 

Allez, c'est parti !

LA FIGURINE DE X-WING T-65

 

 

Le X-Wing T-65 est sauf erreur le vaisseau que l’on a retrouvé dans le plus grand nombre d’extensions : six en tout ! Du coup, ça fait beaucoup de figurines...

 

Plutôt cinq que six, cependant, car les deux premières, issues de la boîte de base v1 et de l’extension v1 X-Wing, sont en fait à vue de nez exactement les mêmes, et je n’en ai donc mis qu’une seule sur cette photo, la plus à gauche, dans le rang du fond.

 

Ensuite, nous avons celle de l’extension v1 Transport rebelle, avec des changements assez minimes : la couleur globale est un peu plus claire, et une ligne orange éclaire la proue du chasseur.

 

Les choses changent assez drastiquement avec l’extension Les Renégats de Saw, sortie à la fin de la v1, mais avec déjà du contenu v2 : c’est le X-Wing des partisans de Jedha, au schéma de couleurs noir et blanc, très distinct de celui des rebelles plus classiques. Mais c’est aussi la première figurine de X-Wing T-65 à avoir des parties mobiles (et les suivantes seront dans le même cas) : les ailerons peuvent désormais être ouverts ou fermés, en adéquation avec la configuration Servomoteur S-Foils.

 

Puis nous avons, au premier rang à gauche, la figurine de la boîte de base v2 : on revient à un schéma de couleurs plus classique, et un chouïa plus détaillé.

 

Et, enfin, nous avons la figurine de l’extension v2 X-Wing T-65, très proche, mais dont la ligne rouge sur les flancs est discontinue tandis que les ailerons arborent des chevrons.

 

 

Et c’est bien cette dernière figurine qui nous intéresse plus particulièrement aujourd’hui.

 

 

L’allure du vaisseau est bien connue – c’est après tout un des plus célèbres et importants de la saga, dès Un nouvel espoir, et il deviendra bientôt « le vaisseau de Luke Skywalker ».

 

Vu de face, en position d’attaque, les ailes dessinent ce « X » si iconique.

 

 

Tandis qu’avec les ailerons fermés, on se retrouve face à quelque chose évoquant le plus sobre Chasseur de têtes Z-95-AF4 – un précurseur notable du X-Wing T-65, également conçu par la Corporation Incom.

 

 

La vue de flanc confirme ces deux impressions : ailerons ouverts, on reconnaît immanquablement la singularité du chasseur rebelle...

 

 

... là où, quand le Servomoteur S-Foils est replié, on est face à un « avion » plus classique, plus aérodynamique aussi probablement, ce qui justifie, au moins en vol atmosphérique, la plus grande mobilité qu’autorise cette configuration.

 

 

Le vaisseau a de la gueule, clairement, dans tous les cas.

 

Et, même si en jeu physique les joueurs ne s’embarrasseront pas toujours, voire jamais, de faire correspondre la position des ailerons sur la figurine et le côté applicable de la configuration Servomoteur S-Foils (c’est éventuellement différent sur Tabletop Simulator), le fait que l’on puisse s’y attacher si l’on en a envie est appréciable.

 

 

À titre personnel, je crois que ma figurine préférée, ici, est celle de la boîte de base v2, mais ça se discute.

 

Et, bon : les différences sont minimes, hein (hors parties mobiles par rapport aux figurines v1 antérieures aux Renégats de Saw, le chasseur de ladite extension étant de loin le plus singulier, avec ses couleurs aux antipodes)...

 

Dans tous les cas, un X-Wing est un X-Wing !

LE CHÂSSIS

 

 

Bien ! Nous pouvons maintenant examiner le châssis, en gardant les pilotes pour plus tard.

 

Et, même sans prendre ces derniers en compte, le X-Wing T-65, fleuron des productions de la Corporation Incom, ne manque pas d’atouts – il est à vrai dire l’archétype du jouteur dans X-Wing.

 

Voyons tout cela de plus près...

 

 

En commençant classiquement par le cadran de manœuvres.

 

Celui-ci comprend dix-sept manœuvres en tout, ce qui est bien, un seuil important dans le jeu. Six de ces manœuvres sont bleues, OK, cool, huit sont blanches, très bien aussi, et enfin trois sont rouges, qui sont toutes des manœuvres avancées de retournement, super.

 

Le tout couvre des vitesses allant de 1 à 4 – l’absence de toute manœuvre à vitesse 5 est à noter : sans être à proprement parler lent, le X-Wing T-65 va tout de même moins vite qu’un bon nombre d’autres chasseurs du jeu, notamment tous ceux au profil d’intercepteurs.

 

Pour ce qui est des manœuvres bleues, nous avons les tout droit 1-2 et les virages sur l’aile 1-2. Ce qui est tout à fait appréciable, et même probablement mieux que ça.

 

En termes de manœuvres blanches, il y a les tout droit 3-4, OK, les virages légers 3, OK, et enfin les virages serrés 2-3. Ce qui est bien voire très bien – même si l’on doit relever l’absence de tout virage serré 1 sur ce cadran de manœuvres, fâcheuse si pas insurmontable non plus.

 

Enfin, côté manœuvres rouges, nous avons donc trois manœuvres avancées de retournement (et le fait qu’il n’y ait pas de rouge pour les manœuvres de base, en même temps que seuls les virages serrés 1 sont inaccessibles, est clairement un atout à mettre en avant) ; et ces manœuvres sont des tonneaux de Tallon 3 et un virage Koiogran 4. De bons choix, qui font aller un peu loin, mais qui sont du coup relativement faciles à placer.

 

Un bon et même très bon cadran de manœuvres, clairement – pas celui d’un intercepteur, non, mais presque, et en termes de jouteurs, on ne fera guère mieux (même si le successeur du X-Wing T-65, le X-Wing T-70 de la Résistance, fait du coup un chouia mieux, en ayant exactement le même cadran, sauf que pour lui le tout droit 3 est bleu au lieu d’être blanc – pas la différence la plus significative).

 

 

Passons aux statistiques, qui évoquent là encore un archétype de jouteur.

 

Nous avons une valeur d’attaque de 3 dans l’arc avant, une valeur d’agilité de 2, quatre points de coque et deux boucliers, pour un total de six points de vie.

 

Le X-Wing T-65 tape donc fort, et, pour un petit socle, il est assez tanky. C’est au regard de l’agilité qu’il brille le moins, mais une valeur de 2, surtout avec six points de vie, c’est tout à fait raisonnable.

 

Ce sont de très bonnes statistiques, globalement.

 

 

On relèvera rapidement qu’il existe un profil alternatif, ici, pour Luke Skywalker – qui est un utilisateur de la Force, eh oui, avec une réserve de Force de 2 à récurrence d’une par tour.

 

Attention, toutefois, Luke ne figure pas dans la présente extension, ni même dans le kit de conversion pour l’Alliance Rebelle : on ne le trouve que dans la boîte de base v2... Je reviendrai tout de même sur son cas en fin d’article.

 

 

Voyons maintenant la barre d’actions.

 

En apparence, elle est assez limitée, mais on verra qu’il y a tout de même un twist, ici, non négligeable.

 

Reste que, de base, il n’y a que trois actions en tout, toutes simples, mais, en contrepartie, toutes blanches : concentration, verrouillage et tonneau.

 

On relèvera l’absence de l’évasion... et de l’accélération, mais c’est ici que réside le twist.

 

 

En effet, le X-Wing T-65 a accès à une configuration gratuite (alors pourquoi s’en priverait-on ?), du nom de Servomoteur S-Foils, qui modifie un tantinet son économie d’actions.

 

Côté Servomoteur S-Foils (déplié), ce que l’on appelle parfois « configuration d’attaque », la carte ne produit en fait aucun effet.

 

Mais on peut la retourner avant que le vaisseau ne s’active.

 

 

Dans ce cas, on passe au côté Servomoteur S-Foils (replié), ce que l’on peut matérialiser sur les figurines les plus récentes, dont celle de cette extension, et cette fois cela a des conséquences.

 

Le vaisseau y gagne deux nouvelles actions : une action simple et blanche d’accélération, et une action liée de concentration blanche + accélération rouge.

 

En contrepartie, toutefois, tant que l’on effectue une attaque principale dans cette configuration, on lance un dé d’attaque de moins. Un défaut dont on peut s’accommoder le cas échéant...

 

Enfin, là aussi, on peut retourner la carte avant de s’activer, pour repasser en position d’attaque.

 

Avec cette configuration, l’économie d’actions du X-Wing T-65 est donc passablement améliorée, mais avec des limites.

 

Ce n’est clairement pas le châssis qui brille le plus, ici, sans être mauvais pour autant – c’est juste qu’il y a mieux, bien mieux parfois. En même temps, un jouteur n’est pas supposé avoir l’économie d’actions d’un intercepteur/as, et le X-Wing T-65 se situe donc pile là où il fait sens à cet égard.

 

Il existe une autre carte réservée aux X-Wing (T-65 mais aussi T-70), mais elle ne figure pas dans cette extension, et j’y reviendrai donc tout à la fin de cet article.

 

 

Maintenant, il nous faut conclure cette section par l’examen des coûts en points d’escadron, des emplacements d’améliorations, de la légalité en hyperespace et enfin des mots-clés.

 

En relevant d’emblée une chose : sur les douze pilotes jouables sur ce châssis, six seulement figurent dans cette extension et dans le kit de conversion pour l’Alliance Rebelle. J’ai intégré dans ce tableau les six autres (deux issus de la boîte de base, quatre de l’extension Les Renégats de Saw) à titre de comparaison, mais, pour les distinguer, je les ai mis en italiques.

 

Commençons par les coûts en points d’escadron. Le générique d’entrée de gamme, l’Escorte de l’Escadron Bleu, coûte 38 points d’escadron à poil – autant en fait que le générique « partisan », l’Extrémiste Anges des Cavernes. Et on relèvera immédiatement que le générique avec talent, le Vétéran de l’Escadron Rouge, ne coûte que deux points de plus, soit 40. Ce qui signifie que, si l’on y tient, on peut jouer jusqu’à cinq génériques de quelque type que ce soit.

 

À l’autre bout du spectre, le pilote le plus onéreux est Luke Skywalker, à 61 points d’escadron, ce qui n’est en rien surprenant et se justifie par son statut d’utilisateur de la Force. Mais si l’on s’en tient aux pilotes figurant dans cette extension, le plus coûteux, mais c’est mérité, est Wedge AntillesRed Deux, à 54 points d’escadron, soit sept de moins que Luke, même avec une initiative supérieure. Si l’on prend Luke comme point de référence, le delta est donc de 23 points, mais il n’est que de 16 points si on privilégie la comparaison avec Wedge ; cela reste conséquent, cela dit.

 

Entre les deux extrêmes, on trouve tout d’abord, dans un mouchoir de poche, les trois pilotes nommés des Renégats de Saw (Edrio Deux-Tubes à 42, Leevan Tenza à 43 et Kullbee Sperado à 45), ainsi que le dernier pilote ne figurant pas dans la présente extension, Jek Porkins, à 44 points d’escadron.

 

Ce qui a pour conséquence que tous les pilotes nommés figurant dans cette extension sont dans la tranche haute des coûts, avec donc Wedge au sommet – nous parlons de 46 points d’escadron pour Garven Dreis, et 47 à la fois pour Biggs Darklighter et Thane Kyrell, soit sept points en dessous de Wedge.

 

On voit donc que le champion creuse l’écart, ce que fait encore Luke après lui ; mais avant cela la progression en termes de coûts est très régulière, avec une granularité marquée.

 

Pour ce qui est des emplacements d’améliorations, il importe de distinguer deux groupes parmi tous ces pilotes : le premier rassemble des pilotes de l’Alliance Rebelle au sens le plus strict, tandis que le second est constitué de « partisans » liés à Saw Gerrera et issus de l’extension Les Renégats de Saw – parmi ces derniers, on compte le générique Extrémiste Anges des Cavernes, puis les nommés Edrio Deux-Tubes, Leevan Tenza et Kullbee Sperado ; et tous ces pilotes disposent d’un emplacement d’illégal inaccessible à tous les autres.

 

Sinon, le profil de base du X-Wing T-65 comprend un emplacement de torpilles, un d’astromech, un de modification et un de configuration (pour Servomoteur S-Foils, donc). Cela vaut pour le générique Escorte de l’Escadron Bleu et le nommé Biggs Darklighter. Mais du côté des partisans on doit mentionner ici l’Extrémiste Anges des Cavernes et Edrio Deux-Tubes, qui ont ce même profil sans talent, mais avec donc un emplacement d’illégal en plus.

 

Tous les autres pilotes du châssis sauf un ajoutent un emplacement de talent à ce profil de base. Pour les partisans, cela vaut donc pour Leevan Tenza et Kullbee Sperado, et, concernant les autres, nous parlons du générique Vétéran de l’Escadron Rouge et des nommés Jek Porkins, Garven Dreis, Thane Kyrell et Wedge Antilles.

 

L’exception, c’est bien sûr Luke Skywalker, qui n’a quant à lui pas d’emplacement de talent, mais bien un de pouvoir de la Force.

 

C’est un profil sobre mais efficace, dans l’ensemble. Les torpilles sont redoutables sur ce châssis, et les astromechs toujours bienvenus, qui en démultiplient parfois les aptitudes.

 

Du côté de la légalité au format hyperespace, fluctuante par essence, c’est assez franchement le bordel en ce moment, je ne vois pas bien le critère, s’il y en a un, qui distingue les pilotes jouables de ceux qui ne le sont pas... Quoi qu’il en soit, sont jouables à ce jour les génériques Escorte de l’Escadron Bleu et Vétéran de l’Escadron Rouge, et les nommés Edrio Deux-Tubes, Leevan Tenza, Jek Porkins, Garven Dreis, Thane Kyrell et Luke Skywalker. Ce qui signifie que tous ceux qui suivent sont illégaux : le générique Extrémiste Anges des Cavernes, Kullbee Sperado, Biggs Darklighter et Wedge Antilles. Bon... L’absence de Wedge est dommageable, mais en même temps on l’a tellement vu sur les tapis de jeu...

 

Reste enfin à traiter des mots-clés. Bien sûr, tous les pilotes du châssis disposent du mot-clé « X-Wing », si, à ce jour, cela n’a de conséquence qu’au regard de la possibilité de s’équiper du talent Glissade sur l’arrière, dont je parlerai en fin d’article.

 

Sinon, l’Extrémiste Anges des Cavernes, Edrio Deux-Tubes, Leevan Tenza et Kullbee Sperado ont donc tous le mot-clé « Partisan ». On a vu qu’il permettait d’identifier les pilotes de X-Wing T-65 ayant accès aux améliorations illégales, mais, au-delà, ce mot-clé ne produit pas de lui-même d’effets de jeu à ce jour.

 

Enfin, Luke Skywalker a le mot-clé « Côté Lumineux », ce qui a pour seul effet, à ce jour, qu’il peut s’équiper du pouvoir de la Force Patience... ce qu’il ne fera probablement jamais, parce qu’avec sa capacité spéciale il n’en a probablement pas du tout besoin. On relèvera que Luke n’a pas le mot-clé « Jedi », même si celui-ci ne produit de toute façon pas d’effets de jeu à ce jour.

 

 

Bilan très favorable : un bon voire très bon cadran de manœuvres, des statistiques irréprochables, des coûts très raisonnables, des emplacements d’améliorations adéquats, tout cela fait plus que compenser une économie d’actions vaguement limitée sans être de toute façon mauvaise pour autant.

 

Le X-Wing T-65 est un châssis de qualité, et son aura est parfaitement justifiée.

LES PILOTES

 

 

Mais il nous faut maintenant parler des pilotes de X-Wing T-65, et d’abord des six (sur douze !) qui figurent dans la présente extension (et dans le kit de conversion pour l’Alliance Rebelle).

 

Pour ce qui est des génériques, on commence avec l’Escorte de l’Escadron Bleu (38), qui constitue l’entrée de gamme, mais au même coût que l’Extrémiste Anges des Cavernes, que nous verrons plus loin.

 

La différence, c’est que l’Escorte est initiative 2, là où l’Extrémiste est initiative 1, mais avec un emplacement d’illégal en plus. Honnêtement, je crois que c’est la différence d’initiative qui guide le choix, ici – la VP 1 peut être préférable pour bloquer... Mais ça se discute.

 

Quoi qu’il en soit, à ce coût, on peut donc en jouer jusqu’à cinq si l’on y tient, et avec un peu de rab.

 

 

Le générique « à talent » est le Vétéran de l’Escadron Rouge (40), à initiative 3, qui n’a cette fois pas d’équivalent partisan.

 

C’est un bon générique, surtout à ce coût. L’emplacement de talent est un plus, sans être nécessairement employé. Et dans ce cas on pourrait en jouer cinq là encore, mais à poil et sans marge de manœuvre ; ça se tient, cela dit.

 

 

Passons au premier pilote nommé de cette extension, qui n’est autre que Biggs Darklighter (47), toujours à valeur d’initiative 3, mais sans emplacement de talent, cette fois.

 

Quand un autre vaisseau allié défend à portée 0-1 du vieux pote (poissard) de Luke Skywalker, lors de l’étape de neutralisation des résultats, si Biggs se trouve dans l’arc d’attaque, alors il peut subir un dégât ou un critique pour annuler un dégât ou critique correspondant.

 

En somme, il prend des coups à la place des autres – idéalement d’un vaisseau que vous avez vraiment envie de protéger. C’est une capacité honnête, mais moins puissante sans doute que celle de la version v1 de Biggs – on le voyait sur les tapis de jeu à l’époque, sauf erreur, mais c’est beaucoup moins fréquent aujourd’hui, si pas totalement exclu.

 

 

Puis nous avons Garven Dreis, qui coûte en fait un point d’escadron de moins (46), alors qu’il a une valeur d’initiative de 4 et un emplacement de talent.

 

On notera qu’il s’agit aussi d’un pilote de Chasseur ARC-170 au sein de l’Alliance Rebelle, avec le même sous-titre de Red Leader, et, donc, la même capacité spéciale.

 

Adonc, après avoir dépensé un marqueur de concentration, on peut choisir un vaisseau allié à portée 1-3 (donc pas lui-même). Dans ce cas, ce vaisseau gagne un marqueur de concentration.

 

C’est une aptitude de partage ou circulation des marqueurs, un trait assez commun de l’Alliance Rebelle. La condition de dépense rend cette aptitude un peu aléatoire, aussi Garven n’était-il pas forcément beaucoup joué jusqu’à une époque récente, même si on le croisait de temps en temps (par exemple dans des listes conçues pour buffer Wullffwarro).

 

Mais c’est pas mal, quand même, et fonctionne bien voire très bien avec d’autres pilotes portés sur le partage de marqueurs, comme Hera Syndulla pilote de A-Wing RZ-1. Une liste du méta rebelle actuel associe d'ailleurs les deux, pour un effet potentiellement terrible, et la cote de Garven a donc récemment augmenté.

 

 

Nous avons ensuite Thane Kyrell, qui coûte à son tour 47 points d’escadron, comme Biggs Darklighter, mais avec une VP de 5 et un emplacement de talent.

 

La capacité spéciale de Thane est assez sympathique, même si peut-être plus sur le papier qu’en jeu : quand il effectue une attaque, il peut dépenser un résultat non vierge (garde-fou nécessaire...) pour regarder les cartes de dégâts face cachée du défenseur, en choisir une et la mettre face visible.

 

C’est potentiellement très puissant, si un peu situationnel (le défenseur doit avoir des cartes de dégâts face cachée, et vous devez être prêt à sacrifier un résultat non vierge – cela dit, vous ne vous en priverez pas sur une attaque qui a toutes les chances de rater, ou si vous n’avez pas de moyen de convertir un résultat concentration, par exemple). Mais un Coup au but ! ici, un Pilote paniqué là, ou encore un Dommage structurel là-bas (qui prendrait effet immédiatement, avant que le défenseur ne lance les dés...), et choisi, c’est tout de même quelque chose.

 

Sur le papier, du moins. Et si on croise régulièrement Thane Kyrell sur les tapis de jeu, je dirais que c’est d’abord et avant tout parce qu’il est un pilote à initiative 5 pour un prix très abordable – là où Wedge Antilles et surtout Luke Skywalker coûtent bien plus cher...

 

Quoi qu’il en soit, il fait partie des meilleurs pilotes sur ce châssis.

 

 

Mais le meilleur, en tout cas dans cette extension, mais probablement le meilleur tout court, c’est bien Wedge AntillesRed Deux (54), à distinguer de sa plus récente version A-Wing RZ-1, Wedge AntillesPilote prometteur. Le Wedge X-Wing est le Wedge classique...

 

Déjà, bien sûr, il se distingue par son initiative supérieure, à 6, et c’est déjà en soi une bonne raison de le jouer.

 

Mais, en outre, il a une capacité spéciale très forte : tant qu’il effectue une attaque, quelle qu’elle soit, le défenseur lance un dé de moins.

 

Paf. Comme ça. Pas de condition d’arc comme pour Manœuvre improbable, pas de limitation aux attaques primaires, rien de la sorte, le défenseur lance un dé de moins et pis c'est tout.

 

Wedge est une valeur sûre. Un des pilotes nommés rebelles les plus régulièrement joués, en raison de sa fiabilité très appréciable pour un coût très décent.

 

Et nous avons fait le tour des pilotes de X-Wing T-65 figurant dans cette extension. Il en reste cependant six répartis dans deux autres boîtes, que nous examinerons plus tard.

UNE AMÉLIORATION REBELLE : ALTRUISME

 

 

En attendant, cependant, il faut rapidement évoquer les améliorations figurant dans cette extension – et ça ira assez vite, parce que, outre le Servomoteur S-Foils déjà envisagé, nous n’avons que quatre cartes à évoquer.

 

Dont une seule spécifique à l’Alliance Rebelle : le talent Altruisme (2), qui est le talent « adjectif » originel de la faction – non, les traducteurs n’avaient pas bien pigé le côté « adjectif », ici...

 

Tant qu’un autre vaisseau allié à portée 0-1 défend, avant la neutralisation des résultats, si le vaisseau équipé d’Altruisme se trouve dans l’arc de l’attaque, alors il peut subir un dégât critique pour annuler un dégât critique sur la cible originelle.

 

Sur le papier, cette faculté de répartition des dégâts peut sembler pas mal. Elle est toutefois soumise à pas mal de conditions : la portée est restreinte, il faut se trouver dans l’arc d’attaque, et seul un critique peut être ainsi transféré. Du coup l’effet d’Altruisme ne se déclenche pas aussi souvent qu’on pourrait le croire. Le coût de l’amélioration a un peu baissé, cela dit, et de temps en temps on peut croiser une liste avec ce talent spammé, mais ça fonctionne plus ou moins bien – et dans mon expérience en tout cas, ça n’en vaut le plus souvent pas vraiment la peine, hélas...

 

LES AMÉLIORATIONS GÉNÉRIQUES

 

 

Puis nous avons trois améliorations génériques (seulement).

 

Pour ce qui est des armes, nous avons des Torpilles ioniques (4), lesquelles procurent une attaque ionique à quatre dés rouges, mais avec seulement deux charges.

 

Ces torpilles étant relativement peu chères (pour des torpilles, s’entend), et tapant assez lourd, elles sont généralement assez rentables, sur un X-Wing T-65 ou tout autre châssis.

 

 

Après quoi, côté personnel embarqué, nous avons deux astromechs.

 

Et tout d’abord un Astromech R2 (coût variable en fonction de l’agilité, 5 points sur un X-Wing T-65).

 

Il procure une option de régénération – que l’on retrouve régulièrement sur ses avatars nommés, comme les trois versions de R2-D2.

 

La carte vient avec deux charges. Après avoir révélé son cadran de manœuvres, on peut dépenser une de ces charges et gagner un marqueur de désarmement pour récupérer un bouclier.

 

Le marqueur de désarmement est un problème, bien sûr, mais pas toujours autant qu’on le croirait : un vaisseau choisissant de se régénérer ainsi se positionnera en conséquence, après tout.

 

On voit donc régulièrement cet astromech – et j’aurais envie de dire tout spécialement sur les X-Wing T-65. Luke Skywalker, notamment, y est souvent associé, quand il n’a pas les moyens ou l’envie de recourir à R2-D2 pour un effet similaire mais plus ample.

 

 

Enfin, nous avons un Astromech R4 (2), lequel peut être équipé uniquement sur des petits vaisseaux, comme le X-Wing T-65.

 

Pour un coût dérisoire, cet astromech diminue la difficulté de toutes les manœuvres de base à vitesse 1-2.

 

Ce qui, dans l’absolu, est très bien ! Sur un Y-Wing, par exemple. Mais sur un X-Wing T-65, le seul effet est de rendre bleus les virages serrés 2... On aura probablement mieux à faire.

 

Et nous avons fait le tour de l’extension.

LE X-WING T-65 EN DEHORS DE L’EXTENSION

 

Boîte de base

 

 

Pourtant, il reste bien des choses à dire concernant le X-Wing T-65 – dans la mesure où six pilotes de ce châssis se trouvent dans deux autres extensions, et une carte d’amélioration spécifique dans une troisième...

 

On va commencer par les pilotes... et revenir en fait à la boîte de base de la v2, car elle comprend deux pilotes de X-Wing T-65 introuvables ailleurs (kit de conversion inclus), ce que je trouve à vrai dire un peu problématique ; surtout dans la mesure où un de ces deux pilotes est particulièrement bon et iconique...

 

 

Mais commençons par son collègue plus anecdotique (et c'est peu dire), Jek Porkins (44), initiative 4, avec emplacement de talent.

 

Après avoir reçu un marqueur de stress, il peut jeter un dé rouge pour le retirer – mais, sur un résultat dégât, il subit un dégât... et ça fait trois chances sur huit, tout de même !

 

Bon, c’est une capacité spéciale assez franchement naze, on ne le voit jamais...

 

 

En revanche, l’autre pilote de X-Wing T-65 spécifique à la boîte de base... n’est autre que Luke Skywalker, et le fermier est très balaise, et surtout un utilisateur de la Force, ce qui justifie son coût supérieur de 61 points d’escadron, soit sept de plus que Wedge. Mais, à ce coût, on a un très bon pilote à initiative 5, avec deux marqueurs de Force et un emplacement de pouvoir de la Force au lieu du slot de talent.

 

Et il a une capacité spéciale très intéressante : après qu’il est devenu le défenseur, mais avant que les dés ne soient lancés, il peut récupérer une Force.

 

Ce qui signifie qu’il aura toujours au moins une Force en défense. Cela peut l’inciter à en faire un usage plus agressif, parce qu’il peut compter là-dessus, davantage que n’importe quel autre forceux. Et ça le rend bien plus résilient que beaucoup, en conséquence.

 

Luke est notoirement une plaie en fin de partie, quand les attaques s’épuisent et qu’il survit à chaque tir. C’est encore plus vrai s’il se munit d’un astromech conçu pour régénérer ses boucliers, soit un Astromech R2 ou R2-D2 (forcément...), et c’est un archétype assez courant, en fait.

 

Luke et Wedge sont les pilotes les plus chers sur ce châssis, mais ils le valent bien, chacun pour des raisons qui lui sont propres. Ils sont clairement au-dessus du lot. Il n’en est que plus regrettable que Luke Skywalker ne figure que dans la boîte de base, surtout à l’heure où on peut se procurer gabarits, cartes de dégâts et dés sans passer par l’achat de celle-ci – c’est un peu une taxe, du coup...

 

Les Renégats de Saw

 

 

L’autre extension comprenant des pilotes inédits de X-Wing T-65, c’est Les Renégats de Saw.

 

Cette boîte, issue de la dernière vague de la v1, contenait déjà du matériel v2 – comme l’extension TIE Reaper pour l’Empire Galactique ; et comme elle, elle se basait sur Rogue One.

 

L’extension rebelle comprenait deux vaisseaux : un U-Wing UT-60D, et, donc, un X-Wing T-65 – avec un schéma de couleurs à base de noir, évocateur des partisans de Jedha.

 

Et y figuraient donc quatre pilotes pour le châssis qui fait l’objet de cet article. Pour mémoire, ils ont tous le mot-clé « Partisan », même s’il ne produit pas d’effet de jeu à ce jour, et, surtout, ils ont tous un emplacement d’amélioration illégale qui fait défaut à tous les autres pilotes de X-Wing T-65.

 

 

Le premier de ces pilotes est un générique : il s’agit de l’Extrémiste Anges des Cavernes. Comme on l’a vu plus haut en traitant de sa contrepartie « classique », l’Escorte de l’Escadron Bleu, pour un même coût de 38 points d’escadron, il a une valeur d’initiative inférieure (1 au lieu de 2), mais aussi, donc, un emplacement d’amélioration illégale.

 

Selon votre optique de jeu, vous privilégierez l’un ou l’autre. À titre personnel, je crois que je favoriserais un peu le partisan, car l’initiative 1 peut être un atout, si vous cherchez à bloquer votre adversaire.

 

 

Puis nous avons trois pilotes nommés.

 

Le premier est Edrio Deux-Tubes, qui, à 42 points d’escadron, est le pilote limité le moins cher sur ce châssis (les partisans, globalement, sont moins chers que les rebelles « classiques », seul le passablement mauvais Jek Porkins se trouve dans leur échelle de prix). Il a une valeur d’initiative de 2, et pas d’emplacement de talent.

 

Avant de s’activer, s’il est concentré, il peut effectuer une action.

 

L’idée est donc de lui faire gagner un marqueur de concentration avant qu’il ne s’active, et ici sa VP de 2 ne facilite pas forcément la tâche. Pourtant, il y a plusieurs moyens de le faire : une coordination via AP-5, par exemple, ou, plus fluffique, on passe par le frangin, Benthic Deux-Tubes, pilote de U-Wing UT-60D, qui peut lui refiler un marqueur à la même initiative (et pourrait éventuellement faire usage d’un Copilote perspicace pour demeurer concentré lui-même).

 

C’est pas mal, en fait, avec une liste bien conçue... Mais il ne faut probablement pas en attendre des miracles non plus.

 

 

Puis nous avons Leevan Tenza, pour un point de plus seulement (43), à valeur d’initiative 3 et avec emplacement de talent.

 

Après avoir effectué une action de tonneau ou d’accélération, il peut effectuer une action d’évasion rouge.

 

On rappellera que le châssis n’a normalement pas accès à l’évasion. Le stress n’est pas forcément un problème sur un X-Wing T-65, alors, fonction des circonstances, pourquoi pas... mais je doute que Leevan soit un premier choix, du moins sur la seule base de cette capacité spéciale.

 

 

Enfin, nous avons Kullbee Sperado (45), initiative 4 avec emplacement de talent.

 

Après avoir effectué une action de tonneau ou d’accélération, tiens, lui aussi, il peut retourner sa carte de configuration équipée (Servomoteur S-Foils, donc).

 

L’idée, c’est de s’activer côté (replié), de faire une accélération blanche, ou une action liée concentration + accélération rouge, et de retourner alors la carte sur la position d’attaque – du coup, Kullbee peut ainsi bénéficier des options d’accélération du côté (replié) sans avoir à subir la pénalité d’un dé en moins sur ses attaques principales.

 

Ce qui se tient, pourquoi pas.

 

Globalement, les pilotes partisans sont un peu moins bons que les rebelles « classiques », cela dit (à l’exception de Jek Porkins, qui est clairement en dessous). Ils se situent un peu dans la même zone que Garven Dreis (hors build ultra spécifique) ou Biggs Darklighter, mais Thane Kyrell, probablement, et en tout cas Luke Skywalker et Wedge Antilles, sont clairement dans la classe supérieure.

 

Hérauts de l’Espoir

 

 

Reste une dernière carte à mentionner, une amélioration cette fois, et issue d’une autre extension encore : Hérauts de l’Espoir, soit le paquet d’escadron pour la Résistance.

 

En effet, y figure – en trois exemplaires – une carte ayant pour mot-clé « X-Wing », sans autre précision, et qui vaut donc autant pour les X-Wing T-70 de la Résistance que pour les X-Wing T-65 rebelles.

 

 

Il s’agit du talent Glissade sur l’arrière (2).

 

Il ne peut donc être équipé que sur un X-Wing, avec une carte de configuration équipée – et donc ici Servomoteur S-Foils, qui est gratuit de toute façon et sans alternative, alors, bon.

 

Quand on effectue un tonneau ou une accélération, si la carte de configuration équipée a le côté (replié) en face visible, c’est-à-dire celui qui améliore la manœuvrabilité au détriment de la puissance de feu, alors on peut se déplacer à travers les obstacles ou les chevaucher. Ce qui est très bien.

 

Ensuite, bonus appréciable, si, après avoir effectué cette action, on n’est pas à portée 0 de l’obstacle traversé (autrement dit, si on ne le chevauche pas au terme de l’action, on l’a seulement traversé), alors on gagne un marqueur d’évasion.

 

C’est assez chouette – même si peut-être davantage optimisable du côté de la Résistance, avec la modification Surcharge des propulseurs, qui, en « allongeant » les tonneaux et les accélérations, garantit peu ou prou de ne pas chevaucher l’obstacle au terme de l’action, ce qui est tout bénéf, ou Temmin Wexley Black Deux, qui peut permettre ensuite de retourner la configuration en mode d’attaque pour bénéficier de la pleine puissance de feu, en faisant gagner tant qu’à faire un marqueur de calcul, au prix d’un marqueur de contrainte. Mais ici, côté Rebelles, Kullbee Sperado aurait également son mot à dire, de manière plus individualisée, je suppose.

 

Il y a du potentiel.

 

CLASSÉ X

 

 

Et cette fois on a bien fait le tour de tout ce qui concerne le châssis.

 

Sans surprise, il est très bon – il se doit de l’être, d’une certaine manière : il a donné son nom au putain de jeu, après tout ! Et il ne déçoit pas : depuis le début et jusqu’à aujourd’hui, le X-Wing T-65 s’est toujours montré fiable. C’est une valeur sûre, peut-être la plus sûre du jeu en fait.

 

C’est un jouteur idéal, qui tape fort et encaisse bien, bouge plutôt pas mal, et bénéficie, au moins à hautes VP, de capacités spéciales souvent intéressantes voire bien plus que cela. Wedge est toujours redoutable, Luke toujours chiant à tomber, et certains de leurs copains sont également en mesure de briller, comme Thane Kyrell ou, tout spécialement là maintenant tout de suite, au regard du méta rebelle, Garven Dreis.

 

Et voilà pour aujourd'hui... Dans les vieilleries rebelles, j’ai aussi l’extension Y-Wing BTL-A4 à chroniquer, donc on se retrouvera probablement bientôt pour ça.

 

(Et si l’avalanche de révélations de la part d’AMG se calme un peu, je pourrai tenter des previews sur les futures sorties pour le Premier Ordre et la Résistance, mais bon sang que je regrette les gros articles de FFG par rapport à cette dissémination sur divers réseaux sociaux au petit bonheur la chance...)

 

À bientôt dans tous les cas...

 

 

Random Academy Pilot est en partenariat avec la boutique Maxi Rêves, sise à Abbeville (et que vous pouvez aussi retrouver sur sa page Facebook ici) !

 

Cela signifie que, si vous créez un compte chez Maxi Rêves, vous pouvez contacter le gérant pour l’informer de ce que vous venez de ma part. Cela vous permettra d’obtenir une remise globale de 10 % sur toute la boutique !

 

Merci à Maxi Rêves pour son soutien !

 

Et à bientôt...

 

 

Commenter cet article