Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Autour de Docteur Aphra (01)... et de Dark Vador, pour le coup

Publié le par Nébal

 

Depuis que Disney a récupéré la licence Star Wars, et a (re)chargé Marvel de produire des BD s’inscrivant dans le même univers étendu que les films, on a pu constater un certain nombre de différences par rapport aux BD antérieures de Dark Horse, pour le meilleur et pour le pire (même si je dirais globalement pour le meilleur).

 

Notamment, les auteurs se sont montrés plus... prudents ? Pas du genre à vouloir introduire vraiment de gros bouleversements de l’univers, ce qui est l’apanage des films et éventuellement (probablement ?), désormais, des séries également (même si on a parfois des cas limites, peut-être, comme La Mort de l'espoir).

 

Le fait d’inscrire les récits dans des timelines bien définies y a eu sa part, et la série Poe Dameron en est un bon exemple, qui a choisi de se focaliser sur un héros jugé moins essentiel au récit (alors encore en cours de développement) que Rey ou Kylo Ren, et qui, surtout, se déroulait pour sa majeure partie avant Le Réveil de la Force, histoire de laisser du champ pour les épisodes VIII et IX encore à venir.

 

Mais une autre dimension, et à mon sens davantage problématique, de cette frilosité générale, c’est le relatif manque de nouveaux personnages récurrents dans l’ensemble des séries Marvel de la licence, du moins j’en ai l’impression.

 

Même si je suppose que c’est un peu moins vrai pour ce qui est des antagonistes : l’Agent Terex, ou la reine Trios de Shu-Torun, en sont de bons exemples (et il y en aurait d’autre, mais dont je suis moins fan, comme les SCAR Troopers) ; et en reconnaissant, oui, que Trios n’est initialement pas une antagoniste à proprement parler, mais qu’elle le devient plus tard.

 

Reste que, du côté des héros, même avec une moralité plus que douteuse, s’entend, il y a beaucoup moins de noms à citer : il y a bien Sana Starros, « la femme de Han Solo », mais elle me saoule pas mal et demeure assez secondaire de manière générale (on en parlera quand même dans cet article) ; plus récemment, Beilert Valance a été tiré de l’univers Légendes (ce qui est déjà une confirmation de cette relative pénurie, quelque part), mais ne m’a pas encore convaincu ; et il est trop tôt pour que je me prononce en ce qui concerne la Haute République (entreprise transversale, ce qui biaise un peu – notez qu’il en allait de même pour TIE Fighter par rapport à L’Escadron Alphabet, en même temps que la BD se présentait comme une sorte de suite à Han Solo : Cadet impérial, BD elle-même une préquelle, on va dire, du film Solo, ouf).

 

Mais il y a une exception majeure – qui, au travers d’une réaction en chaîne, en a suscité quelques autres... et c’est Docteur Aphra. Apparue tout d’abord en tant que personnage secondaire (mais au rôle crucial) dans la série Dark Vador (2015) scénarisée par Kieron Gillen, et présente sur toute la durée de ladite, ainsi que dans le crossover Vador abattu et un arc de la série Star Wars, elle a été récompensée de ses talents et de son charisme en obtenant ensuite une série à son nom, cas unique, et cette série a bien duré, jusqu’à la fin de l’arc global de Marvel situant ses séries principales dans l’intervalle entre Un nouvel espoir et L’Empire contre-attaque. Et depuis, une nouvelle série Docteur Aphra a été lancée pour la période se situant entre L’Empire contre-attaque et Le Retour du Jedi, la temporalité actuelle des séries Marvel régulières.

 

Et ce n’est pas tout : autour de Chelli Lona Aphra gravitent bien d’autres personnages récurrents, qui ont grandi en importance et en charisme précisément du fait de cette association (en fait, Sana Starros, mentionnée plus haut, en fait partie à certains égards, comme on le verra).

 

Et il y a là tout un vivier pour X-Wing, qui ne demande qu’à être exploré par AMG – car deux seulement de ces personnages ont à ce jour été transposés dans le jeu, et ce sont les droïdes psychopathes 0-0-0 et BT-1 (dès les kits de conversion, pourtant !). Je les adore, mais il y a encore de quoi faire, et c’est peu dire...

 

Je me propose donc, dans cette série d’articles, d’examiner un peu tout ça de plus près – et pour cette première livraison, je vais m’en tenir à Aphra et ceux qui gravitent autour d’elle avant la création de la série Docteur Aphra... et je vais donc essentiellement parler de la série Dark Vador (2015).

 

RÉSUMÉ DES ALBUMS

 

 

Dans cet article, je vais donc m’en tenir à toutes les apparitions d’Aphra et de son entourage antérieures à la (première) série titrée Docteur Aphra. Mine de rien, ça couvre tout de même six TPB, pour l’essentiel scénarisés par Kieron Gillen...

 

Dans l’ordre, nous avons donc Dark Vador, t. 1 – Vador ; puis Dark Vador, t. 2 – Ombres et mensonges ; ensuite le crossover Vador abattu (entre les séries Dark Vador et Star Wars, incluant un épisode hors-série) ; après quoi on fait un détour du côté de la série Star Wars pour son t. 3, Prison rebelle ; et on revient enfin à la série Dark Vador pour les t. 3, La Guerre Shu-Torun (par la bande, ceci dit, en ce qui concerne spécifiquement Aphra) et 4, En bout de course – là où la série s’achève dans un feu d’artifice.

 

 

À noter, l’ensemble de ces volumes (à l’exception de Prison rebelle, attention !) a été compilé dans le gros omnibus Absolute Dark Vador, très beau mais très encombrant et guère maniable (c’est sous cette forme que j’ai lu l'essentiel de tout ça).

Dark Vador (2015), t. 1 : Vador

 

 

Résumons un peu, à la hache laser, ce qui se passe dans ces six albums – en essayant autant que possible de s’en tenir à ce qui concerne directement Aphra et son petit groupe.

 

Il faut cependant pour cela donner au moins une idée de la trame globale de la série Dark Vador, scénarisée par Kieron Gillen.

 

Nous sommes entre Un nouvel espoir et L’Empire contre-attaque. Vador, seul survivant impérial de la bataille de Yavin, pour ce qu’on en sait, a été humilié, et l’Empereur ne manque pas de le signifier à son apprenti.

 

 

En fait, Palpatine laisse entendre que, si Vador ne redresse pas la barre d’une manière ou d’une autre, il n’aura aucun scrupule à le remplacer, probablement en faisant appel aux créations du Docteur Cylo, un parfait ersatz de savant fou qui, outre qu’il se clone lui-même, produit des cyborgs très malaisants.

 

 

En attendant, Vador est relégué à un statut subalterne : il est soumis au grand général Tagge, qui n’avait jamais cru en l’Étoile de la Mort, y préférant une flotte de super destroyers stellaires, et qui a été récompensé de son scepticisme prophétique en devenant le chef suprême des forces impériales quand Tarkin a fait pOuF.

 

Tagge n’a pas confiance en Vador non plus, et apprécie visiblement de le tenir en laisse, en même temps qu’il délègue à des « assistants » le soin de surveiller le Sith et de lui faire des rapports sur le moindre de ses faits et gestes.

 

 

Mais Vador ne reste pas passif.

 

D’une part, il dépêche des chasseurs de primes (Boba Fett et Krrsantan le Noir) afin de retrouver le pilote qui a détruit l’Étoile de la Mort, ou au moins d’établir son identité – car il en a sans doute une petite idée dès le départ...

 

 

D’autre part, il entreprend de se constituer une armée privée et secrète, sur la base de vieux droïdes séparatistes et des chaînes de montage abandonnées sur Geonosis, au cas où les choses tourneraient encore plus au vinaigre avec Palpatine – il envisage clairement, dès ce moment, de le renverser.

 

Mais un tel projet demande un financement à la hauteur, et Vador donne toute latitude à ses sbires pour trouver les fonds nécessaires, quitte à ce que ce soit en pillant des convois impériaux ou en montant des escroqueries d’ampleur.

 

 

Et c’est ici qu’intervient Chelli Lona Aphra.

 

Si on lui attribue très tôt son titre de « docteur », et si une fameuse réplique, lors de sa première apparition (dans l’épisode #3), la pose d’emblée en miroir d’Indiana Jones (« Sa place est dans une armurerie ! »), on la présente d’abord surtout comme une sorte de trafiquante d’armes, et de droïdes au premier chef, dont elle est spécialiste, plutôt que comme une archéologue à proprement parler.

 

 

C’est pour ce bagage bien spécifique que Vador l’approche en personne, tandis qu’elle est à la recherche de la « matrice de personnalité 0-0-0 », un droïde de protocole reconverti en tortionnaire sadique et totalement ingérable, qui prend la poussière depuis des siècles (l’Initiative Tarkin ayant entretemps tenté d’en faire quelque chose... et échoué).

 

Aphra le « réveille » ainsi, en lui attribuant deux « maîtres » : Vador et elle (ce qui sera d’une importance cruciale par la suite – et qui explique au passage les prérequis de faction de cet équipage dans X-Wing).

 

 

Puis, grâce à 0-0-0, elle peut ensuite faire de même pour BT-1 (d’où le même prérequis de faction dans X-Wing), qu’elle avait déjà récupéré – un « prototype de blastomech » de l’Initiative Tarkin, soit en apparence un astromech tout ce qu’il y a de banal, sauf qu’il cache dans sa toute petite structure des missiles et des lance-flammes à foison (de manière totalement irréaliste, mais ça fait partie de la saveur du personnage).

 

 

Les deux droïdes demeureront liés par la suite, l’un n’ira presque jamais sans l’autre.

 

 

Aphra sait qu’elle n’a pas le choix : elle doit exécuter les volontés de Vador. Mais elle sait aussi, et le lui dit, qu’elle se doute bien que notre asthmatique préféré la tuera quand il n’aura plus besoin d’elle...

 

Cela semble lui convenir, d’une certaine manière : elle éprouve un certain respect pour Vador, en fait, et pour ce qu’il incarne...

 

Elle lui demande juste une chose : quand le moment sera venu, qu’il fasse usage de son sabre laser – surtout, qu’il ne l’expulse pas dans l’espace, perspective qui la terrifie... Réplique à noter, elle aura son importance plus tard.

 

 

Quoi qu’il en soit, après diverses péripéties sur Geonosis ou face au Docteur Cylo, le TPB se conclut sur une scène importante : Boba Fett apprend au sombre seigneur des Sith l’identité du pilote ayant détruit l’Étoile de la Mort – il se nomme Skywalker...

Dark Vador (2015), t. 2 : Ombres et mensonges

 

 

On passe au deuxième tome de la série Dark Vador, intitulé Ombres et mensonges.

 

Un titre approprié, tant les secrets, les manipulations, les traitrises, abondent dans ce TPB...

 

 

Nous voyons d’abord une petite bande constituée d’Aphra, 0-0-0, BT-1, Krrsantan le Noir, Bossk, IG-90 et Beebox se livrer à un audacieux casse – mais il se trouve qu’Aphra et Krrsantan doublent les autres, récupérant l’essentiel du magot.

 

Bien sûr, Aphra, ici, obéissait aux ordres de Vador... lequel se voit confier par Tagge la mission d’enquêter précisément sur ce vol, en compagnie de l’inspecteur Thanoth (le remplaçant, bien plus compétent, d’un premier « assistant » vite éliminé). Il fait ce qu’il peut pour détourner les soupçons, ce qui n’est pas si simple, si l’enquête s’oriente sur une cellule rebelle appelée les « Diables de Plasma », dont à vrai dire l’existence même suffit à tout complexifier.

 

 

Mais Vador a aussi confié à Aphra une mission plus mystérieuse : elle doit retrouver... un entrepreneur de pompes funèbres, qui officiait sur Naboo – et ce Commodex Tahn s’était occupé des funérailles de Padmé Amidala.

 

Pour lui extorquer des renseignements, Aphra n’y va pas par quatre chemins, et permet à 0-0-0 d’exercer ses talents de tortionnaire, avant d’exécuter le pauvre homme. Je crois que c’est un des passages les plus sombres de la carrière d’Aphra, ici son amoralité noue vraiment le ventre...

 

Commodex Tahn, en revanche, gagne notre estime. Il confirme que Padmé était enceinte au moment de sa mort, ce qu’il paraissait difficile de nier. En revanche, jouant sur les questions biaisées d’Aphra et 0-0-0, il parvient à dissimuler le fait que la sénatrice était enceinte de jumeaux : oui, elle a accouché d’un fils... mais il réussit à cacher l’existence de la fille.

 

Notons que cette scène assez douloureuse est aussi l’occasion pour Aphra d’expliquer pourquoi, toute racaille qu’elle soit, elle envisage l’Empire d’un œil assez favorable (disons dès l’instant qu’il ne vient pas trop l’ennuyer elle) ; mais on y reviendra plus tard, en creusant un peu le personnage.

 

 

Vador a ensuite une autre mission pour Aphra. En effet, Tagge a confié la tâche de retrouver le pilote qui a détruit l’Étoile de la Mort à Karbin, une des créations de Cylo, un cyborg mon calamari et de toute évidence un grand admirateur du général Grievous.

 

Maintenant que Vador sait ce qu’il en est de l’identité de ce pilote, il ne peut pas se permettre qu’un autre que lui le retrouve. Il avance officiellement que c’est une vengeance personnelle qui l’anime, mais charge en secret Aphra de retrouver Skywalker avant Karbin.

 

 

Et là les choses se compliquent, avec notamment l’implication de La Mise, qui est une sorte d’indic ultime. Aphra avait déjà eu recours à ses services pour retrouver Commodex Tahn, et maintenant c’est Skywalker qu’elle veut – La Mise lui dit qu’il se trouve sur une planète du nom de Vrogas Vas.

 

Mais l’enquête sur le vol et les Diables de Plasma conduit justement Vador et Thanoth auprès de La Mise. L’indic est sur le point de tout balancer, aussi Vador le tue-t-il avant qu’il ne puisse l’incriminer via Aphra.

 

Il songe à éliminer Aphra également, à ce stade : elle en sait beaucoup trop désormais... mais notre héroïne sauve sa peau (temporairement) en informant Vador que Skywalker se trouve sur Vrogas Vas.

 

 

Problème : oui, Skywalker se trouve bien sur cette planète... mais ce qu’Aphra ne sait pas, c’est qu’il est loin d’y être seul : il y a des régiments entiers de rebelles avec lui !

 

Et ce n’est pas tout : Karbin avait bien compris que Vador attachait beaucoup d’importance au fait de retrouver le pilote rebelle en personne, s’il n’était pas forcément certain de ses motivations. Il a fait en sorte de savoir où Vador se rendrait pour enquêter... et il est prêt à intervenir avec tout l’appui officiel de l’Empire derrière lui.

 

Du coup, sur Vrogas Vas, Vador devra peu ou prou affronter seul à la fois un énorme contingent de rebelles (et outre Skywalker cela inclut tous nos héros classiques, la princesse Leia, Han Solo, Chewbacca, etc.) et un contingent pas moins redoutable d’impériaux avec Karbin à leur tête.

 

Aphra réalise un peu tardivement que tout cela était une sorte de piège, et qu’elle a envoyé Vador en plein dedans...

Vador abattu

 

 

On passe donc au crossover Vador abattu, qui, après un fabuleux épisode hors-série (scénarisé par Jason Aaron, alors en charge de la série Star Wars, et magnifiquement illustré par Mike Deodato, Jr), alterne entre les séries Star Wars et Dark Vador.

 

Et disons-le d’emblée, j’aime beaucoup cet album – c’est probablement le TPB que j’ai préféré dans toutes les BD Marvel de la licence, avec La Mort de l’Espoir (le tome 9 de la série Star Wars, scénarisé par Gillen). Parce que c’est ultra épique (Vador seul contre tous !), c’est bourré d’action et de rebondissements, certains personnages y gagnent en complexité (dont Aphra elle-même, mais aussi d’une certaine manière Han Solo et Leia, dont l’opposition est très bien vue), et c’est graphiquement très bon (l’épisode inaugural, notamment).

 

 

Mais l’idée de base, c’est donc bien Vador seul contre tous.

 

Et ça commence dans l’espace, avec Dark Vador dans son TIE Advanced x1 qui sème la destruction parmi les X-Wing T-65 rebelles : il pilote comme personne, et la Force est avec lui.

 

Mais Luke Skywalker est donc là, et perçoit bien que c’est une opportunité unique de se débarrasser de celui qu’il ne sait pas encore être son père : il précipite son chasseur sur celui de Vador, et tous deux tombent à la surface de Vrogas Vas...

 

 

Et rebelotte : Vador est à nouveau seul contre tous à la surface de la planète.

 

Toute une légion rebelle l’y attend, mais la princesse Leia, qui est sur place, juge que cela n’est pas encore assez et dépêche des renforts, partant à leur tête.

 

 

Or même une escadre entière de Y-Wing ne peut pourtant pas faire grand-chose contre Vador au sol...

 

 

Mais Leia est prête à tout sacrifier pour abattre Vador – elle-même, oui, mais aussi de nombreuses troupes rebelles, et même Luke... ce pourquoi Han la critique : lui, avec Chewie, il ira sauver leur ami ! Han l’emporte clairement au plan moral, ici...

 

Et, en définitive, Leia comprendra son erreur. Une scène semble au passage indiquer qu’elle fait peut-être intuitivement usage de la Force face à celui qu’elle ne sait pas être son père (et la réciproque est vraie, cette fois). Quoi qu’il en soit, elle comprend que tout sacrifier est absurde, et, en fin de compte, c’est cette prise de conscience qui permettra à Leia de sauver ses amis d’une ultime panade, quitte à laisser la vie sauve à Vador (si seulement elle était en mesure de le menacer ?).

 

 

Mais Vador, de son côté, n’est en fait pas tout à fait seul. Aphra a conscience que tout ceci ressemble tout de même beaucoup à un piège... mais elle sait aussi que, en dépit des forces rebelles colossales sur Vrogas Vas, il y a de bonnes chances pour que « son employeur » survive... et se venge sur elle.

 

Elle choisit donc de se jeter à son tour dans la mêlée, et de tout faire pour « sauver » Vador et capturer Luke – car elle sait qu’il est bien ici. Elle se rend donc à la surface, en compagnie de Krrsantan le Noir, 0-0-0 et BT-1.

 

 

Et ça tombe bien : cela permet à cet arc d’opposer frontalement Chelli Lona Aphra et son entourage à leurs contreparties rebelles ! Car tous ceux-là fonctionnent en binômes...

 

À maints égards, la contrepartie d’Aphra, c’est Han Solo. Les deux jouent à qui est le plus racaille et le plus connu – et leur opposition futile a quelque chose d’un ressort comique, clairement...

 

 

... tout spécialement lors de cette scène où ils ont recours exactement à la même stratégie pour se débarrasser de l’autre, en le soumettant à la furie d’une ruche de vers-guêpes...

 

 

La contrepartie de 0-0-0, c’est forcément C-3PO.

 

En fait, le droïde psychopathe se fait passer pour le veule droïde de protocole, avec une aisance notable, afin d’approcher Luke et de le capturer... même s’il perd ses bras dans l’affaire (on parle beaucoup d’arracher des bras dans cette histoire, et C-3PO à son tour en fait l’expérience).

 

 

BT-1 fait forcément face à R2-D2, et on va dire qu’ils n’ont pas exactement les mêmes armes...

 

 

... tandis que Krrsantan le Noir fait forcément face à Chewbacca, dans un combat pour le moins brutal et très, très poilu.

 

 

Mais, comme si Vador n’avait déjà pas assez d’ennemis comme ça, Karbin déboule, le manipulateur, trop heureux d’avoir laissé le Sith gérer les rebelles à sa place pour lui apporter Luke Skywalker sur un plateau.

 

Mais il en veut davantage, l’ambitieux imbécile : il veut se débarrasser de Vador lui-même. Karbin passe alors en mode full Grievous, et un combat s’ensuit, qui a surtout ceci de pénible pour Vador que, celui-ci ne pouvant être partout à la fois, il risque de laisser Luke lui échapper de la sorte...

 

 

Et c’est ici en définitive qu’Aphra joue son rôle le plus important dans cette histoire : « C’est ma chance de me racheter pour vous avoir accidentellement mené dans un piège ! »

 

Elle contribue, au prix de son vaisseau, à vaincre Karbin, et est sur le point de capturer Luke... quand Leia surgit et la fait prisonnière, elle...

 

Vador a survécu, mais son fils part dans le Faucon Millenium avec une Aphra capturée, et il ne peut rien y faire...

Star Wars (2015), t. 3 : Prison rebelle

 

 

Exceptionnellement, la suite des aventures de Docteur Aphra ne se trouve donc pas dans la série Dark Vador, mais dans la série régulière Star Wars (2015), plus précisément dans son troisième TPB, intitulé Prison rebelle.

 

Et c’est un arc assez sombre dans ses thématiques, un peu à la Rogue One : les rebelles, Leia en tête, y sont confrontés à la terrible question de savoir si la fin justifie les moyens...

 

 

En effet, Leia et Sana Starros, à bord du vaisseau de cette dernière, le Volt Cobra, conduisent Aphra, après une énième tentative d’évasion de sa part, dans un endroit d’où elle ne pourra pas s’échapper : la Prison du Zénith, une installation secrète, je veux dire plus secrète encore que d’usage, car la majorité des membres de l’Alliance Rebelle ne savent rien de son existence. Là, les rebelles qui sont au courant gardent prisonniers des criminels de guerre impériaux (essentiellement) dans l’attente d’un procès qui n’aurait véritablement de sens qu’une fois la guerre civile galactique conclue en faveur de l’Alliance.

 

 

Sur un plan plus personnel, l’arc met vite en avant la rivalité, voire la profonde hostilité, ressentie par Sana à l’encontre d’Aphra, et qui jouera un grand rôle dans cette histoire (au point de la lourdeur, hélas, en ce qui me concerne – un trait caractéristique du personnage de Sana, que je ne goûte guère, globalement). Il y a beaucoup de rancœur, ici...

 

L’idée est que Sana et Aphra ont été amantes par le passé, et que ça s’est mal fini. Car, oui, Aphra est lesbienne, cela fait partie de l’identité du personnage, même si cela ne sera véritablement mis en avant que dans la série Docteur Aphra, là où ces épisodes antérieurs se contentent de quelques allusions çà et là. On y reviendra donc plus en détail dans les articles suivants.

 

 

Quoi qu’il en soit, alors qu’Aphra vient tout juste de gagner sa cellule (en émettant des menaces qui sonnent creuses, comme quoi son « bon ami Dark Vador » fera tout pour la libérer...) et que Leia et Sana sont toujours sur place, la Prison du Zénith fait l’objet d’un assaut très violent, qui submerge bien vite les gardes rebelles et prend peu ou prou le contrôle de toute la prison en l’espace de quelques minutes.

 

Mais ce ne sont pas des impériaux qui attaquent, clairement pas – et leurs mobiles sont... étonnants ?

 

 

C’est que l’assaut n’a pas pour but de libérer les prisonniers, comme on le pensait initialement... mais bien de les massacrer sommairement !

 

Et à la tête de l’intrusion se trouve un « mystérieux » personnage (en fait pas si mystérieux pour le lecteur...) qui n’hésite pas à se salir lui-même les mains, et fait bientôt chanter Leia.

 

Il semble être venu, pas uniquement pour tuer les prisonniers, mais en même temps pour convaincre la princesse, par la force, qu’il est indispensable pour l’Alliance de mettre de côté ses vertueux principes, inopérants face à la cruauté de l’Empire, pour assurer la victoire : il sera bien temps de se montrer moral ensuite – mais si l’Alliance n’évolue pas à cet égard, elle ne peut que perdre, car l’ennemi ne se restreint pas, lui...

 

 

L’identité de ce moraliste très particulier sera en définitive « révélée » : il s’agit d’Eneb Ray, un ancien espion rebelle, porté disparu depuis quelque temps, après une opération désastreuse visant à assassiner Palpatine, et au cours de laquelle ledit espion, défiguré à vie, avait fait la terrible découverte que l’Empereur était un Sith...

 

Or cette histoire a été narrée dans le premier annual de Star Wars... qui ouvre ce TPB : qui a lu ces épisodes en album avait donc sa petite idée de l’identité du bonhomme...

 

 

Quoi qu’il en soit, Leia est confrontée à un sérieux dilemme. Elle refuse de laisser ainsi mourir les prisonniers, même si nombre d’entre eux sont des criminels de guerre parfaitement odieux, là où Sana n’a que faire de ce genre de scrupules.

 

Mais Leia a besoin d’aide pour repousser l’assaut – et Aphra a les compétences nécessaires. Leia la sauve de justesse quand elle est prise pour cible par un droïde, et l’archéologue ne comprend alors pas ce qui se passe : « Hmph, si vous voulez me tuer, ayez au moins les tripes de le faire vous-même, au lieu d’envoyer un droïde faire le sale travail. C’est vraiment le genre de choses... que je ferais. Mais pas vous, Votre Respectabilité. »

 

Mais Leia lui explique la situation : « Alors, qu’en pensez-vous, docteur ? Ça vous dit de vous emparer d’une prison ? – Haha, vous rigolez, j’espère ? J’allais le faire quoi qu’il arrive. »

 

Leia, Sana et Aphra sont donc amenées à s’allier pour reprendre le contrôle de la prison.

 

 

Sana est beaucoup moins enthousiaste que Leia, sans surprise. Elle n’a aucune confiance en Aphra, ce qui paraît assez sensé, et passe l’arc entier ou presque à menacer de la tuer, etc. Ce que je trouve donc assez pénible.

 

Et la pauvre princesse Leia subit leurs querelles d’ex : « TOUT LE MONDE ARRÊTE DE CRIER SAUF MOI ! »

 

 

Mais, en définitive, Eneb Ray capture aisément Han et Luke, arrivés inopinément sans savoir ce qui se passait sur place. Eneb, qui a alors révélé son identité, exige de Leia qu’elle tue Aphra de ses mains – alors, il libérera ses amis ; sinon, il les exécutera...

 

Mais Leia ne peut pas s’y résoudre. Sana, en revanche... Elle et Aphra se battent – mais en fin de compte Sana lâche l’archéologue (littéralement) sur Eneb Ray, ce qui permet de s’en occuper.

 

La menace est enfin contrôlée... mais la prison est compromise. Les prisonniers survivants seront transférés ailleurs... mais Aphra n’en fera pas partie ; à l’instigation de Leia, mais avec la complicité de Sana, l’archéologue est « oubliée » dans les registres, ce qui lui permet de s’évader...

Dark Vador (2015), t. 3 : La Guerre Shu-Torun

 

 

... et de reprendre ses aventures dans la série Dark Vador.

 

Même si, dans le tome 3, La Guerre Shu-Torun, Aphra est en fait peu présente, et même jamais physiquement (elle est occupée à vivre les aventures de Prison rebelle puis à se planquer...), si ses comparses 0-0-0 et BT-1 sont bien de la partie (Vador est un de leurs deux « maîtres », après tout), ainsi que l’armée droïde qu’elle a constituée dans les tomes 1 et 2. On fait allusion à l’archéologue de temps en temps, et c’est à peu près tout.

 

 

Quoi qu’il en soit, cet arc, même assez court (un annual en guise de prologue puis quatre épisodes réguliers), aura des conséquences énormes pour la suite des opérations, notamment parce que Kieron Gillen y reviendra lui-même bien plus tard, quand il prendra les rênes de la série Star Wars.

 

La reine Trios de Shu-Torun est un important personnage dans ces deux séries, et j’aurais envie de dire le plus important à avoir été créé à cette occasion... avec Aphra elle-même.

 

 

L’essentiel, ici, en ce qui nous concerne, c’est que Vador met une prime sur la tête d’Aphra, qu’il suppose toujours prisonnière des rebelles. Tout un aréopage de chasseurs de primes se lance dans cette affaire...

 

 

... mais ils ne savent pas qui est leur commanditaire. Beebox en fait la très mauvaise expérience, qui pensait gruger le gogo en lui présentant un cadavre inidentifiable et en prétendant qu’il s’agissait de celui de l’archéologue.

 

Problème, le gogo s’avère donc être Dark Vador, qui n’est pas trompé un seul instant – bye bye Beebox...

 

 

En définitive, Aphra sera bien retrouvée – mais pas par un chasseur de primes : par l’inspecteur Thanoth !

 

Et le vieux bonhomme sait clairement que c’était Vador qui voulait remettre la main sur Aphra. Il sait aussi probablement pourquoi, et tout ce que cela implique... Il n’en contacte pas moins Vador.

Dark Vador (2015), t. 4 : En bout de course

 

 

Et on en arrive ainsi au dernier arc de cette série Dark Vador (2015), le quatrième tome, En bout de course.

 

La conclusion de cette série ne pouvait qu’impliquer un affrontement titanesque, et lourd de trahisons, entre Vador et le Docteur Cylo. Le cas de Karbin avait déjà été réglé dans Vador abattu, mais le savant fou et ses sbires (notamment ses deux « faux Jedi/Sith ») se sont également impliqués dans La Guerre Shu-Torun, contre Vador... et les intérêts de l’Empire.

 

 

La portée de leur intervention ne laisse plus aucune ambiguïté à ce stade : en péchant par ambition, Cylo est devenu un traître à l’Empire, et Vador, en réglant son cas, peut à la fois regagner les faveurs de Palpatine, ce que l’Empereur lui-même lui laisse entendre (c’est à ce moment-là, d’ailleurs, qu’il lui révèle en personne que Cylo faisait partie des scientifiques qui avaient « sauvé » Anakin Skywalker sur Mustafar en concevant les systèmes de survie de son armure)... et dissimuler si possible le vaste complot qu’il avait mis en branle pour renverser ledit Empereur.

 

 

Mais, ici, il y a un problème – et c’est l’inspecteur Thanoth, qui sait visiblement beaucoup de choses concernant Vador et Aphra, et notamment qu’elle était au service du Sith...

 

Mais son savoir va bien au-delà. Il sait que Vador est en fait Anakin Skywalker. Il sait que « le pilote rebelle » est Luke Skywalker, son fils. Il sait pourquoi Vador veut le retrouver en personne. Il sait, en somme, que Vador compte renverser l’Empereur...

 

Et ça lui convient. Il pense que Vador sera plus à même d’assurer la pérennité de l’Empire que Palpatine. Même si cela implique qu’il se débarrasse de lui après qu’il lui aura révélé où se trouve Aphra. Qu’importe, c’est le grand tableau qui compte : « Parler avec vous a été un véritable plaisir, Anakin. Elle se trouve dans les Steppes Cosmataniques. »

 

Et Vador tue Thanoth...

 

 

Mais il doit s’occuper de Cylo en personne. Il confie donc à 0-0-0 et BT-1, assistés de Krrsantan le Noir, la tâche de retrouver Aphra et de la lui amener (les droïdes pouvant « nuire » à Aphra parce que Vador, un de leurs « maîtres », a émis un ordre prioritaire).

 

En fait, trouver Aphra n’était guère difficile, en sachant où chercher – et l’archéologue se rend sans faire davantage d’histoires.

 

 

Pendant ce temps, là où toute la flotte impériale ou peu s’en faut s’est réunie, le combat contre Cylo fait rage. Vador est assez longtemps retenu par une de ses créations, Voidgazer, et son « rancor domestiqué ». Elle meurt enfin... mais non sans avoir révélé que Cylo et elle ont amplement eu le temps, sans que Tagge ne s’en rende compte, de trafiquer les commandes du super destroyer stellaire Executor pour le rendre inopérant... or Palpatine lui-même se trouve à bord. Et ils peuvent ioniser toute la flotte impériale à l’exception de leurs propres vaisseaux semi-organiques !

 

 

Et c’est en gros à ce moment qu’Aphra arrive sur place, à bord de la canonnière Auzituck de Krrsantan le Noir. Elle se sait en très mauvaise posture... mais parvient à jouer sur les termes exacts de l’ordre prioritaire donné par Vador, de sorte qu’il soit considéré comme ayant été exécuté : « Nouvel ordre prioritaire ! SORS-MOI DE CE PÉTRIN ! »

 

Initialement, elle compte fuir dans le vaisseau du chasseur de primes wookiee... mais elle sait que Vador la poursuivra à jamais. Et elle apprend aussi que Cylo menace directement l’Empereur ! Elle décide de se rendre au secours de ce dernier, le seul être à même de la préserver de l’ire de Vador : « Laissez ce pauvre Empereur sans défense tranquille ! Il n’a jamais fait de mal à personne ! »

 

 

Vador, en attendant, parvient à s’occuper des divers clones de Cylo, en dépit d’une autre commande spéciale du bon docteur, lui permettant de paralyser l’armure énergétique du Sith.

 

Mais ce dernier a la Force avec lui, et la technologie ne peut rien y faire... Cylo meurt, enfin, sans clone de remplacement.

 

 

Et Vador de retourner à bord de l’Executor pour faire son rapport à Palpatine.

 

Quand il arrive, cependant, quelqu’un d’autre lui a déjà fait un rapport, et très exhaustif...

 

Aphra a tout balancé à Palpatine.

 

 

Mais elle ne s’attendait pas à la réaction de l’Empereur... qui félicite Vador pour son ambitieux complot. C’est ainsi que procèdent les Sith. Vador s’est décidément montré un apprenti à la hauteur – et au fond Palpatine n’en doutait pas : le remplacer par Cylo et ses monstres ? Allons bon...

 

 

Vador ne l’a pas déçu.

 

Ce qui vaut bien une récompense : qu’il dispose donc d’Aphra comme il l’entend.

 

 

Vous vous rappelez de cette petite phrase, au tout début, sur Aphra exprimant comment elle souhaiterait ne pas être tuée ? Vador s’en souvient, lui... et il expulse l’archéologue dans l’espace.

 

 

Et c’est la fin du Docteur Aphra.

 

...

 

Non, de toute évidence, non.

 

Elle se doutait d’un truc pareil, hein ? Alors elle avait laissé des instructions... et son corps dérivant dans l’espace est presque aussitôt récupéré par Krrsantan le Noir et 0-0-0, sérieusement affecté, mais en suffisamment bon état pour survivre.

 

Il fallait que Vador la croie morte pour qu’elle puisse rester en vie et relativement tranquille, autant que sa vie de racaille puisse l’être, hors de son emprise...

 

Ce qui, on est d’accord, n’est absolument pas crédible du tout.

 

Mais assez badass, et, au fond, très Star Wars. Alors...

 

 

Et tandis que Vador hérite de l’Executor, exécute Tagge pour incompétence et promeut sur le champ « l’amiral Ozzel », notre archéologue préférée part pour de nouvelles aventures... et, désormais, une série à son nom, parce qu’elle le vaut bien : Docteur Aphra ! On y reviendra prochainement.

LES PERSONNAGES (ET X-WING)

 

0-0-0

 

 

Maintenant que nous avons résumé ces épisodes, approfondissons un peu les personnages – ceux directement liés à Aphra, bien sûr (Cylo et ses monstres n'en font donc pas partie), et peu ou prou inédits (je ne vais pas en dire davantage ici concernant Dark Vador ou la princesse Leia...).

 

L’idée est par ailleurs de s’en tenir à ce que nous savons alors de ces personnages – les traits et historiques qui ne seront révélés que plus tard, dans la série Docteur Aphra, on y reviendra dans les articles ultérieurs.

 

Par ailleurs, j’aimerais évoquer ces personnages en lien avec X-Wing... même si deux d’entre eux seulement, à ce jour, figurent bel et bien dans le jeu, et c’est donc par eux que je commencerai.

 

Et tout d’abord 0-0-0. En apparence, il s’agit d’un droïde de protocole comme les autres – en fait, exactement le même modèle que C-3PO, pour autant qu’on puisse en juger. La seule différence, c’est sa peinture noire (et, bon, ses yeux d’un rouge luminescent).

 

Le passé de ce sinistre personnage demeure un peu flou. Il a clairement été créé durant l’Ancienne République, il y a au moins un ou deux siècles de cela quand il fait son apparition dans le troisième épisode de la série Dark Vador (2015). On n’a pas vraiment, à ma connaissance, de données plus précises, ici (il semblerait, à parcourir quelques articles sur le ouèbe, qu’il a été lié d’une manière ou d’une autre à Wat Tambor, avant la guerre des Clones, mais je ne sais pas d’où vient cette information).

 

L’autre point flou, c’est son rapport à l’Initiative Tarkin : il est de toute évidence plus vieux que ce projet, mais j’ai l’impression d’informations un peu contradictoires à cet égard. Ces épisodes semblent laisser entendre que l’Initiative Tarkin a retrouvé cette matrice de personnalité déviante, et a tenté d’en faire quelque chose, mais sans succès (et probablement au prix de quelques décès). Quand Aphra « réveille » le droïde, cela fait pas mal de temps qu’il prend la poussière...

 

Pour une très bonne raison : ce droïde, conçu pour être un assassin et un tortionnaire sous son apparence inoffensive de droïde de protocole, est absolument ingérable. Il est profondément sadique, c’est, dans le plein sens du terme, un psychopathe, qui se réjouit de la souffrance des autres, surtout si c’est lui-même qui l’inflige, et qui semble obsédé par l’idée de tuer absolument tout ce qui bouge.

 

0-0-0 n’est certes pas le premier droïde « bizarre » de la licence Star Wars – à vrai dire, la plupart des personnages droïdes des films, des séries, des BD, etc., ont des traits de caractère inattendus de la part de machines supposées froidement logiques ; et souvent cela ne les rend que plus sympathiques, du teigneux R2-D2 à l’excentricité de « Bucket », en passant par le militantisme passionné de L3-37 ou l’esprit dérangé et les mauvaises blagues de « Chopper ». Mais avec 0-0-0, nous avons un droïde vraiment dérangé, au point du malaise... Il a quelque chose de terrifiant, ce qui en fait un très bon personnage – et un antagoniste de choix.

 

Une autre chose qui y contribue, bien sûr, c’est son humour très tordu – noir ou jaune selon les cas, acide souvent, profondément dérangeant toujours. Et même quand il est lui est physiquement impossible de s’en prendre à Aphra, il lui est toujours possible de multiplier verbalement les éloquentes menaces... ce qui ne le rend que plus flippant encore. Les méchants ont les meilleures répliques, hein ?

 

Enfin, il est malin, à sa manière perverse – et à maints égards il ne révèlera son plein potentiel que dans la série Docteur Aphra, on aura donc l’occasion d’y revenir...

 

 

0-0-0, dans X-Wing, est un équipage, et coûte à ce jour cinq points d’escadron.

 

Il a des prérequis de faction très appropriés, même s’ils ne feront pleinement sens qu’au regard de la série Docteur Aphra – laquelle expliquera pourquoi ce personnage est avant tout considéré comme faisant partie des Racailles et Scélérats. En revanche, l’autre option de faction fait directement écho aux épisodes que nous venons de voir : il peut intégrer une liste impériale si Dark Vador, d’une manière ou d’une autre (pilote de TIE Advanced x1, pilote de Défenseur TIE/d ou équipage), fait partie de la liste.

 

0-0-0 procure une sorte d’effet de contrôle : au début de la phase d’engagement, on peut choisir un vaisseau ennemi à portée 0-1 ; dans ce cas, le vaisseau embarquant 0-0-0 gagne un marqueur de calcul, à moins que la cible ne choisisse de gagner un marqueur de stress.

 

Selon la situation, l’adversaire choisira l’une ou l’autre de ces options – ce choix dont il dispose atténue l’effet de 0-0-0, mais il demeure un équipage honnête pour un prix décent, et peut éventuellement comboter avec d’autres cartes.

 

Cette idée du stress par défaut paraît bienvenue quand on prend en compte le caractère si flippant du personnage...

 

BT-1

 

 

Le seul autre personnage associé à Docteur Aphra à disposer d’une carte dans X-Wing est le comparse du précédent, BT-1.

 

Lui est bel et bien une création de l’Initiative Tarkin, à la différence de 0-0-0. À l’origine, il n’y avait d’ailleurs aucun lien entre les deux – cependant, ils seront presque systématiquement associés par la suite. Quoi qu’il en soit, ce « prototype de blastomech », s’il n’a pas été aussi désastreux que 0-0-0, n’a semble-t-il pas été jugé pertinent par ses développeurs, qui l’ont mis de côté, de sorte qu’Aphra puisse s’en emparer.

 

En apparence, BT-1 ressemble beaucoup à un astromech lambda – même si pas le modèle R2 bien connu. C’est pourtant un leurre, car il s’agit en vérité d’une redoutable machine de guerre – un droïde conçu pour tuer, et dans une perspective militaire, bien plus explosive que l’optique d’assassinat qui caractérise davantage 0-0-0.

 

Sous son petit capot, il y a quantité de lance-flammes, de lance-missiles, de canons, de mitrailleuses, etc. Disons-le : il y en a beaucoup trop pour que ce soit crédible. Mais ça n’est pas grave, car, à sa manière grotesque et absurde, c’est drôle, et cela fait partie de l’identité du personnage.

 

Qui n’est à vrai dire guère moins psychopathe que 0-0-0 : il est là pour tuer, et c’est peu ou prou tout ce qu’il sait faire. La vraie différence, c’est qu’a priori il n’est pas sadique. A priori...

 

Quoi qu’il en soit, 0-0-0 apprécie visiblement beaucoup le prototype de blastomech – en fait plus qu’il ne serait disposé à l’admettre (ce qui deviendra plus flagrant dans la série Docteur Aphra, aussi y reviendra-t-on), avec quelque chose de l’estime d’un père pour son fils, ou d’un maître pour son apprenti. Bon, de manière générale, 0-0-0 n’aime personne, et veut tuer tout le monde, mais BT-1 est l’exception. Et si le petit droïde n’exprime guère de sentiments de quelque ordre que ce soit, il compose avec ce lien qui convient tout à fait à son « mode de vie ».

 

Aussi les deux personnages sont-ils peu ou prou inséparables : ils vont presque tout le temps ensemble, et il est très rare que l’un apparaisse sans l’autre.

 

 

Dans X-Wing, BT-1 est un artilleur, et ne coûte que deux points d’escadron.

 

Il a les mêmes prérequis de faction que 0-0-0 (Racailles et Scélérats à la base, Empire Galactique si Dark Vador fait partie de la liste de quelque manière que ce soit), et pour les mêmes raisons – ils sont inséparables, après tout ! Et de fait ils peuvent comboter, dans une certaine mesure.

 

En effet, tant que l’on effectue une attaque avec le vaisseau embarquant BT-1, on peut changer un résultat dégât en résultat critique pour chaque marqueur de stress qu’a le défenseur.

 

Les options pour infliger du stress à l’adversaire sont donc bienvenues, ici : cela peut inclure 0-0-0, mais aussi Asajj Ventress, ou encore 4-LOM... En fait, si l’on ne dispose d’aucune de ces options, si l’on fait confiance en somme à l’adversaire pour se stresser tout seul, BT-1 ne sera généralement pas très pertinent...

 

Ceci dit, avec son coût très bas, je ne peux que relever qu’il fait sans doute partie des rares artilleurs pertinents accessibles (même si sous conditions...) à l’Empire Galactique.

 

Ces deux cartes sont très sympathiques – pas pétées, loin de là, mais jouables.

 

Hélas, ce sont à ce jour les seuls personnages directement liés à Docteur Aphra à avoir intégré le jeu X-Wing, ce que je ne peux m’empêcher de regretter...

 

Reste pourtant au moins trois personnages qu’il me paraît utile d’envisager ici, et qui pourraient, un jour, intégrer le jeu, de manière assez cohérente, du moins le crois-je.

Chelli Lona Aphra

 

 

Et, bien sûr, la première n’est autre que Chelli Lona Aphra elle-même…

 

À ce stade de ses aventures, nous n’en savons pas forcément tant que cela sur elle : son passé, sa famille, son diplôme… Autant de choses qui ne seront véritablement développées qu’ultérieurement, dans la série Docteur Aphra.

 

Et il en ira de même pour certains de ses traits distinctifs, y compris en tant que personnage de la licence Star Wars globale : la place de la romance, voire de la sexualité, dans les récits tournant autour de ce personnage, son caractère assez mélodramatique parfois, ou étonnamment et paradoxalement sensible, la trajectoire de sa vie… On y reviendra dans les articles suivants.

 

En l’état, évoquons déjà le look du personnage : une jeune femme aux longs cheveux noirs, aux traits parfois vaguement asiatiques selon les dessinateurs ai-je l’impression (mais surtout ultérieurement), vêtue généralement près du corps, dans une mise pouvant en même temps rappeler celle de Han Solo (débardeur blanc, gilet de cuir sans manches, ceinturon très cowboy/girl mais pantalon et bottes qui ont quelque chose de vaguement militaire à l'ancienne), les bras souvent nus qui arborent des tatouages électroniques, et avec cet étrange casque d’aviateur antique souvent vissé sur le crâne… Un dernier accessoire assez particulier, qui peut évoquer, peut-être, Hera Syndulla, en même temps ? Les deux se croiseront un peu plus tard…

 

On l’a vu, « l’archéologue » qu’est le Docteur Aphra, dans ces premiers épisodes la figurant, a avant tout quelque chose d’une trafiquante d’armes, et notamment de droïdes. En même temps, il apparaît très tôt qu’elle ne se contente pas de faire dans la contrebande : elle sait traquer les plus belles pièces, sur la base de recherches solides qui peuvent effectivement impliquer des connaissances académiques. Elle sait en outre programmer et réparer des droïdes (notamment) avec une grande habileté, ce qui, là encore, la distingue d’une vulgaire contrebandière, même spécialisée. C’est pour cela que Vador a recours à ses talents – et d’une certaine manière, c’est aussi pour cela que Leia la « libère » dans Prison rebelle. Mais en temps normal elle s’associe volontiers aux représentants les plus emblématiques de la Racaille et de la Scélératesse : contrebandiers, pour le coup, chasseurs de primes, espions, voleurs et assassins…

 

Ce qui est lié à sa moralité pour le moins ambiguë. Même en considérant comme un cas à part le détestable épisode où Aphra laisse Commodex Tahn aux mauvais soins de 0-0-0, son nadir éthique, et la plus éloquente démonstration de ce qu’elle peut vraiment faire des trucs dégueulasses, Aphra est de manière générale une spécialiste des sales coups, c’est comme si elle avait la trahison dans le sang – c’est un ressort narratif, en fait : elle trompe à peu près tous ceux avec lesquels elle s’associe, et ces associations, le plus souvent, ne durent donc guère. C’est un très égoïste impératif de survie qui motive ces trahisons à répétition, plus qu’une véritable volonté de nuire, mais, pour ceux qui sont ainsi envoyés sur les roses, la distinction est pour le moins spécieuse. Et pourtant, nombre d’entre eux y reviennent malgré tout… Ce qui tient au charisme et aux talents du personnage, mais peut-être aussi à ce que les autres ont en fait souvent et malgré tout une meilleure opinion à son sujet qu’elle-même… là encore un thème qui sera surtout développé dans la série Docteur Aphra.

 

La question déborde sur ses opinions politiques – si c’est seulement le bon mot pour qualifier une vague idéologie qu’elle affiche de temps à autre, sans que l’on ne sache véritablement s’il s’agit de lard ou de cochon. Aphra est de toute évidence une individualiste, et croit en elle, au mieux, plutôt qu’en une quelconque cause. Si l’on raisonne dans les termes des factions de X-Wing, elle fait incontestablement partie des Racailles et Scélérats. Cependant, dans ces premiers épisodes la figurant, et plus tard dans la série à son nom, Aphra explique à plusieurs occasions, et notamment dans des situations où mentir ne lui serait d’absolument aucune utilité, qu’elle éprouve une certaine sympathie pour la cause impériale. Non sans une certaine hypocrisie bien commune hélas : elle est un héraut de l’ordre et de l’autorité pour les autres, mais de la liberté pour elle-même… Reste que ses sentiments en la matière semblent relativement sincères, si plus ou moins cohérents. Son passé éclairera ces opinions, en même temps que ce qu’elle vit au présent pourra les faire évoluer : on y reviendra donc en temps utile.

 

Mais il y a un dernier aspect du personnage à traiter d’ores et déjà, même si, là encore, la série Docteur Aphra en rajoutera une couche : Aphra a clairement quelque chose d’un ressort comique. Son caractère outrancier et grotesque, ses trahisons de principe, ses répliques si souvent spirituelles, ses traits si expressifs également, en font souvent un personnage drôle. Je crois que c’est déjà le cas dans plusieurs des épisodes visés par cet article, mais cela ne deviendra que plus sensible par la suite : Docteur Aphra est de très loin la série la plus humoristique de la licence. Sans que cela n'exclue le mélodrame...

 

Oui, elle n’est qu’au début de ses aventures…

 

 

Mentionnons rapidement qu’Aphra dispose de son propre vaisseau spatial, l’Ark Ange, un transport lourd de classe Bellicose, initialement produit durant la guerre des Clones. Un assez gros machin, qui serait probablement un gros socle (au moins) dans X-Wing.

 

Mais justement : que pourrait donner Aphra dans notre jeu ? On pourrait la concevoir pilote, sur ce vaisseau inédit (et elle n’aurait clairement rien d’un as...), ou au moins équipage. Je n’ai absolument aucune idée des capacités spéciales qu’elle pourrait apporter, tout en espérant quelque chose de bien sale et bien fourbe, sans doute très racaille… En même temps, je trouve les prérequis de faction de 0-0-0 et BT-1 toujours pertinents pour leur maîtresse : Racaille de base, Impériale si Vador est dans le coin…

 

N’hésitez pas à faire des suggestions !

 

Krrsantan le Noir

 

 

Parmi les personnages associés à Aphra dès cette époque, le plus charismatique, et peut-être aussi le plus intriguant, est Krrsantan le Noir, le chasseur de primes wookiee à la fourrure bleu nuit, très régulièrement employé entre autres par un certain Jabba le Hutt (et qu’on voit échanger volontiers des taloches avec Chewie).

 

En fait, de tous ces personnages, il est le premier à faire son apparition, puisqu’on l’aperçoit dès le tout premier épisode de Dark Vador (2015), quand il est recruté en même temps que Boba Fett pour retrouver le pilote rebelle responsable de la destruction de l’Etoile de la Mort.

 

Mais le personnage est très difficile à situer, dans ces épisodes. Dans un sens, il est le plus proche associé de Docteur Aphra dans toute cette affaire, et pourtant reste quelque peu au second plan, mais comme s’il souhaitait qu’il en aille ainsi, d’une certaine manière. Le gain semble être sa principale motivation, et pourtant, en maintes occasions, on pourrait en douter… Il y a comme des paradoxes dans l’air, ou plus exactement, des sentiments et des raisonnements contradictoires, que l’on ne peut pas pleinement appréhender sans se mettre dans la peau du wookiee. Car, de fait, il protège régulièrement Aphra, sans trop s'expliquer sur ses motifs.

 

Disons qu’il accorde une valeur énorme aux « dettes de vie », et au fait de les payer. On comprendra plus tard (ou pas tout à fait, d’ailleurs, le gros poilu demeurera quelque peu insaisissable...) ce qui fonde ce sentiment, et ce qui le perpétue. Cela réside dans son passé, auquel il n’est qu’à peine fait allusion pour l’heure – mais il apparaît qu' il a passé du temps à combattre dans les arènes, et Aphra pourrait l'aider à mettre un terme à cette histoire en retrouvant ses esclavagistes ; une fois de plus, on y reviendra en temps utile…

 

 

Krrsantan le Noir a son propre vaisseau, lui aussi, que l’on voit à plusieurs reprises dans la BD (Aphra y fait d’ailleurs quelques séjours) : il s’agit clairement d’une Canonnière Auzituck – un vaisseau « anti-esclavagistes »…

 

Bien sûr, le châssis existe dans X-Wing, mais il y est réservé à l’Alliance Rebelle, là où Krrsantan le Noir est clairement une figure des Racailles et Scélérats. On n’espère donc guère le voir débouler en tant que pilote…

 

Mais en tant qu’équipage ou artilleur racaille, ça me paraît tout à fait concevable. Je n’ai aucune idée de ce qu’il pourrait bien faire, mais, là encore, si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à en faire part !

 

Sana Starros

 

 

Il y a au moins un autre personnage d’importance à mentionner, et c’est Sana Starros, une contrebandière noire, avec des locks impressionnantes et une tenue noire serrée ornée de bandeaux verts.

 

Pour ce qui est des épisodes traités dans cet article, elle ne figure en fait que dans ceux de la série Star Wars liés à l’arc Prison rebelle, et pour cause : elle est d’abord apparue dans cette série, comme étant « la femme de Han Solo » (un malentendu, rassurez-vous), et on l’y a régulièrement aperçue par la suite.

 

Cependant, dans Prison rebelle, elle joue un rôle important, et sa relation avec Aphra est essentielle à l’intrigue : on y apprend qu’elles ont été amantes il y a quelques années de cela, avant l'embrouille avec Han, et les deux ex ne cessent de se pourrir la vie, jusqu’aux menaces de mort. De fait, Sana reviendra régulièrement ensuite dans la série Docteur Aphra, et de manière peut-être un peu moins monolithique.

 

Je dois avouer ne guère goûter ce personnage. Son côté badass fonctionne bien, et elle en remontre sans peine à des confrères (sinon conjoints...) contrebandiers tels Han Solo, donc, ou Lando Calrissian, mais pour l’heure, sa rancœur permanente m’a généralement plutôt saoulé – elle rabâche sans cesse avec Solo, puis avec Aphra sur le même mode, ça se répète et c’est ennuyeux. Et le fait qu’à chaque fois Sana se montre en définitive serviable, parfois même jusqu’au sacrifice héroïque, ne la sauve pas totalement à mes yeux, et sonne un peu trop… « facile ». Je trouve ce personnage trop limité, en l’état… même si un épisode spécial où elle se livre à une ambitieuse escroquerie m’avait davantage parlé, la concernant. N’hésitez pas, bien sûr, à prendre sa défense !

 

 

Sana Starros a son propre vaisseau spatial, le Volt Cobra, je dirais un socle moyen à vue de nez – et elle le manie avec adresse.

 

On pourrait donc l’imaginer pilote, je suppose, rebelle ou racaille, sur ce châssis inédit, ou équipage voire artilleur rebelle et/ou racaille. Comme toujours, vos suggestions sont les bienvenues.

 

Beebox

 

 

Y en a un peu plus, je vous le mets ? Allez !

 

On peut bien parler d’un personnage à la carrière fort brève, puisque l’on assiste à son décès prématuré dans ces épisodes, mais qui a eu le temps d’intriguer, brièvement, avant cela : il s’agit du chasseur de primes Beebox.

 

On ne sait pas grand-chose de lui… D’apparence, il a quelque chose de mandalorien, mais la taille ne colle pas ; on ne le voit jamais sans son masque et son armure, aussi est-il difficile de dire à quelle race il appartient, mais il a quelque chose d’un nain.

 

Sans doute n’est-il pas un clampin, car on le voit associé dès le départ à la crème des chasseurs de primes, dans l’équipe constituée par Aphra au service de Vador. Rebelotte plus tard, d’ailleurs, quand Vador met une prime sur la tête d’Aphra… mais nous avons vu comment cette affaire se termine pour Beebox.

 

Une mort très con, hein ? Bah, c’était aussi le cas pour Boba Fett... avant qu’il ne soit ressuscité tout récemment. Et si Beebox n’a pas eu beaucoup plus de temps d’antenne qu’un Greedo, je ne trouverais pas déconnant qu’il ait tout de même, comme cet illustre modèle (un peu lent, c’est tout), sa place dans la licence – et peut-être même dans X-Wing : un équipage ou artilleur racaille un peu débile, sur un mode « high risk, high reward » ? Pourquoi pas !

 

C’est tout pour aujourd’hui – la prochaine fois, on passera à la série Docteur Aphra à proprement parler…

 

 

Random Academy Pilot est en partenariat avec la boutique Maxi Rêves, sise à Abbeville (et que vous pouvez aussi retrouver sur sa page Facebook ici) !

 

Cela signifie que, si vous créez un compte chez Maxi Rêves, vous pouvez contacter le gérant pour l’informer de ce que vous venez de ma part. Cela vous permettra d’obtenir une remise globale de 10 % sur toute la boutique !

 

Merci à Maxi Rêves pour son soutien !

 

Et à bientôt...

Commenter cet article

Marine 29/07/2021 12:57

J'ai découvert grâce au jeu en cherchant qui était ces personnages de 0-0-0 et BT1 et j'ai commencé à acheter la série de BD Dr Aphra, parce que les critiques avaient l'air bien et surtout qu'une héroïne lesbienne ça me plait beaucoup en tant que meuf lesbienne qui joue à X-Wing avec sa copine. Dans la série Vador, j'aime beaucoup le role d'Aphra notamment lors du braquage et aussi sa répartie. Je l'aime encore plus dans sa propre série de comics. Et il y a eu des rumeurs sur une éventuelle série Disney+ sur Dr Aphra.

Je la verrais bien comme équipage (racaille ou empire avec Vador ou Magna Tolvan) avec un pouvoir à base d'états secrets (comme Zam Wessel) un état permettant de balancer une attaque sur des ennemis an dépensant des charges, un autre permettant de se recharger au prix d'une méchanceté (dégât, brouillage, tracteur...) infligée à un allié. On peut imaginer aussi plus que 2 états ce qui serait encore plus fun.

Je suis moins emballée sur un éventuel vaisseau Ark Ange, les racailles manquent pas de vaisseaux à moins de lui trouver un truc spécial pour bien le différencier et la figurine serait grosse et pas forcément aisée à faire tenir (mais je veux bien être surprise par une bonne idée trouvée par les devs). De plus le design ne me fait pas rêver contrairement par exemple à la Navette de classe Delta T-3c de Krenic, la Navette du Bad Natch ou les vaisseaux des As dans Star Wars Résistance

Pour Sana Starros je la verrais bien en pilote racaille puisque désormais on a des cartes pour jouer les racailles dans les autres factions. J'ai bien aimé ce personnage (mais je n'ai pas lu les comics ou elle est la "femme de Solo".

Pour Krrsantan le Noir je le verrais bien moi aussi en pilote racailles de canonnière Auzituck (je l'ai jamais testé mais c'est un vaisseau que je serais curieuse de jouer). Pareil une version artilleur pourquoi pas on pourrait imaginer un pouvoir reposant sur le stress ou permettant d'ignorer comme de cybernétique de contrebande vu que Krrsantan a subi des modifications à base d'implants cybernétiques quand il était "gladiateur".

J'ai hate de lire la suite sur la série Dr Aphra

Marine 30/07/2021 13:51

J'ai pas évoqué plus Magna Tolvan parce qu'elle arrive dans la série Dr Aphra, mais elle serait intéressante en terme de prérequis. J'en aurais plus à dire sur elle quand il y aura l'article dédié.

Clairement Dr Aphra dans le jeu DOIT faire des sales coups aux autres. Mais c'est pas un problème je pense de faire une capacité comme ça et ces derniers temps on a vu que les devs savaient créer des cartes funs avec ce genre de personnage malhonnêtes comme Hondo Ohnaka ou Zam Wessel.

Les As de la résistance (ou plutot du Colossus) le problème ce serait d'avoir assez de cartes pilotes pour chaque vaisseau, sachant que tout les vaisseaux ou presque on 4 (et quelques uns seulement 3) pilotes dont au moins 2 uniques, ce qui rends difficile à transposer un vaisseau qui est spécifique à chaque pilote comme ceux des As.

D'ailleurs parmi les vaisseaux qui ont le moins de pilotes y a la Cannonière Auzituck donc Krrsantan pourrait bien aider à combler le manque de pilotes sur ce vaisseau (plus un générique racailles, ça pourrait être cool)


De rien et merci pour ces articles d'univers ça m'aide à choisir certains livres ou comics star wars et c'est plaisant aussi de lire et d'échanger avec qqn qui en parle avec plaisir

Nébal 29/07/2021 20:41

C'est vrai que l'arrivée éventuelle de Magna Tolvan pourrait apporter des choses amusantes en termes de prérequis de faction (je n'en ai pas parlé ici parce que ce personnage n'arrive que dans la série dédiée) ; on pourrait même imaginer qu'elle soit un moyen d'inclure Aphra dans une liste rebelle, en plus d'impériale... L'idée de ces chaînes d'association m'amuserait bien, en fait !

Pour les conditions secrètes, c'est une piste - mais clairement j'adorerais le principe d'un sale coup fait à un vaisseau allié !

La navette du Bad Batch, ça serait pas étonnant qu'on l'ait un jour. Les as de Résistance, ça serait fun, mais je vois assez mal comment ça pourrait se faire...

Sana, je suis clairement resté sur le mauvais souvenir de ces premières apparitions. Je crois que par la suite ça passe mieux, on verra bien quand je passerai aux articles suivants...

Krrsantan en pilote d'Auzituck racaille, ça serait cool, mais je n'y crois pas trop... En même temps, en v1, il y avait au moins le cas de Nym qu'on pouvait jouer en rebelle alors que son châssis était racaille, sauf erreur, alors... Il y avait aussi Boba en impérial, mais c'était un reliquat de l'ère où il n'y avait que deux factions dans le jeu, je suppose qu'on peut faire une croix dessus. Mais, ouais, un truc à la Nym, ça serait sympa - on pourrait imaginer un "paquet de renforts" sur cette base... Je n'y crois pas vraiment, mais j'aimerais bien.

Merci pour ce long retour !