Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Noblesse oblige

Publié le par Nébal

 

Cela faisait quelque temps que je n’avais pas jouée avec les Wookies bordelais – quelques mois, en fait. Mais une occasion s’est présentée mardi dernier, qui m’a permis d’affronter à trois reprises le camarade Yves-Marie.

 

Mais qu’allais-je jouer pour ma part ? J’ai envie de varier un peu les archétypes – par principe, hors éventuelle préparation pour un tournoi, j'ai envie de ne pas jouer deux fois de suite la même faction ; comme, la dernière fois, j’avais joué Séparatistes, j’avais envie de voir ailleurs pour cette fois. Et, dans le cas présent, je voulais aussi jouer autre chose qu’une nuée – parce que j’en ai joué pas mal ces derniers temps. Ceci dit, peut-être croyais-je simplement jouer des nuées… mais j’y reviendrai.

 

 

Mais j’avais aussi une autre envie, là : jouer une liste thématique – pas un truc très compétitif probablement, à vrai dire un truc éventuellement un peu couillon, mais avec un thème. C’est une pratique que j’aime bien, même si je n’ai que trop rarement eu l’occasion de m’y essayer. Et, dans ce registre, j’avais une idée qui me taquinait depuis quelque temps – l’idée d’une liste engageant la fine fleur de l’aristocratie impériale…

 

MA LISTE (EMPIRE GALACTIQUE, 200 POINTS D’ESCADRON)

 

 

Empire galactique, donc – et trois vaisseaux, trois petits socles, louchant sur l’archétype de la liste d’as sans y correspondre totalement. Surtout, trois vaisseaux pilotés par des nobles impériaux : une comtesse, une duchesse (supposée ?) et un baron…

 

 

Commençons par la comtesse, car elle est probablement celle qui a motivé cette liste : il s’agit bien sûr de la Comtesse Ryad, à bord de son Défenseur TIE/d (initiative 4, 82 points d’escadron).

 

Le Défenseur est un chasseur d’exception, très onéreux sans doute, mais tellement puissant… Et, depuis la v1, la Comtesse Ryad en est ma pilote préférée – d’autres sans doute accorderont le premier rang à Rexler Brath ou (surtout ?) au Colonel Vessery, mais, moi c’est la Comtesse que je kiffe, avec sa très balaise capacité spéciale – et son chasseur rouge qui en pète, le Red Star 1. En fait, disons-le : la Comtesse Ryad est une de mes pilotes préférées de manière générale ; je n’ai pas eu 36 000 occasions de la jouer en v2, essentiellement parce qu’elle coûte très cher, mais, justement : cette liste était l’occasion parfaite de la ressortir.

 

En v2, le Défenseur a gagné un bouclier par rapport à la v1, mais aussi une capacité générique appelée Plein Gaz (et dont j’avais parlé il y a peu, car elle a été reprise pour les Chasseurs royaux Naboo N-1) : après avoir entièrement exécuté une manœuvre à vitesse 3-5, on peut effectuer une action d’évasion. Ce qui est cool, forcément – et adapté pour ce vaisseau qui aime bien appuyer sur le champignon : il ne manque certainement pas d’options de manœuvres lui permettant de gagner ce marqueur d’évasion plus ou moins gratuit.

 

Et peut-être tout spécialement quand c’est la Comtesse Ryad qui est aux commandes ? Car c’est ici qu’intervient sa capacité spéciale : tant qu’elle exécute une manœuvre tout droit, elle peut en augmenter la difficulté pour la remplacer par un Koiogran de même vitesse.

 

Or le Défenseur dispose de quatre manœuvres tout droit, aux vitesses 2-5… et elles sont toutes bleues. Cela signifie que la Comtesse peut, à chaque tour si elle le souhaite, effectuer des Koiogran à vitesse 2-5, et ce sans même se stresser ! Aucun autre pilote du jeu n’est en mesure de faire ça – du moins pas tout seul.

 

C’est vraiment très fort – et la raison pour laquelle la Comtesse Ryad est une de mes pilotes favorites de manière générale.

 

 

Elle coûte certes très cher – mais, dans cette liste, j’avais pile poil la place pour lui conférer une amélioration, un talent plus précisément. Du fait de Plein Gaz, certains joueurs pourraient être tentés, comme pour le Naboo, de sauter par défaut sur la Feinte, mais celle-ci a pris cher lors de l’ajustement de juillet, et, en ce qui concerne la Comtesse Ryad, j’ai toujours eu tendance à privilégier la Manœuvre improbable, du fait de ces Koiogran à répétition (ça a très bien fonctionné à chaque fois, pour le coup) – talent dont le coût (6) n’a pas bougé, ce qui fait qu’il est désormais moins cher que la Feinte.

 

Adonc, la Manœuvre improbable stipule que, tant que la Comtesse effectue une attaque dans son arc avant, si elle n’est pas dans l’arc de tir (sans plus de précisions) de son adversaire, alors ce dernier lance un dé de défense en moins – et ça tend à faire une sacrée différence.

 

Or, avec ses Koiogran à répétition, la Comtesse Ryad a de très bonnes chances de déclencher cette capacité régulièrement sinon systématiquement – les deux vont vraiment très bien ensemble.

 

Et c’est tout. La Comtesse Ryad équipée de la sorte représente donc 88 points d’escadron – oui, tout de même : le Défenseur TIE/d est un excellent vaisseau, mais très onéreux…

 

 

Pour ma deuxième aristocrate impériale, je me suis tourné vers un tout autre type de vaisseau – et à vrai dire une pilote dont le titre de noblesse est peut-être douteux, car il s’agit clairement de son indicatif ; ceci étant, nous n’en savons rien de plus à vue de nez (Wookieepedia confirme qu'il s'agit d'une dame mais n’en dit pas grand-chose de plus), et j’ai donc pris le parti de considérer que « Duchess », pilote de TIE/sk Striker, était bel et bien une duchesse – elle coûte 42 points d’escadron, pour une initiative de 5.

 

Tous les Strikers disposent d’une même capacité générique emblématique, appelée Ailerons adaptables : avant de révéler leur cadran de manœuvres, s’ils ne sont pas stressés, ils doivent exécuter une manœuvre blanche tout droit 1 ou virage sur l’aile 1.

 

J’ai déjà eu à plusieurs reprises l’occasion de discuter de ce qu’impliquaient les ailerons – je vous renvoie à ma chronique de l’extension TIE Reaper le cas échéant, inutile d’y revenir plus en détail ici.

 

Posons simplement que les Ailerons adaptables sont souvent une bénédiction, parfois une malédiction – et c’est ici qu’intervient la capacité spéciale de « Duchess ». De tous les pilotes de Strikers, elle est la seule à disposer d’un contrôle absolu sur l’utilisation des ailerons : elle peut choisir de ne pas les utiliser ; mais elle peut aussi les utiliser alors même qu’elle est stressée.

 

Cette versatilité est un atout marqué. Sur le papier, « Duchess » a probablement l’air moins fun que « Pure Sabacc » ou « Countdown », mais, en jeu, elle tourne à vue de nez un peu mieux – outre qu’elle a une initiative supérieure, à 5 : avec ses manœuvres étranges et ses actions, elle louche sur le territoire des as, clairement.

 

 

Pour cette raison, le talent Manœuvre improbable (6) fonctionne très bien sur elle également – je l’en ai donc équipé, comme la Comtesse Ryad, et il n’y a rien de plus à en dire ici.

 

 

Dans cette liste, « Duchess » est toutefois la seule à disposer d’une seconde amélioration – en l’espèce un artilleur, et un utilisateur de la Force tant qu’à faire : Le Cinquième Frère (9).

 

Initialement, je trouvais ce dernier bien trop cher : il faisait douze points d’escadron au début de la v2. Mais, dès janvier, il est passé à neuf points d’escadron, un niveau de coût plus décent, et qui justifie bien davantage qu’on l’aligne dans une liste.

 

Bien sûr, le premier atout conféré par Le Cinquième Frère, voire le principal, demeure ce gain d’un marqueur de Force – tout spécialement sur un châssis aussi fragile que le TIE/sk Striker.

 

Autrement, capacité pas inintéressante, mais probablement pas au point de sauter au plafond, Le Cinquième Frère permet, quand « Duchess » effectue une attaque, de dépenser un marqueur de Force pour changer un résultat concentration en dégât critique. J’ai eu l’occasion de constater, dans ces parties, que cela pouvait s’avérer très utile – pas seulement pour taper plus lourd, aussi pour conserver un éventuel marqueur de concentration en défense…

 

(Au passage : par la force, aha, des choses, Le Cinquième Frère a été souvent associé au TIE/sk Striker, sinon au TIE/ph Fantôme depuis la mise à jour de janvier – mais FFG a annoncé qu’il deviendrait lui-même un pilote, et de TIE Advanced v1, ce qui est logique, dans le paquet de cartes Hotshots and Aces, prévu pour début 2020 – lequel comprendra aussi un nouveau pilote de Striker, « Vagabond » ; on verra bien ce que ça donnera… même si, en tant que joueur impérial à la base, j’ai déjà fait part d’une certaine déception quant à cette annonce.)

 

Et voilà. Ainsi construite, « Duchess » représente en tout 57 points d’escadron.

 

 

Reste de la place pour un dernier aristocrate impérial.

 

 

En fait, avouons-le, il restait éventuellement de la place pour deux aristocrates impériaux. Si j’avais poussé le délire jusqu’au bout, simplement en sabrant au passage Le Cinquième Frère, j’aurais pu aligner deux Barons de l’Empire, pilotes génériques sans Force du TIE Advanced v1. Mais ça ne me paraissait vraiment pas une bonne idée.

 

J’ai donc choisi de jouer, bel et bien un baron, le plus célèbre de tous en fait, mais dont le titre n’apparaît pas sur sa carte de pilote : Soontir Fel, l’as légendaire aux commandes de son Intercepteur TIE/in (initiative 6, 53 points d’escadron).

 

 

Bien sûr, j’ai un problème avec Soontir Fail. Cet as des as, régulièrement croisé dans le méta impérial, est certes très agile, mais il est aussi très (trop) fragile. Chaque fois que je l’ai joué ou presque (en v2, du moins – ça passait mieux en v1), je l’ai trop exposé d’une manière ou d’une autre et me le suis fait fumer très vite. Typiquement, il appelle à la poisse des dés verts – ça fait partie de son concept, je crois. Mais, de temps en temps, après avoir vaguement digéré mon échec cuisant de la dernière fois où j’ai essayé de jouer avec, je le ressors – or le baron était assurément à sa place dans cette liste toute à la gloire de l’aristocratie impériale…

 

Tous les Intercepteurs TIE/in disposent de la capacité générique Autopropulseurs : après avoir effectué une action, Soontir Fel peut effectuer une action rouge de tonneau ou d’accélération. C’est donc une super action liée, et, trait déterminant, c’est aussi une option de double repositionnement (avec tonneau et accélération, dans cet ordre ou dans l’autre), une faculté caractéristique des as les plus capés.

 

En outre, Soontir Fel dispose d’une capacité spéciale qui lui permet, au début de la phase d’engagement, de gagner (ce n’est pas une action) un marqueur de concentration s’il a un vaisseau ennemi dans son bullseye – condition toujours un peu restrictive, hein, mais que la possibilité du double repositionnement rend beaucoup plus plausible.

 

 

Soontir Fel a donc tout intérêt à avoir une proie dans son bullseye – alors autant capitaliser là-dessus, hein ? Le talent Prédateur (2) fait que, quand Soontir Fel effectue une attaque principale, si le défenseur est dans son bullseye, alors il peut relancer un dé d’attaque.

 

Ça n’est pas totalement foufifou, mais, ici, il faut prendre en compte que Soontir Fel ne dispose pas de l’action d’acquisition de cible, moyen classique de bénéficier d’une relance (en fait, dans cette liste, seule la Comtesse Ryad peut verrouiller des vaisseaux). À ce coût, c’est donc un petit plus appréciable, et qui complète bien la faculté spéciale du baron.

 

Et c’est tout – il n’y a généralement pas besoin de plus avec Soontir Fel, qui, équipé de la sorte, représente donc 55 points d’escadron (oui, l’as ultime est le vaisseau le moins cher de cette liste – et, avec sa tendance à faire « plop » bien trop vite, ça n’est pas plus mal !).

 

Et la liste fait donc 200 points d’escadron tout rond.

 

Non, pas de bid – oui, même avec Soontir Fel… J’aurais pu, en taillant dans le (petit) gras des améliorations, soit en enlevant une ou deux Manœuvres improbables, soit en enlevant Le Cinquième Frère (enlever Prédateur, à ce stade, n’aurait pas vraiment fait de différence)… Mais j’en avais pas envie, na ! Je n’ai pas le réflexe du bid, en fait – c’est probablement un tort, et si je veux travailler les archétypes d’as, il faudra y faire quelque chose, mais pour cette liste thématique un peu couillonne, j’ai préféré m’en tenir aux améliorations.

 

(Pour être honnête : je me doutais qu’Yves-Marie jouerait probablement une nuée avec des valeurs d’initiative très basses… Bouh, Nébal, bouh, pas bien !)

 

Quoi qu’il en soit, voici le résumé de cette liste :

 

Défenseur TIE/d – •Comtesse Ryad – 88

•Comtesse Ryad – Politicienne impitoyable (82)

Manœuvre improbable (6)

 

TIE/sk Striker – •« Duchess » – 57

•« Duchess » – As urbain (42)

Manœuvre improbable (6)

•Le Cinquième Frère (9)

 

Intercepteur TIE/in – •Soontir Fel – 55

•Soontir Fel – As légendaire (53)

Prédateur (2)

 

Total: 200/200

 

Allez, c’est parti !

PREMIER ROUND : SÉPARATISTES, 200 POINTS

 

 

Je m’étais pointé avec une liste un peu couillonne… mais le camarade Yves-Marie, de son côté, a sorti un vrai monstre : une nuée séparatiste à huit vaisseaux !

 

 

Moi qui disais bien aimer l’archétype de la nuée, et qui en ai testé quelques-unes au sein de l’Empire galactique comme des Séparatistes, je dois pourtant bien reconnaître que je n’ai jamais, pour autant que je m’en souvienne, joué plus de six vaisseaux…

 

Ici, la nouvelle échelle des coûts pour les Vultures depuis la mise à jour de juillet est probablement déterminante – lors de mon précédent compte rendu, pourtant autrement soft, je m’en réjouissais… mais en relevant qu’on était à la limite de l’indécence. Et pour le coup…

 

Ceci étant, la liste d’Yves-Marie ne consiste pas uniquement à balancer du petit socle en masse, elle est très bien conçue au-delà, et repose sur une idée de base très sympathique, enfin, pas sûr que ce soit le mot… Bon, bref.

 

Huit vaisseaux, donc : un Bombardier droïde de classe Hyena, qui est, dans ce premier avatar, un Bombardier du Techno-Syndicat générique (32), et sept Chasseurs droïdes de classe Vulture, qui sont sept Drones de la Fédération du Commerce (19 points d’escadron pièce).

 

L’idée est simple mais efficace : au premier tour, le Hyena, protégé le cas échéant par un nuage de gaz, s’avance au maximum pour, à la fin de son tour, lancer un Droïde sonde DRK-1 (5). Du coup, dès le tour suivant, tous les vaisseaux de la liste pourront profiter de l’engin distant pour effectuer une acquisition de cible sur n’importe quel vaisseau ennemi (il est difficile de s’en prémunir).

 

Et les Vultures apprécieront tout spécialement, notamment du fait que quatre d’entre eux sont équipés de Missiles à concussion (6) ; deux autres, par ailleurs, sont munis d’Obus énergétiques (5) – un seul ne dispose pas d’arme secondaire.

 

Et, pour compléter, le Hyena dispose de Supports d’atterrissage (1), tandis qu’un des Drones de la Fédération du Commerce a ses propres Supports d’ancrage (1).

 

Ce qui nous fait une liste à 200 points d’escadron tout rond, dont voici le résumé :

 

Bombardier droïde de classe Hyena – Bombardier du Techno-Syndicat – 32

Bombardier du Techno-Syndicat (26)

•Droïdes sondes DRK-1 (5)

Supports d’atterrissage (repliés) (1)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 25

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Missiles à concussion (6)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 25

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Missiles à concussion (6)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 25

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Missiles à concussion (6)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 25

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Missiles à concussion (6)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 25

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Obus énergétiques (5)

Supports d’ancrage (repliés) (1)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 24

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Obus énergétiques (5)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 19

Drone de la Fédération du Commerce (19)

 

Total: 200/200

 

 

Guerre psychologique : j’avoue avoir tremblé quand j’ai vu Yves-Marie se munir de huit (putain de) cadrans de manœuvre – leur tas restant bien en vue après l’activation…

 

 

(Oui, je sais, les photos pour ces comptes rendus sont particulièrement dégueulasses, toutes mes excuses…)

 

Adonc, nos deux listes faisaient 200 points chacune, c’était au sort de déterminer qui choisirait le premier joueur. C’est à Yves-Marie qu’est revenue la décision, et il a choisi de jouer en premier (ce qui n’aurait d’impact que pour le placement des obstacles, du coup).

 

Les vaisseaux s’activaient donc dans cet ordre : (Droïdes sondes DRK-1) Bombardier du Techno-Syndicat + Drones de la Fédération du CommerceComtesse Ryad« Duchess »Soontir Fel. Soit, sans la moindre surprise, tous les vaisseaux d’Yves-Marie, puis tous les miens (dont l’initiative bien supérieure ne me procurait pas vraiment d’avantage).

 

Et ils s’engageaient dans l’ordre exactement inverse (même constat) : Soontir Fel« Duchess »Comtesse RyadBombardier du Techno-Syndicat + Drones de la Fédération du Commerce(Droïdes sondes DRK-1).

 

Tous les vaisseaux d’Yves-Marie était à initiative 1, et se placeraient donc en premier. Il a choisi de disposer ses sept Vultures dans le coin opposé de mon bord gauche, tandis que le Bombardier du Techno-Syndicat était au centre, en face d’un nuage de gaz judicieusement placé – de la sorte, il pourrait lancer son Droïde sonde DRK-1 de la manière la plus idéale qui soit pour verrouiller mes vaisseaux.

 

Et je dois dire que, dans mon déploiement, je n’ai pas exactement multiplié les efforts pour m’en prémunir – de toute façon, s’il y avait seulement moyen d’échapper à ce lock massif du tour 2, cela aurait probablement impliqué de placer mes vaisseaux de telle sorte qu’Yves-Marie en retirerait d’autres avantages, et je serais au plus tard verrouillé au tour suivant, avec le repositionnement très souple de la sonde, voire des sondes (car il y en avait une seconde en réserve) ; du moins est-ce ainsi que j’ai envisagé les choses.

 

 

Je me suis tout de même posé cette question : avec la Comtesse Ryad, sinon avec « Duchess », ne pouvais-je pas espérer sortir le Hyena avant qu’il ne puisse lancer ses Droïdes sondes DRK-1 ? Probablement pas – c’était un peu juste à la portée, il y avait un nuage de gaz idéalement placé pile poil devant le Bombardier du Techno-Syndicat, lequel avait cinq points de coque… Non, clairement, ça relevait du doux rêve.

 

Et tandis que la nuée de Vultures avançait élégamment en formation sur le bord gauche du tapis de jeu, la Comtesse Ryad (surtout) et « Duchess » se sont avancées relativement prudemment – tandis que Soontir Fel, sur le bord droit du tapis de jeu, fonçait pour contourner les Séparatistes aussi vite que possible.

 

À la fin du premier tour, le Hyena avait lancé son premier Droïde sondeet c’est là que mes ennuis ont commencé.

 

(À la fin du second tour, il a largué le second – juste pour le principe.)

 

 

La nuée de Vultures, tous dotés d’acquisitions de cibles (trois sur la Comtesse Ryad, et trois sur Soontir Fel – ce qui a considérablement vexé « Duchess »), a alors viré sur sa gauche, toujours aussi élégamment et sans bump intempestif, pour faire face à mes vaisseaux.

 

De mon côté, la Comtesse a choisi de prendre un peu de champ, tandis que Soontir Fel amorçait un large virage – peut-être un peu prématurément, à vrai dire. Cela ne laissait que « Duchess » en mesure de faire feu, initialement, mais le Bombardier du Techno-Syndicat ne la craignait pas vraiment dans ces conditions.

 

Surtout, j’ai merdé avec les manœuvres du Striker – désireux de le retourner pour contourner la nuée séparatiste par le bas, je l’ai placé bien trop en face des Vultures au terme de son Koiogran, et ils n’ont pas manqué de saisir l’occasion – même sans acquisitions de cible : la fragile « Duchess » a explosé en vol – premier sang pour les droïdes, sans vraie surprise…

 

 

Ceci dit, à ce stade, la nuée séparatiste était de suite beaucoup moins élégante. Qu’importe, elle constituait un mur, et de bonne taille, que je ne savais absolument pas comment gérer

 

La Comtesse Ryad était éventuellement en mesure de jouter un brin, et a entrepris de dégager au moins le Bombardier du Techno-Syndicat (lequel était cependant bien moins menaçant maintenant qu’il avait rempli son office en larguant les deux Droïdes sondes DRK-1), mais Soontir Fel désespérait de trouver un petit trou dans lequel se faufiler pour taper les droïdes sans s’exposer pour autant – avec toute sa vitesse et toute son agilité, c’était probablement peine perdue à ce stade.

 

 

Il fallait aller au charbon, pas le choix. Le Défenseur TIE/d a bien sorti le Bombardier du Techno-Syndicat, mais Soontir Fel, en dépit d’une manœuvre très agressive, n’est pas parvenu à sortir un des trois Vultures qui le menaçaient directement – mais peut-être parce que j’ai été trop timoré : craignant le retour de bâton, j’ai choisi de ne pas claquer mon marqueur de concentration, et ça aurait pu faire la différence…

 

Quand est venu le temps pour les Vultures de s’engager, ils ont tout balancé sur l’Intercepteur TIE/in – qui a dégagé comme de juste.

 

Je n’avais plus qu’un seul vaisseau – il y en avait encore sept en face, dont un seul d’endommagé. Aussi balaise soit la Comtesse Ryad dans l’absolu, continuer aurait été vain : j’ai concédé.

 

...

 

La fine fleur de l’aristocratie impériale a concédé devant la menace constituée par des droïdes idiots, séides de parvenus d’une répugnante bourgeoisie ! Cela ne saurait être ! Mais cela a été…

 

Défaite impériale, donc – 200 points je suppose à… un peu plus de 40 ? Je ne sais plus à quoi correspondait exactement le Vulture que j’avais endommagé (à vrai dire, dans cette liste, bien repérer qui fait quoi n'est pas chose aisée)… Bah, à ce stade, ça ne signifie de toute façon rien. Je me suis fait laminer.

 

Et cette liste séparatiste est monstrueuse, très intimidante, je ne savais absolument pas comment la prendre…

DEUXIÈME ROUND : SÉPARATISTES, 200 POINTS

 

 

Nous avons tout de même fait un deuxième round. Si ma liste n’a pas bougé entre les deux, Yves-Marie a essayé une variante de sa nuée séparatiste – la faisant passer à sept vaisseaux seulement.

 

Seulement, hein.

 

 

Adonc, il y avait toujours un Hyena et cette fois six Vultures. Le Hyena était désormais un Drone de bombardement (initiative 3, 32 points d’escadron). Il avait toujours ses Droïdes sondes DRK-1 (5) natürlich, ainsi que ses Supports d’atterrissage (1), mais, cette fois, il embarquait aussi des Mines de proximité (6), qu’il était donc éventuellement en mesure de lancer comme de larguer, ce qui pourrait avoir son importance à plus d’un titre – y compris, le cas échéant, s’il voulait jouer à la forteresse sur son caillou.

 

Car cette liste y incitait bien davantage : cette fois, tous les Vultures, toujours des Drones de la Fédération du Commerce (19), bénéficiaient de leurs Supports d’ancrage (1), ce qui avait incité Yves-Marie à se munir de gros astéroïdes et de nuages de débris, contrairement à la première partie, durant laquelle il avait choisi les trois nuages de gaz. Par ailleurs, tous ces Vultures étaient cette fois équipés de Missiles à concussion (6), ce qui rentabilisait davantage encore les Droïdes sondes DRK-1, pour le coup.

 

Cette liste également faisait 200 points d’escadron tout rond, et en voici le résumé :

 

Bombardier droïde de classe Hyena – •••Drone de bombardement – 44

•••Drone de bombardement – Tir d'écrasement (32)

•Droïdes sondes DRK-1 (5)

Mines de proximité (6)

Supports d’atterrissage (repliés) (1)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 26

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Missiles à concussion (6)

Supports d’ancrage (repliés) (1)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 26

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Missiles à concussion (6)

Supports d’ancrage (repliés) (1)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 26

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Missiles à concussion (6)

Supports d’ancrage (repliés) (1)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 26

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Missiles à concussion (6)

Supports d’ancrage (repliés) (1)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 26

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Missiles à concussion (6)

Supports d’ancrage (repliés) (1)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 26

Drone de la Fédération du Commerce (19)

Missiles à concussion (6)

Supports d’ancrage (repliés) (1)

 

Total: 200/200

 

 

Là encore, c’était au sort de décider du choix du premier joueur. Honnêtement, je ne me souviens plus de ce que ça avait donné, et ça n’est pas d’une grande importance.

 

Dans tous les cas, les vaisseaux s’activaient dans cet ordre : (Droïdes sondes DRK-1)Drones de la Fédération du Commerce Drone de bombardementComtesse Ryad« Duchess »Soontir Fel.

 

Et ils s’engageaient dans l’ordre exactement inverse : Soontir Fel« Duchess »Comtesse RyadDrone de bombardementDrones de la Fédération du commerce(Droïdes sondes DRK-1).

 

Yves-Marie s’est déployé peu ou prou comme lors de la première partie – la différence, ici, est que le Drone de bombardement, dont la mission était la même que pour le Bombardier du Techno-Syndicat, avait cette fois un astéroïde devant lui, sur lequel il pourrait se planter dès le tour suivant s’il le désirait.

 

La question de tenter ou pas de flinguer au plus tôt le Hyena ne pouvait susciter que la même navrante réponse : c’était inenvisageable, même avec un astéroïde protégeant un chouia moins le Drone de bombardement qu’un nuage de gaz.

 

J’ai donc choisi d’éloigner un peu mes vaisseaux du centre. La Comtesse Ryad, en jouteuse intrépide, s’est peu ou prou placée en face de la nuée de six (seulement…) Vultures. Soontir Fel est resté dans son couloir de droite pour tracer, mais avec cette fois « Duchess » comme ailière.

 

À la fin du premier tour, bien sûr, le Hyena a lancé son premier Droïde sonde DRK-1.

 

 

La Comtesse Ryad ne comptait bien sûr pas se lancer seule à l’assaut des droïdes. Ce leurre guère convaincant n’a pas duré, et elle a pivoté pour rejoindre ses potes aristos – cela dit, placée de la sorte, elle pourrait enchaîner les Koiogran, fonction de comment les Vultures se comporteraient.

 

Mais si la Comtesse s’est montrée prudente, Soontir Fel, lui, eh bien, non… En avançant bien trop vite, il a constitué une proie idéale pour le Drone de bombardement, qui avait pivoté sur sa gauche après avoir lancé ses sondes. Et vous savez comment ça se passe dans ces cas-là, hein ? Oui – poisse aux dés verts, et le baron Soontir Fel dégage – déjà ! – du tapis de jeu…

 

 

J’aurais pu concéder à ce stade. J’ai proposé à Yves-Marie de continuer encore un peu « juste pour voir », le sous-entendu étant que je concéderais à ma seconde perte (inévitable).

 

Qui ne tarderait probablement pas ? D’autant que je comptais me montrer un peu plus agressif avec la Comtesse Ryad et « Duchess », prêtes à faire face aux Vultures… En commençant par faire péter un Droïde sonde, na ! Wouhou ! Techniquement, c’est un vaisseau ennemi, hein.

 

 

Mgnf.

 

 

Sauf que c’était à nouveau un (bien pauvre) leurre, en ce qui concernait le TIE/sk Striker – dont la proie était en fait le Drone de bombardement. Lequel, comme de juste, avait vu venir le coup, et comptait passer au large pour s’en prendre de préférence à la Comtesse Ryad.

 

 

Laquelle s’est montrée très agressive avec les Vultures – fonçant pour aller au plus près, quitte à bumper sur un pour en avoir un autre à portée 1. Elle y perdait certes toute action, mais se prémunissait d’une attaque, et je ne me sentais pas de faire dans le chichi à ce stade. Elle a ainsi pu sortir un Vulture sans prendre trop cher.

 

En revanche, de son côté, « Duchess » était mal placée, avec trois Vultures tout disposés à lui faire sa fête. Elle n’a pas tardé à dégager, et, comme tacitement convenu, j’ai concédé.

 

La fine fleur de l’aristocratie impériale a de nouveau concédé devant la menace constituée par des droïdes idiots, séides de parvenus d’une répugnante bourgeoisie ! Cela ne saurait être ! Mais cela a été…

 

 

Seconde défaite impériale, donc. J’ai sorti un Vulture, et peut-être la moitié du Drone de bombardement, je ne me souviens pas très bien ; j’ai donc marqué au mieux 48 points d’escadron, au pire 26 – mais cette dernière hypothèse me paraît la plus probable.

 

Même avec un vaisseau en moins, la liste d’Yves-Marie demeurait monstrueuse – mais je la trouve plus fun sous cet avatar, à titre personnel. Pour ce qui est de l’efficacité, pas dit, et Yves-Marie a ensuite préféré revenir à la première forme sauf erreur, mais… ça se discute, dirais-je ?

 

INTERLUDE

 

 

Ici, il me faut noter une chose : entre ces deux parties face à Yves-Marie et la suivante, j’ai en fait livré un autre match avec un autre joueur, Tom, qui débutait en v2, mais avait semble-t-il joué en v1. J’avais bel et bien pris des photos pour faire un rapport de bataille, comme d’habitude, mais, quand est venu le moment de compter les points, j’ai eu la surprise de constater… qu’il manquait un vaisseau dans la liste rebelle de Tom ! Il jouait Ten Numb dans son B-Wing A/SF-01, Horton Salm dans son Y-Wing BTL-A4 et Jake Farrell dans son A-Wing RZ-1, mais il y avait clairement de la place pour un pilote de plus. En effet, en enlevant une amélioration qui ne pouvait pas fonctionner, et une autre dont il ne pouvait pas être équipé, on se retrouvait à 140 points d’escadron seulement… J’aurais probablement dû m’en rendre compte avant : si ça n’a pas été le cas, c’est que je ne maîtrise pas bien les coûts des rebelles, outre que Horton Salm était assez chargé. Le fait demeure : 60 points, ce n’est plus un bid ! Du coup, j’ai le sentiment que rédiger un rapport de bataille dans un contexte aussi déséquilibré n’aurait absolument aucun sens. Notez bien, si je l’ai emporté, ça n’a pas pour autant été dans un fauteuil, puisque je me suis fait sortir Soontir Fel – BIEN SÛR QUE JE ME SUIS FAIT SORTIR SOONTIR FEL ! Mais, voilà, ça n’aurait pas vraiment de sens de détailler tout ça dans ces conditions. Une prochaine fois, Tom !

TROISIÈME ROUND : RÉSISTANCE, 195 POINTS

 

Attention, photo approximative : le X-Wing T-65 qui y figure correspond bien sûr à un X-Wing T-70 aux couleurs classiques – c’est juste que je n’ai pas assez de figurines du chasseur résistant…

 

Pour ma troisième partie m’opposant au camarade Yves-Marie, celui-ci a temporairement remisé son monstre séparatiste de côté pour jouer une liste de la Résistance un peu plus conventionnelle, composée de trois vaisseaux, et plus précisément trois X-Wing T-70.

 

Le champion de la liste était sans surprise l’as et tête brûlée Poe Dameron (initiative 6, 68 points d’escadron), avec son Repousser les limites intégré. Son X-Wing, comme ceux de ses camarades, était bien sûr équipé de la configuration gratuite S-Foils intégrés (0), mais aussi du titre Black One (2), qui lui permet de faire un MASL éventuellement très agressif, comme au début des Derniers Jedi. En guise d’astromech, il avait un Astromech R4 (2) qui diminuait la difficulté de ses manœuvres de base, et en arme spéciale un Canon laser lourd (4) pour taper plus velu s’il avait sa cible dans le bullseye – condition qui jouait également avec le talent Prédateur (2), à l’instar de mon Soontir Fel.

 

Le deuxième X-Wing T-70 de la liste était piloté par Ello Asty (initiative 5, 56 points d’escadron), qui est en mesure de faire régulièrement des tonneaux de Tallon blancs (la Comtesse Ryad en est forcément vexée). Plus sobre au plan des améliorations que son patron, Ello Asty s’en tient ici, outre la configuration gratuite S-Foils intégrés (0), à un Astromech R2 (4), en mesure de régénérer des boucliers contre des marqueurs de désarmement, et au talent « adjectif » spécifique à la Résistance, soit Héroïque (1), qui, sous conditions, peut offrir des relances cruciales en attaque comme en défense… du moins est-ce la théorie (nyark !)

 

Enfin, troisième et dernier X-Wing T-70 de la liste, nous avons Nien Numb (initiative 5, 55 points d’escadron), lequel, un truc sullustéen faut-il croire, a une capacité spéciale de gestion (plutôt que de profit) du stress. Plus léger encore que le précédent, Nien Numb s’en tient à la configuration gratuite S-Foils intégrés (0) et au talent Héroïque (1).

 

Ce qui nous donne une liste à 195 points d’escadron en tout. En voici le résumé :

 

X-Wing T-70 – •Poe Dameron – 78

•Poe Dameron – Tête brûlée à la gâchette facile (68)

S-Foils intégrés (dépliés) (0)

Black One (2)

Prédateur (2)

Astromech R4 (2)

Canon laser lourd (4)

 

X-Wing T-70 – •Ello Asty – 61

•Ello Asty – Born to Ill (56)

S-Foils intégrés (dépliés) (0)

Héroïque (1)

Astromech R2 (4)

 

X-Wing T-70 – •Nien Nunb – 56

•Nien Nunb – Survivant sarcastique (55)

S-Foils intégrés (dépliés) (0)

Héroïque (1)

 

Total: 195/200

 

 

Ce bid de cinq points laissait le choix du premier joueur à Yves-Marie – et, cette fois, c’était crucial, avec des vaisseaux dotés de valeurs d’initiative de 5 et de 6 de part et d’autre du tapis de jeu. Sans surprise, il a choisi que je jouerais en premier…

 

Nos vaisseaux s’activeraient donc dans cet ordre : Comtesse Ryad« Duchess »Ello Asty + Nien Numb Soontir FelPoe Dameron.

 

Et ils s’engageraient dans l’ordre suivant : Soontir FelPoe Dameron« Duchess »Ello Asty + Nien NumbComtesse Ryad.

 

Pour ce qui est des obstacles, Yves-Marie s’était muni de deux nuages de gaz et d’un nuage de débris. Trois des nuages de gaz ont constitué un tunnel sur le côté gauche, les deux autres étant du côté de ma zone de déploiement (j’avais positionné le nuage de débris au centre du bord d’Yves-Marie).

 

Cette fois, j’ai placé la Comtesse Ryad en guise d’ailière de Soontir Fel, lequel aurait comme d’hab’ recours au bord droit du tapis de jeu pour tracer la route. « Duchess » était davantage isolée, mais, clairement, c’était pour se donner du champ avec ses Ailerons adaptables. En face, Poe Dameron et Ello Asty s’étaient déployés ensemble vers le centre, tandis que Nien Numb usait du couloir du côté gauche pour foncer lui aussi.

 

 

Cette fois, j’ai voulu me montrer plus agressif – quitte à prendre des risques. Mes trois vaisseaux se sont placés de sorte à pouvoir intercepter si possible un même X-Wing T-70, et dans la mesure du possible Poe Dameron himself.

 

La configuration des manœuvres a rendu cette menace très plausible : Soontir Fel pouvait l’attaquer à distance sans s’exposer lui-même, la farfelue Comtesse s’est jetée dans la mêlée avec un de ses fameux Koiogran (elle était le seul de mes vaisseaux à véritablement s’exposer, mais elle a les stats pour ce faire), tandis que « Duchess » avait au contraire joué de la carte de la prudence pour cibler Poe sans se trouver dans plus d’un arc (en l’espèce, celui de Nien Numb).

 

Conscient de la menace, Yves-Marie a jugé que c’était le moment pour Poe d’effectuer le MASL unique conféré par le titre Black One. Seulement, désireux de taper sur la Comtesse (et, durant ce tour tout spécialement, les jets d’attaque d’Yves-Marie ont été incroyablement malchanceux…), il y a récolté un marqueur ionique qui me permettait de savoir exactement où il se déplacerait au tour suivant…

 

 

C’était l’hallali ! Tous mes vaisseaux se sont déplacés de sorte à en profiter – et Poe, malchanceux en défense comme en attaque, est sorti du tapis de jeu ! De manière bien précoce – c’était franchement inespéré…

 

Bon, je n’en suis pas sorti indemne : si Soontir Fel et la Comtesse Ryad s’en sont bien tirés, « Duchess », la fragile « Duchess », avait dû s’exposer – elle aussi a dégagé, en conclusion de ce tour très violent. Mais, vous savez quoi ? À l’échange, Poe Dameron contre « Duchess », j’y gagnais largement !

 

 

Avec un vaisseau en moins de part et d’autre, la partie a pris un tour différent. Mais, globalement, il m’a avantagé : la Comtesse avec ses Koiogran a répétition était toujours capable de s’assurer au moins une cible sans se stresser ni même s’exposer – et mon baron Soontir Fel, agile, mais que, tout au long de cette partie, j’ai piloté bieeeeeeeeeeeeeeeen plus prudemment que d’habitude, lui apportait un soutien non négligeable.

 

 

Cela dit, les X-Wing T-70 aussi sont agiles. Aussi avons-nous passé plusieurs tours à nous tourner autour, dans un ballet acrobatique.

 

 

Il y avait bien régulièrement des échanges de tir, mais rien d’aussi violent que lors du tour qui a vu Poe Dameron et « Duchess » partir en fumée.

 

 

Cependant, là encore, cela a globalement tourné à mon avantage. En jouant sur l’attrition, j’ai finalement sorti Nien Numb.

 

 

Mon Soontir Fel était sauf erreur intact (une première en ce qui me concerne !), et, si la Comtesse Ryad avait essuyé des tirs, perdant trois ou quatre boucliers, sa coque n’était pas endommagée (et Yves-Marie n’en avait donc pas acquis la moitié des points).

 

Cette fois, c’est donc Yves-Marie qui a concédé.

 

Victoire impériale, enfin ! 200-57, si je ne m’abuse.

 

Disons-le : j’ai eu beaucoup de chance… ou, plus exactement, Yves-Marie a été très malchanceux. Au moment critique, il a enchaîné les attaques à blanc – cependant pas totalement, ce qui l’empêchait de recourir à Héroïque... De mon côté, je n’espérais vraiment pas sortir Poe Dameron aussi vite, et c’est pourtant ce qui s’est produit !

 

Et je ne vais pas vous mentir : cette ultime victoire, après mes deux branlées face aux nuées séparatistes monstrueuses du même camarade Yves-Marie, a constitué un soulagement bienvenu !

 

BILAN PERSO

 

 

Ma liste n’avait pas été conçue comme compétitive : elle avait pour objet de jouer sur une thématique un peu couillonne. Le bilan à en dresser ne fait donc pas forcément beaucoup de sens en termes de list-building, mais je suppose que l’on peut tout de même en tirer quelques enseignements, au moins à titre personnel.

 

Première chose, comme une évidence : j’adooooooooore la Comtesse Ryad. C’est décidément une de mes pilotes préférées (avec « Whisper »). Ce n’est certes pas la pilote la plus subtile et rusée qui soit, avec ses Koiogran à répétition – reste qu’ils sont vraiment redoutables, et rentabilisent comme jamais le talent Manœuvre improbable, très souvent.

 

Le Défenseur TIE/d coûte très cher, forcément – ce qui me dissuade de le jouer régulièrement. Mais, quand je vois les capacités de la Comtesse, même au regard des cinglantes défaites subies face aux nuées séparatistes (elle était de toute façon à chaque fois et de très loin celle de mes pilotes qui s’en tirait le mieux, ou le moins mal), eh bien, je suppose que ce coût n’est probablement pas trop élevé.

 

 

Le bilan concernant l’as des as qu’est le baron Soontir Fel est forcément plus indécis, mais pour des raisons toutes personnelles : je le joue mal, trop souvent, je me mets en danger et en paye le prix, trop souvent – bref, je réitère bien trop régulièrement mon Soontir Fail, comme une mauvaise blague.

 

 

C’est une mauvaise blague.

 

Pour autant, je ne saurais nier ses capacités et son caractère redoutable, qui justifient sa place dans le méta – c’est juste qu’il faut que j’apprenne à le piloter.

 

La dernière partie, où je l’ai joué plus prudemment, est peut-être un encouragement dans ce sens : il a fait le job sans s’exposer – c’est ce qu’il est supposé faire ! Reste que ça me demandera du travail. Beaucoup de travail. Il me faudra sans doute le ressortir de temps en temps…

 

 

Quant à « Duchess », eh bien, je l’aime bien – parce que j’aime bien le TIE/sk Striker de manière générale, faut dire… même si je n’en ai que bien rarement tiré bénéfice. Notamment parce que ce vaisseau est très fragile, avec ses quatre points de coque seulement pour une agilité de 2.

 

Maintenant, « Duchess », si elle est moins flamboyante peut-être que « Pure Sabacc » ou « Countdown », est aussi plus sûre, et sa versatilité quant à son usage ou non des Ailerons adaptables, ainsi que son initiative de 5, en font une menace à prendre en compte.

 

Même si ça tenait du gag dans les deux premières parties : Yves-Marie balançait tous ses locks sur Soontir Fel et la Comtesse Ryad, ignorant totalement et délibérément « Duchess »… Mais, HEY ! Elle est une menace elle aussi ! Ceci étant, dans ces deux parties… Eh bien, elle n’a clairement pas brillé.

 

Maintenant, les raisons étaient peut-être extérieures ? Si la Comtesse Ryad me paraissait un choix pertinent face à ces grosses nuées, « Duchess » mais aussi Soontir Fel étaient passablement désemparés…

 

Et je ne sais toujours pas très bien comment gérer ces nuées, de manière générale. Il faudra sans doute y réfléchir, parce qu’on vient probablement de passer à une nouvelle phase dans l’existence des nuées séparatistes, que le méta devrait éventuellement prendre en compte.

 

Non que cela ait été véritablement ma préoccupation ici : ma liste, encore une fois, ne se voulait pas compétitive. Cela dit, je ne la crois pas pourrie pour autant – la dernière partie, même en prenant en compte le facteur chance, me semble en avoir fait la démonstration.

 

Et je songe à une liste de chouchoutes impériales associant mes pilotes fétiches, la Comtesse Ryad et « Whisper »… Bon, on verra !

Commenter cet article