Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rapport de tournoi : Saintes, 8 mai 2019

Publié le par Nébal

 

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…

 

Bon, à Saintes le 8 mai dernier, quoi...

 

… Il y avait un nouveau tournoi de X-Wing, organisé par les décidément très actifs Dés Rangés – qui gèrent tout très très bien, comme d’habitude. Nous jouions cette fois dans la galerie d’un vaste centre commercial, devant la chouette boutique Jeuxvideo.fr / Jeux de rêves – un cadre plutôt sympa, avec quelques passants curieux qui nous regardaient pousser de la figouze, dont quelques pitchouns avec des étoiles dans les yeux au spectacle des GROS VAISSEAUX (surtout) ; sur d'autres tables juste à côté, il y avait en même temps un tournoi de Magic ; cool !

 

Le tournoi était au format Hyperespace – et j’ai été agréablement surpris par la diversité des listes : toutes les factions étaient représentées, en tout cas ; la République, la Résistance, l’Empire Galactique peut-être, n’avaient pas 36 000 représentants, mais ils étaient tout de même présents, et j’ai régulièrement croisé des Rebelles, des Racailles et Scélérats, des Séparatistes et du Premier Ordre.

 

Et, au sein de ces différentes factions, les listes étaient variées, jouant sur des tactiques très différentes ; moi qui supposais qu’il y aurait, par exemple, pas mal de listes rebelles à base de B-Wing et de Leia Organa, eh bien, en fait, non, pas spécialement… Et, une chose qui m’a bien plu, il y avait, outre la mienne, un nombre non négligeable de nuées – séparatistes, mais aussi impériales.

 

C’était de toute façon la foire aux petits socles, qui dominaient très nettement les listes – j’ai bien croisé ça et là des Faucons Millenium de Lando, des Navettes de commandement de classe Upsilon, ou un Infiltrateur Sith, côté gros socles, et des U-Wing et des Firesprays côté socles moyens, mais ils constituaient clairement l’exception.

 

Par ailleurs, je ne crois pas avoir vu de listes à deux vaisseaux seulement – il y en avait quelques-unes à trois figurines, mais, à vue de nez, la majorité des listes jouées comprenaient quatre vaisseaux, avec quelques listes tendant davantage vers la nuée qui en alignaient cinq ou six.

 

Dont la mienne…

 

Note au passage : le gros malin que je suis a trouvé le moyen de péter son smartphone peu avant le tournoi – c’était problématique, pour les photos… Heureusement, le camarade Albu m’a prêté le sien pour cette journée, et je l’en remercie, gloire à lui ! Mais on ne peut pas dire que je me suis appliqué… Festival de flou, donc, mes excuses. Je n’ai pris que deux photos par partie, une au début, une à la fin, pour ne pas ralentir le rythme du jeu, of course.

 

MA LISTE

 

 

Comme je m’en étais fait l’écho dans plusieurs articles, j’ai mis beaucoup de temps à me décider pour la liste que je jouerais lors de ce tournoi. J’ai envisagé bien des hypothèses, du côté de l’Empire Galactique, des Racailles et Scélérats et des Séparatistes – et des listes conçues dans des optiques très différentes : des as, des bombes, des nuées…

 

Et c’est finalement ce dernier archétype qui l’a emporté – même si je redoutais que jouer une nuée serait trop périlleux dans un tournoi. Cela dit, j’avais joué une sorte de semi-nuée lors de mon premier tournoi, déjà à Saintes… Du coup, je me suis dit que je pouvais bien remiser de côté mes appréhensions à cet égard, et tenter la chose.

 

J’ai envisagé plusieurs hypothèses, au sein de l’Empire Galactique (Albu m’en a d’ailleurs suggéré une de très intéressante, qu’il me faudra tester) comme des Séparatistes – et c’est finalement pour ces derniers que je me suis décidé, sur la base de mes expériences narrées dans mes précédents articles Séparément et École de commerce.

 

Il en est résulté une liste… sobre ? Avec quasiment pas d’améliorations – un truc que j’étais curieux de tester…

 

 

Commençons par le plus onéreux de ces vaisseaux, la star qui m’a toujours convaincu jusqu’à présent, entre mes mains comme en celles bien plus expérimentées de mes adversaires : le Général Grievous, à bord de son Chasseur Belbullab-22 (47 points d’escadron, initiative 4).

 

Le perfide Grievous a une aguichante capacité spéciale : quand il effectue une attaque principale, s’il n’est pas dans l’arc de tir du défenseur, il peut relancer jusqu’à deux dés d’attaque. Ce qui est très, très chouette.

 

 

On est dès lors tenté de capitaliser sur ses capacités de flanqueur, et un bon moyen d’y parvenir est de lui associer le talent Manœuvre improbable (6) : tant que Grievous effectue une attaque principale, s’il n’est pas dans l’arc de tir du défenseur (même condition, donc !), alors celui-ci lance un dé de moins.

 

J’ai pu constater, d’abord dans la douleur puis avec joie, à quel point Grievous, piloté dans cette optique, pouvait se montrer horriblement dangereux…

 

 

Mais il me paraissait utile de le renforcer un peu « au cas où ». Je lui ai donc associé le titre réservé au Belbullab Soulless One (10), qui est certes onéreux mais tout de même très profitable.

 

D’une part, là, comme ça, il rajoute deux points de coque au Belbullab : merci, c’est gentil !

 

D’autre part, quand Grievous défend, si l’attaquant est hors de son arc de tir (condition cette fois différente des deux précédentes), alors il peut relancer un dé de défense.

 

Les deux points de coque, c’est tout bénéf’ de manière générale, mais ce petit truc en plus, si on apprécierait de ne pas avoir à y recourir trop souvent, hein, peut s’avérer très utile si, à un moment ou à un autre, Grievous se retrouve pris en sandwich ou astucieusement contourné – d’autant que, dans cette liste, il constitue une cible de choix pour mes adversaires : c’est lui qui rapporte des points…

 

C’est tout (c’est déjà pas mal...) pour le Général Grievous. Équipé de la sorte, et il est le seul dans cette liste à disposer d’améliorations, il représente 63 points d’escadron.

 

 

L’idée, ensuite, était de constituer, parallèlement à Grievous qui jouerait en solo, une nuée associant des droïdes de deux types : les Vultures sont très certainement l’âme (?) de la nuée séparatiste, mais je voulais la rendre plus agressive en y associant également deux autres Chasseurs Belbullab-22.

 

Et des droïdes donc, soit des Pilotes automatiques Feethan Ottraw (37, initiative 1) : en effet, ceux-ci sont vraiment peu onéreux, ils sont efficaces, ils disposent de l’action de calcul, ce qui permet aux Vultures de piocher dans leurs marqueurs (si l’inverse n’est pas vrai), et ils sont à la même initiative que mes drones, ce qui facilite les manœuvres.

 

La contrepartie, c’est que ces vaisseaux, comme les Vultures après eux, doivent alors être alignés à poil. Mais ça m’allait très bien.

 

Adonc, nous avons deux Pilotes automatiques Feethan Ottraw à 37 points d’escadron pièce, soit 74 points d’escadron en tout.

 

 

Reste trois vaisseaux à envisager, qui sont (forcément) trois Chasseurs droïdes de classe Vulture, et même plus précisément les moins chers, soit trois Drones de la Fédération du Commerce (20, initiative 1).

 

Outre leur coût très bas, l’atout majeur de ces vaisseaux réside dans leur capacité générique Calculs en réseau – laquelle stipule que, tant qu’un Vulture attaque ou défend, il peut dépenser un marqueur de calcul d’un vaisseau allié à portée 0-1 (éventuellement un Pilote automatique Feethan Ottraw, donc) pour changer un résultat concentration en un résultat dégât ou évasion. Ce qui est crucial pour ces petits chasseurs aux statistiques autrement médiocres voire pires.

 

Là encore, ils sont tous les trois alignés à poil. Nous avons donc trois Drones de la Fédération du Commerce à 20 points d’escadron seulement pièce, et 60 points d’escadron en tout.

 

Ce qui nous fait une liste à 197 points d’escadron. J’aurais pu consommer ces trois points restants : j’avais testé une configuration de cette liste dans laquelle un des Drones de la Fédération du Commerce était remplacé par un Prototype Haor Chall, et j’avais envisagé aussi la possibilité d’un Drone séparatiste, mais, dans les deux cas, l’apport me paraissait vraiment négligeable. La question des obstacles me paraissait plus cruciale : des gros astéroïdes mal placés pourraient s’avérer fatals à ma nuée… Et c’est donc dans cette optique que je me suis décidé pour un bid de trois points : cela n’avait certes guère d’impact au regard de l’initiative de mes vaisseaux, mais, dans les cas limites, je pourrais ainsi écarter au moins un obstacle gênant – je crois que le jeu en valait la chandelle.

 

Voici le résumé de cette liste – qui est donc au format Hyperespace.

 

Chasseur Belbullab-22 – •Général Grievous – 63

•Général Grievous – Cyborg ambitieux (47)

Manœuvre improbable (6)

Soulless One (10)

 

Chasseur Belbullab-22 – Pilote automatique Feethan Ottraw – 37

Pilote automatique Feethan Ottraw (37)

 

Chasseur Belbullab-22 – Pilote automatique Feethan Ottraw – 37

Pilote automatique Feethan Ottraw (37)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 20

Drone de la Fédération du Commerce (20)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 20

Drone de la Fédération du Commerce (20)

 

Chasseur droïde de classe Vulture – Drone de la Fédération du Commerce – 20

Drone de la Fédération du Commerce (20)

 

Total : 197/200

 

Cela n’a pas débouché sur des articles, mais j’ai eu l’occasion de tester cette liste (en gros – j’avais évoqué le cas du Prototype Haor Chall alternatif, par exemple), livrant deux parties contre Albu, puis deux autres contre Acteris (lequel, avec ses Bombardiers de la Résistance, jouait bombes et tourelles – une expérience très formatrice pour une nuée !). Dans tous ces cas sauf un, ma liste s’est très bien comportée.

 

Mais en irait-il de même en tournoi ? Avec une anxiété tout autre, dont je ne parviens décidément pas à me défaire ? On verrait bien…

PREMIER ROUND : FLO86 (PREMIER ORDRE)

 

 

Ma première partie de la journée m’a opposé au camarade Flo86, qui jouait une liste Premier Ordre à quatre vaisseaux – pour cette liste comme pour les suivantes, je ne suis pas toujours certain de chaque détail précisément, mais voici ce dont je crois me souvenir.

 

Il y avait un gros socle, qui était une Navette de commandement de classe Upsilon, pilotée par le Lieutenant Tavson. Sauf erreur, sa seule amélioration était un Rayon de brouillage gratuit, qui n’a pas été employé durant la partie.

 

Le cœur de la liste consistait en deux Chasseurs TIE/sf nommés. Il y avait « Quickdraw », qui était la seule des deux à emporter l’Artilleur des Forces Spéciales, et « Backdraft », qui avait me semble-t-il des Missiles groupés (une amélioration que je redoutais, avec ma nuée !).

 

Enfin, il y avait un Chasseur TIE/fo, qui était le rentable « Scorch » ; il bénéficiait sauf erreur du talent Tireur hors-pair.

 

En l’état, cette liste représente 199 points d’escadron ; il y a peut-être une erreur ici ou là, mais grosso merdo, voilà.

 

Flo86 s’était muni d’obstacles assez gros, ce qui m’a incité, à tort ou à raison, à prendre l’initiative pour dégager un peu le passage devant ma nuée. Ce qui s’est bien produit, aussi ai-je placé mes droïdes en conséquence – Grievous, lui, était bien trop loin à ma gauche…

 

Les vaisseaux s’activaient donc dans cet ordre : Drones de la Fédération du Commerce + Pilotes automatiques Feethan OttrawLieutenant TavsonGénéral Grievous« Backdraft » + « Scorch »« Quickdraw ».

 

Et ils s’engageaient dans l’ordre suivant : « Quickdraw »Général Grievous« Backdraft » + « Scorch »Lieutenant TavsonDrones de la Fédération du Commerce + Pilotes automatiques Feethan Ottraw.

 

Bon, ça tapait lourd, en face… Aussi me fallait-il procéder avec méthode. Une chose me paraissait claire, d’emblée : je n’avais aucune envie de faire le jeu de « Quickdraw » en la prenant pour cible – du moins tant que je pouvais faire du dégât ailleurs, et à moins, bien sûr, que sa faculté de riposte ne soit pas menaçante, pour une raison ou une autre, auquel cas ce serait le moment ou jamais de lui faire sauter ses boucliers. Mais Flo86 la plaçait au mieux, ce qui me dissuadait de m’en prendre à cet as bien pénible. « Backdraft » serait problématique à partir du moment où il m’aurait dépassé ou aurait trouvé un autre moyen de me montrer son derrière, l’exhibitionniste, mais il ne représentait pas une trop grande menace d'ici-là. Aussi ai-je voulu dans un premier temps me focaliser sur « Scorch » et le Lieutenant Tavson.

 

Et, au début, je tends à croire que la partie s’est plutôt bien engagée de mon côté. J’ai sorti « Scorch » très vite, même si le TIE/fo avait déjà pu faire usage de Tireur hors-pair.

 

Mais Tavson était un sac à PV, c’était donc une tout autre affaire. L’idée était de le bloquer avec un ou deux Chasseurs droïdes de classe Vulture, de sorte qu’il ne puisse pas bouger, ce dont profiteraient mes Belbullabs. Pareille tactique impliquait probablement de sacrifier un ou deux drones incapables de sortir de son gros arc de tir à quatre dés rouges, mais je supposais que le jeu en valait la chandelle. Et, 12 PV ou pas, la Navette de commandement de classe Upsilon n’a dès lors pas vraiment fait long feu.

 

Seulement, le temps que ça se produise, « Backdraft » et « Quickdraw » avaient amplement eu le temps de passer derrière moi – et tous deux en ont bien profité. Si la seconde était relativement tranquille dans son coin, mais généralement en mesure de placer ses dangereuses attaques à trois dés rouges, « Backdraft » offrait une cible plus tentante, et j’ai tout lâché sur lui – hélas, je ne suis pas parvenu à le sortir : lors du dernier tour, il ne lui restait plus qu’un seul point de coque, mais un ultime tonneau a pu le faire sortir de l’arc de tir de mon Pilote automatique Feethan Ottraw survivant qui le pourchassait.

 

 

Le survivant, oui – car, à force, par attrition, mes effectifs fondaient : à ce stade, mes trois drones avaient dégagé du tapis de jeu, mais aussi un de mes Belbullabs – et nous nous retrouvions donc à deux contre deux. Je menais très légèrement au score.

 

En fait, tout s’est joué lors du dernier tour. Je n’ai donc pas pu achever « Backdraft », ce qui était frustrant, mais il y avait bien pire : une ultime attaque de « Quickdraw », très vilaine, sur un Grievous contraint à une manœuvre évidente (sans quoi il sortirait du tapis de jeu...), a permis à Flo86 de récolter la moitié des points de Grievous, lequel était pourtant plutôt en bonne santé !

 

Et c’est ce qui a fait basculer la partie – qui fut globalement très serrée : en gagnant 32 points sur Grievous, et dans la mesure où mon Pilote automatique Feethan Ottraw survivant était passé juste en dessous du seuil d’acquisition des points, Flo86 m’a en définitive dépassé au score.

 

Défaite, donc, 148-121. Cet ultime coup du sort était assurément frustrant, mais ce fut une chouette partie, assez disputée et tendue. Je crois avoir plutôt bien piloté, et y vois donc une défaite, certes, mais une défaite honorable. Sans doute pas le meilleur moyen de débuter la journée, mais, bon, hein, c’est dans l’ordre des choses… Et je me suis bien amusé.

 

DEUXIÈME ROUND : TEREGAN (SÉPARATISTES)

 

 

Mon deuxième adversaire de la journée était le camarade Teregan, qui jouait lui aussi les Séparatistes, mais une liste assez différente de la mienne – surtout du fait de la présence d’un gros socle, Dark Maul à bord de son Infiltrateur Sith (il avait le pouvoir de la Force Haine, embarquait le Général Grievous en équipage, et disposait d’un Canon laser lourd).

 

Après quoi il y avait un Chasseur Belbullab-22, qui était piloté par le Capitaine Sear, avec le relais tactique Kraken.

 

Et, enfin, trois Chasseurs droïdes de classe Vulture, qui étaient là aussi trois Drones de la Fédération du Commerce. Seulement, deux d’entre eux emportaient des Missiles Discorde, générateurs de Nuées de droïdes Buzz, tandis que le dernier était équipé d’Obus énergétiques.

 

Ce qui faisait une liste à 200 points. La décision quant à l’initiative me revenait donc à nouveau, mais j’avoue ne plus bien savoir quel avait été mon choix en la matière (les trois obstacles de Teregan étant des nuages de gaz qui ne me posaient pas autant problème que les gros astéroïdes et nuages de débris de Flo86). À vue de nez, je dirais que j’ai pris l’initiative ? C’est ce qui me paraîtrait le plus sensé, mes droïdes tirant alors avant ceux de Teregan… En même temps, j’étais tellement à l’ouest tout au long de cette partie, que, bon…

 

Mais supposons que c’était bien le cas ; les vaisseaux s’activaient alors dans cet ordre : (Nuées de droïdes Buzz) → Drones de la Fédération du Commerce + Pilotes automatiques Feethan OttrawDrones de la Fédération du CommerceCapitaine SearGénéral GrievousDark Maul.

 

Et ils s’engageaient dans l’ordre suivant : Dark MaulGénéral GrievousCapitaine SearDrones de la Fédération du Commerce + Pilotes automatiques Feethan OttrawDrones de la Fédération du Commerce → (Nuées de droïdes Buzz).

 

Disons-le de suite : cette partie fut parfaitement calamiteuse de mon côté. J’ai enchaîné les erreurs d’appréciation, et, toujours bien trop anxieux en tournoi, quand je fais une connerie, j’ai hélas une fâcheuse tendance à les multiplier ensuite pour tenter vainement de corriger la première.

 

Comme mon très sympathique adversaire l’a volontiers reconnu, il a eu beaucoup de chance sur ses jets de dés, et j’ai eu beaucoup de déveine sur les miens (je ne sais pas si j’ai jamais tiré autant de résultats vierges en attaque comme en défense, c’était ahurissant…). Cependant, si la chance fait partie du jeu, elle ne fait pas tout, et demeure secondaire au regard de la qualité du pilotage – or j’ai très mal piloté, tandis que mon adversaire pilotait très bien, faisant preuve d’un remarquable sens du placement (notamment pour Maul, dont le Canon laser lourd a beaucoup servi), anticipant tous mes mouvements en même temps que je ne parvenais que bien trop rarement à prévoir les siens. Il a gagné parce qu’il le méritait, et amplement.

 

Et, oui, j’ai fait connerie sur connerie – dont une, cruciale, tenait à un point de règle concernant les Missiles Discorde qui m’avait totalement échappé… Nos deux nuées étaient parties pour se foncer dessus. Mon adversaire a très tôt largué ses Nuées de droïdes Buzz, ne cherchant pas à les balancer directement sur mes vaisseaux, mais les disposant simplement en face d’eux. Et c’est là que j’ai grave merdé : je pensais, naïvement, qu’une fois deux de mes vaisseaux contaminés, je n’aurais qu’à foncer sur les Vultures d’en face pour me débarrasser des droïdes Buzz – parce que Teregan ne pourrait pas les relocaliser dans mes glissières arrière, du fait des Belbullabs qui suivaient mes drones, ceci alors que ses propres vaisseaux chevaucheraient ses propres nuées, même arrimées à mes appareils. Sauf que non, bordel ! Les vaisseaux de Teregan ignoraient forcément ses propres droïdes Buzz, il n’y avait pas de question de relocalisation qui tienne ! Maintenant que je l’écris, ça me paraît une évidence, mais je n’avais pas pigé ça avant que l’occasion ne se présente. Je supposais que mon adversaire devait avoir raison, mais confesse avoir fait appel à un arbitre « juste pour être sûr » ; je ne crois pas être un joueur chieur, j’espère ne pas en entre un, mais cette histoire serait lourde de conséquences pour la suite des opérations, alors… Mais, oui, Teregan avait forcément raison, et je me plantais dans les grandes largeurs. Toutes mes excuses... Non seulement cette « tactique » infondée n’a pas produit les résultats escomptés, mais en outre elle me privait de bien trop nombreuses opportunités de tir, ceci alors même que Maul était dans une excellente position pour balancer deux attaques par tour… Ma nuée a fondu comme neige au soleil.

 

 

Et, donc, cette partie a témoigné de ce que, dans ces conditions, je gère très mal la tension : j’ai enchaîné les mauvaises décisions, notamment en ignorant un peu trop l’Infiltrateur Sith, et je n’ai infligé que peu de dégâts à mon adversaire, ne sortant du tapis de jeu que le Capitaine Sear et un Drone de la Fédération du Commerce (un porteur de Missiles Discorde, mais qui en avait donc déjà fait usage). Teregan, lui, très méthodiquement, a éliminé tous mes vaisseaux.

 

(Et c’est d’ailleurs à cette occasion que j’ai appris qu’une liste entièrement éliminée vaut 200 points, qu’importe le bid.)

 

Une défaite écrasante, donc : 200-75. Et une leçon à plus d’un titre. J’en suis sorti un tantinet déprimé, tout de même, et guère confiant quant à la suite des opérations… De quoi ruminer durant la pause déjeuner – il faut croire que c’est une de mes spécialités dans ces tournois !

TROISIÈME ROUND : WEDGE NANTILLAIS (RÉPUBLIQUE)

 

 

La première partie de l’après-midi m’a opposé au camarade Wedge Nantillais – lequel jouait République, une liste à trois Aethersprites Delta-7, aka Chasseurs Jedi. Les trois pilotes étaient Luminara Unduli, Mace Windu et Saesee Tiin.

 

La plupart de leurs améliorations étaient communes aux trois vaisseaux : la configuration Delta-7B, des Astromechs R4 et des Consoles synchronisées.

 

L’un d’entre eux bénéficiait du pouvoir de la Force Sens (a priori, je dirais qu’il s’agissait de Saesee Tiin ?), même si, sauf erreur, il n’a pas servi dans cette partie.

 

Et j’étais à la fois anxieux et curieux de jouer contre cette liste – pas seulement pour des raisons de fluff qui contribuent certes au plaisir, République contre Séparatistes bordel, mais aussi parce que je n’avais jamais eu l’occasion de tester ma liste en forme de nuée face à des pilotes typés as, ce que sont assez clairement les Chasseurs Jedi, avec leurs facultés de repositionnement incroyables…

 

Cette liste faisant 200 points d’escadron, la décision concernant l’initiative me revenait à nouveau. Et, cette fois, elle importait pour moi en dehors des seuls obstacles (trois gros astéroïdes, ce qui était problématique pour ma nuée), car les trois Jedi étaient à initiative 4, comme mon Grievous. Je me doutais qu’ils joueraient à fond la carte du repositionnement, et qu’il valait donc mieux qu’ils se déplacent avant mon général – même si cela entraînerait probablement un placement des obstacles handicapant pour ma nuée : ça n’a pas manqué, avec deux gros astéroïdes vers le milieu du tapis de jeu… mais que j’ai finalement plutôt bien gérés ? En fait, tout au long de cette journée, nuée ou pas, je n’ai jamais posé un de mes vaisseaux sur un obstacle, sauf erreur. J’ai fait un peu de chemin depuis mes toutes premières parties, à cet égard…

 

Les vaisseaux s’activaient donc dans cet ordre : Drones de la Fédération du Commerce + Pilotes automatiques Feethan OttrawLuminara Unduli + Mace Windu + Saesee TiinGénéral Grievous.

 

Et ils s’engageaient dans l’ordre suivant : Luminara Unduli + Mace Windu + Saesee TiinGénéral GrievousDrones de la Fédération du Commerce + Pilotes automatiques Feethan Ottraw.

 

Ça s’annonçait compliqué pour mes droïdes – les Chasseurs Jedi virevoltant en dehors de mes arcs de tir… Et, « historiquement », on sait comment ça s’est terminé, hein ? Mais le challenge était stimulant !

 

Et il y avait en fin de compte un étroit passage, entre les astéroïdes, où mes Vultures pouvaient se faufiler sans trop de danger, à condition d’y aller couillu et d'appuyer sur le champignon lors des premiers tours. Grievous, un peu plus à l’écart, visait clairement à prendre les Jedi en sandwich, seule véritable option à vue de nez pour neutraliser les facultés de repositionnement des Aethersprites pour au moins un d’entre eux à chaque tour.

 

Je crois que cette tactique était plutôt sensée – mais elle n’a que plus ou moins porté ses fruits. De fait, Wedge Nantillais excellait dans le repositionnement, et a su tirer parti de tous les atouts dont il disposait à cet effet : Saesee Tiin, tout spécialement, a usé plus d’une fois de sa capacité spécifique lui permettant de changer la manœuvre d’un confrère à la volée (je ne suis jamais très fan de ce genre de capacités, mais mon adversaire a assurément démontré combien, entre de bonnes mains, elles peuvent s’avérer décisives). Mace Windu, de son côté, avait assez logiquement un pilotage plus agressif, là où Luminara Unduli restait davantage en retrait.

 

Même avec la configuration Delta-7B pour tous, qui pesait un peu sur leur agilité, le simple fait de pouvoir tirer sur ces vaisseaux était déjà un problème, et, après, encore fallait-il leur infliger des dégâts… La Force a servi plus d’une fois à neutraliser mes touches, et je ne parvenais à extorquer aux Jedi, un bouclier ici, un bouclier là, qu’au prix de bien des efforts.

 

Cela dit, même avec le dé rouge supplémentaire conféré par Delta-7B, les Chasseurs Jedi, pendant un assez long moment, ne m’ont pas infligé tant de dégâts que ça. À cet égard, la partie a longtemps été serrée, tendue comme un string même, et en tout cas assez indécise.

 

Mais deux événements ont fini par faire changer la donne : lors d’un tour crucial, Wedge Nantillais m’a sorti coup sur coup deux drones – ce qui était handicapant, mais dans l’ordre des choses.

 

La véritable difficulté décisive a porté sur le Général Grievous : après avoir opéré une boucle de Segnor à vitesse 3, stressante donc, mon général a subi un dégât critique qui lui a infligé deux marqueurs de stress supplémentaires ! Et, de mon côté, s’il y avait une leçon à tirer de cette partie concernant ma liste, c’était probablement celle-ci (dont nous avons d’ailleurs agréablement discuté avec le très sympathique et pertinent Wedge Nantillais) : les Belbullabs sont de très chouettes vaisseaux, versatiles, peu onéreux, qui bougent bien, mais leur cadran de manœuvres manque drastiquement de bleu – évacuer le stress peut vite tourner au calvaire… Ceci de manière générale ; alors Grievous affligé de trois marqueurs de stress ?! À ce stade, on pouvait tout aussi bien en conclure qu’il était désormais hors-jeu. Enfin, plus exactement, qu’il ne constituait plus une menace pour les Jedi – lesquels, en revanche, y voyaient dès lors une cible d’autant plus tentante qu’elle était limitée dans ses possibilités de mouvement… Échaudé par la conclusion de ma partie face à Flo86, je n’avais dès lors pas vraiment d’autre option que de le faire fuir – même si, à ce moment de la partie, il apparaissait clairement que Grievous ne pourrait jamais se débarrasser de tout ce stress avant que ne résonne le gong… Le problème étant que, du coup, il ne pouvait de toute façon pas se retourner pour revenir rapidement dans la bataille.

 

 

Ce qui libérait Wedge Nantillais d’un poids, et me laissait les mains liées ou peu s’en faut. Ceci étant, si je ne suis pas parvenu à sortir un seul Chasseur Jedi (mais ça n’est vraiment pas passé loin pour Saesee Tiin, si je me souviens bien, qui n’avait plus qu’un point de coque en fin de partie), j’avais la moitié des points pour les trois – je savais donc que j’avais remporté dans les cent points de victoire. Mais l’élimination de tous mes drones, même vraiment pas chers, a fait la différence.

 

Troisième défaite de la journée, 129 à 99. Trente points de marge, c’est relativement conséquent, mais je crois que ça n’illustre pas combien cette bataille nous a apparu serrée, durant sa majeure partie.

 

Mais, vous savez quoi ? Même si j’ai (à nouveau…) perdu, j’ai adoré cette partie – très fun, très tendue, très instructive. Et Wedge Nantillais s’est vraiment montré un partenaire très agréable. Oui, j’ai perdu – mais c’est probablement la partie que j’ai préférée tout au long de cette journée. Malgré tout. Eh ! Un ressenti bien différent de celui concernant ma défaite face à Teregan…

 

Reste que j’enchaînais les dérouillées, et qu’il ne me restait plus qu’un round pour éviter la cuillère de bois…

 

QUATRIÈME ROUND : D3R-7 (RACAILLES ET SCÉLÉRATS)

 

 

La dernière partie de la journée m’a opposé au camarade D3R-7 (comme lors du précédent tournoi à Saintes, en fait). Il jouait cette fois Racailles et Scélérats, une liste à quatre vaisseaux.

 

Il y avait tout d’abord un gros socle, qui était un Cargo léger YT-1300 personnalisé, piloté par la légende Han Solo ; à bord, un Copilote perspicace, me semble-t-il, et en tout cas un Canonnier adroit. Han bénéficiait logiquement du talent Tir habile, qui renchérit sur sa capacité spéciale. Enfin, il disposait de l’amélioration illégale Largage de cargaison.

 

Puis il y avait trois petits socles. En guise d’as, D3R-7 jouait le Vieux Teroch à bord de son Chasseur Fang – qui bénéficiait comme de juste du talent Intrépide (voyez ma chronique sur l’extension Chasseur Fang).

 

À ses côtés, deux petits vaisseaux bien moins onéreux : tout d’abord, un Chasseur TIE/ln modifié, ou TIE de la Guilde Minière, qui était Ahhav (dont la capacité spéciale était inopérante contre moi, puisque je n’avais que des petits socles), lequel bénéficiait sauf erreur lui aussi du talent Tir habile.

 

Et, enfin, il y avait un Chasseur de têtes Z-95-AF4, qui était un générique Soldat du Soleil Noir, doté du talent Maîtrise de soi.

 

Pour une liste à 195 points en tout – et ce fut donc la seule fois de la journée où la décision quant au premier joueur est revenue à mon adversaire. Ceci étant, elle n’était que d’une importance limitée, dans la mesure où nos vaisseaux avaient tous des valeurs d’initiative différentes : là encore, la décision importait essentiellement au regard du positionnement des obstacles. Il me semble que D3R-7 a choisi de jouer en premier ?

 

Nos vaisseaux s’activaient donc dans cet ordre : Drones de la Fédération du Commerce + Pilotes automatiques Feethan OttrawAhhav + Soldat du Soleil NoirGénéral GrievousVieux Teroch Han Solo.

 

Et ils s’engageaient dans l’ordre suivant, soit l’exactement inverse : Han SoloVieux TerochGénéral GrievousAhhav + Soldat du Soleil NoirDrones de la Fédération du Commerce + Pilotes automatiques Feethan Ottraw.

 

Le placement des astéroïdes était un peu… étrange ? Mais il laissait un espace bienvenu à ma nuée, placée au centre gauche de ma zone de déploiement. J’ai aligné Grievous dans le coin opposé – davantage que dans les parties précédentes (my bad), j’ai voulu jouer sur le fait qu’il constitue un excellent appât ; et, cette fois, ça a payé, surtout au regard de Han Solo.

 

Ce qui était plus inattendu, et m’a très vite soulagé d’un poids non négligeable, ç’a été un coup du sort pas vraiment anticipé : D3R-7 a lancé le Vieux Teroch sur ma nuée, à toute vitesse – l’idée devait être de jouer à fond de l’Opposition Concordia et d’Intrépide, mais cela exposait le Fang, un intercepteur agile mais fragile, à cinq attaques de ma part, sauf erreur, car ma nuée n’avait pas encore entamé son virage à droite. Et, qui plus est… le Vieux Teroch a achevé son mouvement sur un tout petit astéroïde au centre du tapis de jeu ! Ce qui l’a privé de son attaque… Sans quoi il m’aurait très certainement fumé un drone. Dès lors, il était condamné : un sacré poids en moins !

 

Et qui a eu son impact sur le cours de la partie – Ahhav et le Soldat du Soleil Noir, en leur temps, ont rejoint le Vieux Teroch au cimetière, sans vraiment m’infliger de dégâts : en tout et pour tout, je n’ai perdu qu’un Drone de la Fédération du Commerce tout au long de cette bataille.

 

Ma nuée était donc presque intacte, avec Grievous en soutien, quand est venu le temps de s’occuper sérieusement de Han Solo. Le gros socle faisait une cible idéale pour mes droïdes, qui plaçaient une touche ici, une touche là, de manière constante. Et le Général Grievous, pas systématiquement du fait de la tourelle double du Faucon scum, mais assez régulièrement tout de même, lui infligeait des dégâts plus lourds, conséquences de ses deux relances en attaque et de sa Manœuvre improbable.

 

 

En dernier ressort, Han Solo a réussi à placer une manœuvre au micro-poil pour tenter de se sortir de ce guêpier – ce qui l’a soulagé du feu des trois Belbullabs, mal orientés. Mais j’avais pris soin (comme à plusieurs reprises dans les trois batailles précédentes, d’ailleurs) de faire en sorte que ma nuée, dans pareille configuration, couvre autant d’arcs que possible : mes deux drones restants étaient donc toujours en mesure de lui tirer dessus, eux – et ils ont pu le dégager.

 

En contraste marqué avec mes trois défaites de la journée, cette ultime bataille s’est donc soldée par une victoire très nette pour moi : 200-20.

 

Un soulagement bienvenu, je ne vais pas prétendre le contraire !

 

BILAN DU TOURNOI

 

Photo récupérée sur la page Facebook des Dés Rangés

 

Bon, ça n’allait pas faire des miracles non plus, hein – avec une seule victoire, je serais forcément dans la dernière partie du classement…

 

De fait, j’ai fini dixième – sur quatorze, ce qui n’est pas exactement top.

 

Je relève tout de même (on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a) que ma marge de victoire de 798 points est plutôt honnête, je suppose, en prenant en compte que j’ai subi trois défaites…

 

Bon…

 

Ce que je relève, sinon, c’est que, moi-même mis à part (aheum), les Séparatistes s’en sont très bien tirés dans cette journée, trustant sauf erreur les deuxième et troisième places du podium. Ce qui est de bon augure pour cette faction qui m’amuse beaucoup et que j’ai assurément envie de creuser.

 

Photo récupérée sur la page Facebook des Dés Rangés

 

Les (excellents) organisateurs nous avaient dit qu’il n’y aurait pas grand-chose en termes de lots – mais en fait, si ! Il y avait pas mal de figurines, d’ailleurs – au point où même moi, avec ma triste dixième place, j’ai pu repartir avec un TIE Advanced x1 qui me faisait de l’œil (et après moi il restait encore un Décimateur VT-49).

 

Tout le monde avait aussi droit à des cartes promotionnelles : un exemplaire de Torpilles à protons, plus deux autres cartes choisies dans une sélection – pour ma part, ce fut un As de l’Escadron Noir, et des Boucliers améliorés. Chouette !

 

(Ceci sans même compter d’autres cartes promotionnelles au format bizarre et comprenant des améliorations intégrées : j’ai eu droit à Iden Versio, Thane Kyrell et un Pilote de l’Escadron Skull – chouette aussi.)

 

Et deux marqueurs métalliques de charges tant qu’à faire.

 

Photo récupérée sur la page Facebook des Dés Rangés

 

Si mon bilan personnel est forcément un peu frustrant, le bilan du tournoi, lui, est très bon : comme d’habitude, les Dés Rangés se sont montrés des organisateurs parfaits, le cadre était chouette (et j’en ai profité pour récupérer dans la boutique Jeuxvideo.fr / Jeux de rêves une boîte de base de Légion, qui me faisait de l’œil, avec une promo de 30 %), et les joueurs étaient des gens très chouettes, l’ambiance agréable et décontractée. Un excellent tournoi !

 

 

Et la prochaine fois je ferai mieux !

 

 

Hein ?

Commenter cet article
A
Merci pour le CR.<br /> Je relance d'un sur la qualité d'accueil de la boutique et la super organisation des Dés Rangés.
Répondre