Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Racailles au Kärcher

Publié le par Nébal

 

Un nouveau tournoi, toujours à Saintes (décidément…), approche, qui sera au format Hyperespace.

 

Mon idée initiale était probablement d’y jouer la nouvelle faction des Séparatistes, mais, honnêtement, je ne les sens pas (encore ?) dans ce contexte, si je compte bien les approfondir dans un registre plus casual.

 

Jouer autre chose, alors ? Mais a priori pas l’Empire Galactique, parce que, même si de nouveaux vaisseaux impériaux sont désormais disponibles en Hyperespace, qui rendent la faction plus viable dans ce format, j’ai vraiment envie, en ce moment, d’aller voir ailleurs ; et pas le Premier Ordre non plus, parce que, la dernière fois, c’était ce que j’avais fait, et sans vrai enthousiasme… Et les Rebelles comme la Résistance (sans même parler de la République…) sont largement hors-concours pour moi à ce stade.

 

Reste les Racailles et Scélérats – ce qui me dirait bien, même si cette faction semble patiner un peu dans le méta en ce moment. Je m’étais vraiment beaucoup amusé avec ma (première) liste (racaille) Straight Outta Corellia, et je me disais qu’il était encore temps de broder dessus. Surtout, j’avais envie de ressortir Emon Azzameen à bord de son Firespray – mais, à ses côtés, je voulais tenter autre chose que le gros socle Han Solo dans son Cargo léger YT-1300 personnalisé (peut-être parce que mes récentes expériences avec l’Infiltrateur Sith m’ont un peu douché en matière de gros socles) ; en fait, un vaisseau me tentait bien, et je lui avais d’ailleurs consacré une chronique : le Chasseur Fang – même en sachant que c’est typiquement le genre de vaisseau que je me fais fumer bêtement en le pilotant un peu trop nonchalamment (l’Impérial Soontir Fel surgit quotidiennement dans mes cauchemars fiévreux et torturés pour m’insulter à ce propos). Et je voulais (au moins) un troisième vaisseau (les listes à deux vaisseaux = NON)…

 

MA LISTE

 

 

Et voici donc ce à quoi j’ai abouti : une liste à trois vaisseaux, qui sont donc Emon Azzameen à bord de son Patrouilleur de classe Firespray, la légende Fenn Rau à bord de son Chasseur Fang, et enfin Ahhav dans son Chasseur TIE/ln modifié, ou TIE de la Guilde Minière.

 

Et j’ai pu tester cette liste aussitôt avec les camarades des Wookies bordelais – deux parties, en l’espèce.

 

Je vais maintenant détailler cette liste, et en prenant mon temps, comme d’hab’, mais, en raison d’une remarque à ce propos d’un camarade, je vais faire une petite annonce : je tiens à faire le détail de mes listes, parce que je trouve ça intéressant (…), ça me permet en tout cas, à titre personnel, de poser un peu mes idées pour réfléchir à la chose et repérer d’éventuels dysfonctionnements, et je suppose que cela pourrait éventuellement être utile pour des joueurs débutants (même si je ne suis guère plus qu’un joueur débutant moi-même, j’imagine). Des joueurs plus expérimentés, qui connaissent bien ces vaisseaux et ces améliorations, pourront légitimement préférer passer directement aux rapports de bataille (ou au résumé de la liste immédiatement avant), et n’hésitez pas, il suffit de faire défiler un peu – rendez-vous dans ce cas directement à la section La Princesse Leia Organa et les B-Wing n’aiment pas la Racaille (aristocrates !), les photos de parties vous donneront un bon repère ; à tout’ !

 

 

Commençons donc, socle moyen, par Emon Azzameen, à bord de son Patrouilleur de classe Firespray – parce que c’est le vaisseau qui a motivé cette liste, après la bonne expérience de Straight Outta Corellia… et aussi, parce que dans les faits, il représente tout bonnement la moitié de cette liste précisément en termes de points d’escadron, ce qui ne manquait pas de m’inquiéter un peu…

 

Il faut dire qu’il coûte déjà 76 points d’escadron à poil – pour une initiative moyenne de 4.

 

Emon Azzameen aime les engins, ainsi que sa capacité spéciale en témoigne : quand il est censé larguer un engin en utilisant un gabarit tout droit 1, il peut, à la place, utiliser un gabarit tout droit 3, ou virage serré 3, à gauche comme à droite. Et c’est vraiment bon… Ce d’autant plus qu’avec son arc de tir arrière à trois dés rouges, Emon ne craint pas particulièrement de montrer son cul à ses adversaires afin de les bombarder : bien au contraire, il peut les attaquer quand même, et aussi fort que s’ils se trouvaient devant lui !

 

 

Bien sûr, pour vraiment jouer de la sorte, il faut le titre adéquat, qui est Andrasta (4) : le vaisseau gagne ainsi un emplacement d’engins supplémentaires (il en a donc deux en tout), ainsi qu’une action blanche de rechargement.

 

 

Les engins occupent donc une place fondamentale dans cette liste, et, suite à l’expérience de Straight Outta Corellia, j’ai conféré la première place aux Mines de proximité (6) : elles ont deux charges, mais qu’il est impossible de récupérer.

 

Les mines bénéficient d’un bien plus gros gabarit que les bombes, et peuvent se montrer particulièrement destructrices : quand un vaisseau passe dessus ou chevauche le gabarit (éventuellement parce qu’il se la prend dans la gueule pile au moment où elle est lancée, car elle explose aussitôt dans ce cas), il subit d’abord un dégât automatique, puis doit lancer deux dés rouges, et se paye alors autant de résultats dégâts ou critiques. C’est potentiellement très balaise.

 

 

Plus classiquement peut-être, les deuxièmes engins embarqués sont des Bombes à protons (5) : elles ont deux charges, et, quand elles explosent, soit à la fin de la phase d’activation, elles infligent un dégât critique automatique à tous les vaisseaux à portée 0-1.

 

 

Parmi les améliorations de ma liste Straight Outta Corellia, le Largage de cargaison n’avait pas de raison d’être repris ici (il n’avait de sens, et même seulement en théorie, qu’en association avec Han Solo).

 

En revanche, je disposais des points pour attribuer à Emon une amélioration bien plus profitable, et à vue de nez très souvent associée au Firespray, qui est l’équipage Copilote perspicace (8) : après avoir effectué une action de concentration, Emon gagne ainsi un marqueur de concentration (supplémentaire, obviously). De la sorte, à chaque tour ou peu s’en faut, Emon gagne deux « yeux » pour le prix d’un, ce qui est supposé lui bénéficier aussi bien en attaque qu’en défense.

 

Et c’est tout pour Emon Azzameen. Enfin, « c’est tout »… Ça représente tout de même 99 points d’escadron ! Soit une moitié de liste – ce qui, généralement, me met mal à l’aise, et je dois dire que c’était bien le cas ici…

 

 

Or je ne faisais pas exactement dans les vaisseaux à bas coût dans cette liste, comme en témoigne mon choix d’aligner le très onéreux (mais au moins aussi redoutable) Fenn Rau à bord de son Chasseur Fang (et je vous renvoie à ma chronique de l’extension pour les détails). Or Fenn Rau, à poil, représente déjà 68 points d’escadron !

 

Mais il faut avouer 1) qu’il est très puissant, s’il est aussi relativement fragile ; 2) qu’il a une initiative de 6 qui est probablement déterminante ; et 3) qu’il n’a pas besoin de beaucoup d’améliorations pour bien fonctionner (de toute façon, il manque de slots pour charger la barque).

 

Tous les Chasseurs Fang bénéficient d’une capacité générique appelée Opposition Concordia : tant que le vaisseau défend, s’il est à portée 1 et dans l’arc de tir principal de l’attaquant, alors il peut changer un résultat quel qu’il soit en résultat évasion.

 

Et là on est au cœur de ce qu’est le Fang : un petit vaisseau qui veut foncer dans le tas, être aussi proche que possible de son adversaire, et éventuellement dans sa face plutôt que dans son dos – ce qui n’est pas exactement le comportement attendu d’un intercepteur, pour le coup, généralement plutôt porté à flanquer.

 

Mais d’autres traits de ce vaisseau jouent bel et bien avec ce principe étonnant, et, notamment, la capacité spéciale de Fenn Rau : tant qu’il défend ou effectue une attaque, si la portée d’attaque est 1 (sans condition d'arc, cette fois), alors il peut lancer un dé supplémentaire.

 

Et c’est terrible : nous avons un vaisseau qui, dans l’idéal, c’est-à-dire s’il se trouve dans l’arc de tir principal du vaisseau ennemi à portée 1 (ce que ses manœuvres et ses actions rendent très faisable), tape à cinq dés rouges (dont un résultat dégât automatique s’il s’est muni du talent Intrépide, j’y reviens juste après), et défend à quatre dés verts, dont un donnera obligatoirement un résultat évasion ! Fenn Rau est méchant – et j’en ai fait les frais lors de mon dernier tournoi à Saintes

 

 

Et, du coup, s’il est une amélioration à placer pour habiller un peu Fenn Rau, c’est assez clairement le talent « adjectif » des Racailles et Scélérats, pas forcément très pertinent pour les autres vaisseaux de la faction à vrai dire, mais là oui : Intrépide (3).

 

En effet, tant qu’un pilote intrépide effectue une attaque principale, si la portée d’attaque est 1 et qu’il est dans l’arc du défenseur, alors il peut changer un de ses résultats quel qu’il soit en un résultat dégât – dit autrement, c’est la variante offensive de l’effet défensif assuré par l’Opposition Concordia.

 

Et voilà, pas besoin de plus – mais, même avec une seule amélioration d’un coût raisonnable, Fenn Rau représente de la sorte 71 points d’escadron ; or c’est un vaisseau qui peut vite faire plop ! s’il est piloté trop nonchalamment (ta gueule, Soontir ! Arrête de m’oppresser !) – et je dois donc confesser que plus d’un tiers de liste pour ce vaisseau, même s’il est assurément assez redoutable pour justifier cette dépense, ça me mettait un peu mal à l’aise, encore une fois…

 

 

Ne restait plus que 30 points d’escadron à dépenser, pour un petit vaisseau de complément (aka une petite merde pénible pour l’adversaire) – ce qui, pour les Racailles et Scélérats au format Hyperespace, laisse (étonnamment ?) plusieurs options envisageables : un Chasseur de têtes Z-95-AF4, un Chasseur TIE/ln modifié, ou TIE de la Guilde Minière, ou encore un Vaisseau de secours, même sans son vaisseau-mère le Cargo léger YT-1300 personnalisé (je vous renvoie à ma chronique du Faucon Millenium de Lando).

 

J’ai longuement envisagé cette dernière option, à vrai dire : on croise assez régulièrement le Vaisseau de secours dans le méta Scum, piloté soit par L3-37 (l’option que j’envisageais en priorité), soit par Lando Calrissian – et embarquant un Officier tactique pour coordonner plus efficacement. Mais, finalement, à tort ou à raison, j’ai abandonné cette idée : la coordination est certes une option très intéressante, surtout pour un coût aussi faible, mais je craignais que sa portée restreinte, associée au fait que le Vaisseau de secours est très lent et vole comme un sabot, ne me permettrait pas vraiment d’en profiter au mieux avec des vaisseaux censément très mobiles comme le Firespray et le Chasseur Fang… Mais c’est à débattre, et n’hésitez pas à me faire part de vos opinions à ce sujet.

 

Du coup, un Chasseur de têtes Z-95-AF4 ? Avec les mêmes stats médiocres que le Vaisseau de secours mais sans sa faculté de coordination, si un cadran « moins pire » ? Non – tout seul, ça ne me dit vraiment pas.

 

Il me fallait donc me reporter au TIE de la Guilde Minière… soit précisément ce que j’avais fait dans ma liste Straight Outta Corellia, dans laquelle j’avais aligné le Capitaine Seevor – une option plutôt sympathique, et qui avait assurément rempli son rôle, même s’il n’avait que rarement pu faire usage de son amusante capacité spéciale (essentiellement en raison de son initiative trop basse).

 

J’aurais pu reprendre Seevor, mais, tant qu’à faire, je me disais qu’il pourrait être intéressant de tenter autre chose – juste pour voir ; et c’est pourquoi je me suis finalement décidé pour Ahhav (30 points d’escadron, initiative 3 – soit exactement la même chose que pour le Capitaine Seevor, en fait).

 

Commençons par rappeler la capacité générique des Chasseurs TIE/ln modifiés, baptisée Stabilisateurs crantés, qui leur permet, quand ils se déplacent, d’ignorer les astéroïdes – attention : les astéroïdes, pas les obstacles de manière générale : face à des nuages de débris ou de gaz, le TIE de la Guilde Minière ne fait pas plus le malin que quiconque.

 

Au passage, dans mon article Straight Outta Corellia, je me posais des questions sur ce que recouvrait exactement cette notion de « déplacement ». Aussi, avant de jouer cette liste, j’ai fait appel aux lumières des forumeurs du Fan Forum X-Wing, qui m’ont aimablement répondu : en gros, le mouvement recouvre tout ce qui se passe lors de la phase d’activation – si le TIE de la Guilde Minière atterrit sur un astéroïde, il ne jette pas le dé rouge pour un éventuel dégât, et il peut faire une action, notamment un tonneau lui permettant de se repositionner (il est même possible dans ce cas, à vue de nez, de choisir de faire un tonneau vers un astéroïde, quelle qu’en soit la raison, ce qui, pour tout autre vaisseau, serait normalement une action échouée) ; en revanche, si le Chasseur TIE/ln modifié se trouve sur un astéroïde lors de la phase suivante, soit la phase d’engagement, les règles normales s’appliquent, et le vaisseau ne peut donc pas tirer.

 

Voyons maintenant la capacité spéciale d’Ahhav : tant qu’il défend ou effectue une attaque, si le vaisseau ennemi est d’une taille supérieure à la sienne (soit un socle moyen ou un gros socle, en attendant Le Retour de l’Épique), alors il lance un dé supplémentaire.

 

C’est un pari : si votre adversaire ne sort que des petits socles, Ahhav n’aura rien pour lui… Les petits socles dominent assurément, et de loin, le méta, et les gros socles y sont à la peine, mais je supposais qu’il avait des chances raisonnables pour que mes adversaires m’opposent au moins un socle moyen, surtout, voire un gros socle de manière plus exceptionnelle. Si le pari est perdu, ma foi, ça n’est pas forcément très dramatique (et, au fond, le manque de régularité du Capitaine Seevor dans sa capacité de brouillage revenait un peu au même) ; si le pari est gagné, alors on a subitement un petit vaisseau qui, opposé à sa cible de prédilection, passe à trois dés rouges et quatre dés verts – ce qui n’est franchement pas dégueu, pour 30 points d’escadron…

 

Alors je me suis dit que je pouvais bien tenter le pari : comme on le verra, il s’est montré relativement pertinent dans la première partie de cette soirée (face à un U-Wing UT-60D rebelle)… et pas du tout dans la seconde, mon adversaire n’y alignant que des petits socles.

 

Ahhav reste à poil dans cette liste – et, donc, il représente 30 points d’escadron.

 

Ce qui fait une liste à 200 points d’escadron tout rond (là où un bid aurait peut-être été utile, mais c’est un aspect du jeu que je ne maîtrise pas bien) – et, bien sûr, rappelons-le au cas où, il s’agit d’une liste valide en Hyperespace, et c’était bien le propos.

 

En voici le résumé :

 

Patrouilleur de Classe Firespray – •Emon Azzameen – 99

    •Emon Azzameen – Grand Armateur (76)

        Copilote Perspicace (8)

        Bombe à Protons (5)

        •Andrasta (4)

        Mine de Proximité (6)

 

Chasseur Fang – •Fenn Rau – 71

    •Fenn Rau – Leader Skull (68)

        Intrépide (3)

 

Chasseur TIE/ln modifié – •Ahhav – 30

    •Ahhav – Survivant Revanchard (30)

 

Total: 200/200

LA PRINCESSE LEIA ORGANA ET LES B-WING N’AIMENT PAS LA RACAILLE (ARISTOCRATES !)

 

 

La première partie de la soirée m’a opposé au camarade Philippe, qui jouait une liste rebelle « Leia B-Wing ». Je n’en ai pas tous les détails, mais voici pour l’essentiel.

 

Adonc, pour embarquer Leia Organa, Philippe s’était tourné vers un U-Wing UT-60D, piloté par Magva Yarro (et bien sûr doté de son Aile pivot). Il y avait à bord un Officier tactique, également. Au-delà, je ne me souviens plus des détails – y compris pour les trois autres vaisseaux : il y avait tout d’abord deux B-Wing A/SF-01, tout d’abord, qui étaient Ten Numb et Braylen Stramm, et qui avaient sauf erreur tous deux le talent Tireur hors-pair (je crois qu’ils avaient aussi un Rayon de brouillage gratuit, mais ils n’en ont de toute façon pas fait usage) ; et il y avait enfin un X-Wing T-65 générique, le moins coûteux, soit un Extrémiste Ange des cavernes.

 

Je ne me souviens plus des autres améliorations, mais, en tout cas, la liste de Philippe faisait 199 points au plus, car c’est à lui qu’est revenu le choix du premier joueur – et il a décidé que je jouerais en premier.

 

Dès lors, les vaisseaux s’activaient dans cet ordre : Extrémiste Ange des cavernesAhhavMagva YarroEmon AzzameenBraylen Stramm/Ten NumbFenn Rau.

 

Et ils s’engageaient dans cet ordre : Fenn RauEmon AzzameenBraylen Stramm/Ten NumbAhhavMagva YarroExtrémiste Ange des cavernes.

 

Pour ce qui est des obstacles, Philippe comme moi nous étions munis de trois petits astéroïdes chacun. Il y avait vers le centre gauche un couloir qui rassemblait la plupart de ces obstacles, le reste du tapis de jeu en était largement épargné.

 

Philippe a placé son X-Wing du côté obstrué, et j’ai mis mon TIE de la Guilde Minière en face, les astéroïdes n'étant pas vraiment un problème pour lui – même si l’objectif principal d’Ahhav était forcément Magva Yarro, davantage vers le centre de la zone de déploiement de Philippe, avec les deux B-Wing tout au bord du tapis de jeu à sa gauche. De mon côté, Emon était vers le centre droit, et Fenn vers le centre.

 

Si Philippe a fait tracer d’emblée son Extrémiste Ange des cavernes, les autres vaisseaux n’ont fait que des déplacements très pépères au départ – comme je le fais souvent, ce qui est potentiellement un défaut, mais je voulais me faire une idée des déplacements de mon adversaire. Cela dit, Fenn Rau devait se bouger pour se montrer utile, et j’ai donc entamé relativement vite une manœuvre de contournement – je comptais le lancer sur le U-Wing, avec Ahhav tant qu'à faire, et dans un premier temps du moins dans ses fesses : les assauts frontaux du Fang, c’est rigolo, mais la proximité des deux B-Wing m’incitait à me montrer prudent…

 

Avec Fenn, du moins – car je me suis montré très imprudent, et précisément comme ça, avec Emon Azzameen !

 

 

Tandis que mon TIE était trop éloigné et mal orienté pour faire quoi que ce soit, Fenn a bien accéléré la cadence pour arriver à portée de tir de Magva Yarro, tandis que mon Firespray se retournait pour présenter son arrière-train aux B-Wing, tablant sur son arc de tir arrière et plus que désireux de balancer des Mines de proximité et des Bombes à protons dans la face de ces vilains Rebelles – le X-Wing T-65 continuait à filer, visiblement désireux de prendre Emon en sandwich.

 

Et ce qui devait arriver arriva : Philippe a concentré le feu de tous ses vaisseaux sur le Firespray. Et qu’importe ses quatre boucliers et six points de coque, sa défense honorable de 2 et les deux « yeux » du Copilote perspicace : face à ces assauts à trois dés rouges chacun, Emon Azzameen a très vite dégagé, sans avoir infligé guère de dégâts (y compris avec la seule mine larguée, qui a fait mouche mais sans produire de dégâts supplémentaires). Bye bye la moitié de ma liste…

 

 

À ce stade, honnêtement, la partie était perdue pour moi. Mais nous avons continué quand même...

 

Tandis qu’Ahhav se repositionnait pour enfin, à terme, s’en prendre à Magva Yarro, tous les vaisseaux rebelles pivotaient dans sa direction. Cependant, Fenn Rau était passé derrière le U-Wing, et était en mesure de l’attaquer. Magva Yarro était bien à ce stade dans une position peut-être un peu délicate, encore que : elle était toujours intacte, après tout…

 

 

Mais Philippe n’avait aucune envie de la mettre en danger, et a donc opté pour la fuite – en même temps que Leia Organa intervenait pour réorienter les B-Wing, afin qu’ils menacent aussi bien Ahhav que Fenn Rau.

 

Cela dit, le Fang aime avoir des adversaires en face et à portée 1 – il a pu caler quelques vilains dégâts avec des attaques à quatre voire cinq touches face aux B-Wing (il me semble, du moins).

 

 

Ahhav, cependant, ne pouvait pas espérer faire grand-chose – son rôle, dès lors, était de gêner les mouvements des autres, plus qu'autre chose. Tandis que Fenn tapait comme un sourd, tant bien que mal.

 

Mais en vain, à terme. La partie s’est finie au temps, et, sauf erreur, seul Emon Azzameen était sorti – mais il représentait donc 99 points d’escadron à lui tout seul… Et je suppose que Philippe avait également gagné la moitié des points pour Ahhav (pas grand-chose) et pour Fenn Rau (tout de même un peu plus…).

 

Quant à moi, je n’ai pas dégagé un seul vaisseau de Philippe. J’ai obtenu la moitié des points sur au moins un B-Wing (Braylen Stramm à vue de nez), mais je ne sais plus ce qu’il en était de l’autre et de Magva Yarro ? Je ne crois pas avoir fait quoi que ce soit à l’Extrémiste Ange des cavernes

 

Même sans compter les points, cette partie s’est de toute évidence montrée unilatérale – et à partir du moment où Emon avait dégagé du tapis de jeu, j’avais pour ainsi dire perdu.

 

Une bien sévère défaite, donc…

 

POE ET LES A-WING DE LA RÉSISTANCE NON PLUS N’AIMENT PAS LA RACAILLE (FASCISTES !)

 

 

La partie suivante m’a opposé au camarade Ben, qui jouait Résistance – mais il alignait, au côté de Poe Dameron, trois A-Wing RZ-2 ; vous savez, ceux qui ne sont pas sortis en France parce qu’Asmodée veut écouler ses A-Wing RZ-1 rebelles… Du coup, les cartes de pilotes ne correspondaient en fait pas à celles des vaisseaux, ce qui ne m’a pas facilité la tâche pour m’y repérer – mais bon, tant pis.

 

(Vous aurez noté qu’il s’agit de quatre petits socles : tant pis pour la capacité spéciale d’Ahhav, le pari a été perdu !)

 

Je peux d’autant moins livrer le détail de la liste, mais voici ce dont je me souviens : adonc, tout d’abord, nous avions Poe Dameron dans son X-Wing T-70, qui avait forcément ses S-Foils intégrés, mais aussi le titre Black One, le talent Héroïque, un Astromech R4, et sauf erreur un Canon laser lourd.

 

Puis il y avait trois A-Wing RZ-2, des vaisseaux qui m’étaient totalement inconnus jusqu’alors. Deux étaient des nommés, à savoir L’ulo L’ampar, qui sauf erreur embarquait des Roquettes à protons, et Tallissan Lintra, dont la capacité spéciale défensive m’a vraiment impressionné. Le A-Wing RZ-2 restant était un générique, une Recrue de l’Escadron Bleu. Là encore, ces vaisseaux avaient quelques améliorations (deux d’entre eux avaient Tireur hors-pair, il me semble), mais je ne me souviens plus du détail.

 

Quoi qu’il en soit, comme précédemment la liste de Ben faisait 199 points d’escadron au plus, puisqu’il a choisi de faire de moi le premier joueur.

 

Les vaisseaux s’activaient donc dans cet ordre : Recrue de l’Escadron BleuAhhavEmon AzzameenL’ulo L’ampar/Tallissan LintraFenn RauPoe Dameron.

 

Et ils s’engageaient dans cet ordre : Fenn RauPoe Dameron ­→ L’ulo L’ampar/Tallissan LintraEmon AzzameenAhhavRecrue de l’Escadron Bleu.

 

Côté obstacles, j’avais toujours mes trois petits astéroïdes, mais Ben avait retenu trois gros astéroïdes.

 

Désireux de ne pas reproduire (aheum !) les erreurs de la partie précédente, j’ai déployé mes vaisseaux ensemble, au centre du tapis de jeu – je ne voulais pas que Fenn Rau et Ahhav perdent trop de temps, et je ne voulais pas non plus laisser Emon Azzameen trop isolé.

 

En face, Ben a disséminé ses A-Wing sur toute la largeur de sa zone de déploiement, en en associant un (le générique ?) à Poe Dameron dans son bord gauche ; sauf erreur, le A-Wing le plus au centre devait être Tallissan Lintra, qui s’est vite associée à ses deux camarades, tandis que le plus éloigné devait être L’ulo L’ampar.

 

 

Là encore, j’ai fait un premier tour pépère – Ben n’a pas foncé dans le tas non plus, mais a constitué sa formation autour de Poe de manière plus agressive.

 

 

Puis nous avons pivoté pour nous faire face – L’ulo L’ampar était à vue de nez encore trop loin pour vraiment intervenir dans l’assaut.

 

Mais, même si Emon Azzameen n’était cette fois pas isolé, il n’en a pas moins attiré le feu ennemi – dont le Canon laser lourd de Poe Dameron. Et, sacrebleu ! même tarif : Emon n’a pas fait beaucoup de dégâts, mais s’est fait dégager très vite – tellement vite en fait qu’il n’a même pas eu l’occasion de se retourner et de larguer le moindre engin ! Re-bye bye la moitié de ma liste… Bordel !

 

 

Là encore, à ce stade, la partie était d’ores et déjà perdue pour moi – j’avais deux petits socles contre quatre en face, et si Fenn Rau pouvait espérer survivre quelque temps et infliger quelques dégâts, Ahhav n’était clairement pas de taille face à des A-Wing RZ-2 bien plus agiles – sans compter que, pour mes deux vaisseaux, il y avait un autre souci : les tourelles des A-Wing de la Résistance, même si elles ne peuvent être alignées que dans l’arc avant et l’arc arrière !

 

En fait, la seule raison, si c’en était bien une, de poursuivre la partie, était grosso merdo de lancer les deux as dotés d’une initiative de 6 dans un duel au cœur même de la bataille : si Fenn Rau parvenait à dégager Poe Dameron, alors, peut-être… Mais probablement pas.

 

 

J’ai voulu utiliser Ahhav comme dans la partie précédente (et le Capitaine Seevor dans Straight Outta Corellia) : pour gêner les mouvements adverses – mais ça n’a pas vraiment marché, et, très vite, il a dû se retourner pour combattre, sachant qu’il s’agirait probablement de son baroud d’honneur ; et ça n’a pas manqué. Vous connaissez l’histoire de Paf le TIE de la Guilde Minière ?

 

 

Fenn Rau était alors seul face à quatre vaisseaux ennemis. Ce qui était absurde… Même s’il a effectivement pu infliger quelques dégâts à Poe Dameron – pas autant qu’il l’aurait souhaité, cependant : à la fin de la partie, il ne lui restait plus sauf erreur qu’un seul point de coque, mais il a alors fait appel à son MASL via le titre Black One, lequel lui a aussi permis d’échanger son marqueur de désarmement contre un marqueur ionique – il a donc pu tirer sur Fenn…

 

 

…  et il lui a infligé un dégât critique sacrément pénible dans cette situation : Pupitre en feu. Avant de m’engager, je devais désormais lancer un dé d’attaque, et, sur un résultat dégât, je subirais un dégât. Or il ne me restait plus qu'un point de coque, moi aussi.

 

Il y avait bien sûr l’opportunité de réparer cette carte en prenant une action… Mais, en même temps, dans la situation où je me trouvais, il me fallait descendre Poe avant qu’il ne me descende. Et, pour cela, il me fallait faire une manœuvre de retournement – un tonneau de Tallon, en l’espèce. Seulement voilà, le stress de la manœuvre m’empêcherait alors de prendre l’action pour réparer le Pupitre en feu

 

Mais Fenn Rau, c’est un vrai, il a peur de rien ! Et s’il devait dégager, ce serait en ayant essayé, jusqu’au dernier instant, d’abattre Poe Dameron !

 

 

Vous vous doutez de comment ça s’est fini, hein ?

 

Une défaite très sévère – pire encore que face à Philippe, sans doute, dans la mesure où j’ai perdu toute ma liste, cette fois. Tandis que de mon côté je ne suis à nouveau pas parvenu à sortir un seul vaisseau ennemi… Ça n’est pas passé loin pour Poe, mais, eh ! ça n’est pas passé, et c’est tout ce qui compte…

 

Bon, ça n’était pas non plus du 200-0, heureusement. J’ai marqué 61 points – qui incluaient clairement la moitié des points pour Poe Dameron, et… la moitié pour un ou bien deux A-Wing ? Probablement un seul – c’est le sort du générique qui est alors déterminant.

 

Mais bon, c’est de peu d’importance…

 

QUE FAIRE ? (COMME LE DEMANDAIT PERTINEMMENT LE CHANCELIER LÉNINE)

 

 

Cette soirée fut douloureuse, c’est peu dire !

 

Oui, j’ai un peu eu l’impression que mes Racailles ont été passées au Kärcher – comme dans la honteuse menace classiste et populiste de l’abject Dark Sarkozyous (il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine, sauf qu’en fait non, pas du tout…).

 

Et j’ai notamment été très déçu, et un peu agacé même, par le sort tragique d’Emon Azzameen dans les deux parties. Dans la première, je l’avais sans doute envoyé au turbin un peu trop nonchalamment, mais je m’étais montré un peu plus prudent dans la seconde, sans le moindre résultat – en fait, ç’a été pire encore, puisque je n’ai même pas pu me retourner et larguer ne serait-ce qu’un engin ! Certes, il y avait toutes les raisons pour qu’il attire en priorité le feu ennemi : il était une menace clairement identifiée, et représentait la moitié de ma liste. Mais je tablais sur ses statistiques franchement pas dégueu pour qu’il survive un tout petit peu – et le choix de Copilote perspicace, amélioration absente dans ma liste Straight Outta Corellia, qui avait très bien tourné quand même, me paraissait constituer un semblant de garantie dans ce sens ! Mais… non.

 

Alors, que faire ? Je sais que ce vaisseau est puissant, dans l’absolu. Mais ces deux massacres douchent tout de même un peu mon enthousiasme… Emon figurera-t-il dès lors dans ma liste de tournoi ? Eh bien, j’en ai envie, mais, après cette douloureuse expérience, cela relève de la pulsion un tantinet masochiste ! Si je trouvais encore le temps de m’entraîner d’ici au 8 mai, je ne dis pas, mais c’est plus qu’improbable…

 

Et, en même temps, Fenn Rau… Eh bien, toutes choses égales par ailleurs, hein, forcément, c’est de loin, de mes vaisseaux, celui qui s’est le mieux comporté dans ces deux parties – et ce même si je me suis montré bien trop timide bien trop longtemps avec lui dans la partie contre Philippe. Il n’est pas seulement efficace, il est aussi fun à jouer – et il fallait au moins ça pour compenser les éliminations précoces de mon Firespray. Seulement voilà : j’ai peur de le jouer en tournoi. Parce que… Oui, Soontir Fel, exactement ! Et en même temps…

 

En fait, je songeais vaguement à une liste d’ « as racailles » : Fenn Rau + le Vieux Teroch + Guri… Ça pourrait être très amusant à jouer, et peut-être même efficace… mais je redoute vraiment l’élimination totale.

 

Et puis, s’il est une autre chose que ces deux parties ont amplement démontré, c’est que quatre vaisseaux, généralement, c’est mieux que trois.

 

Eh.

 

Bref : je ne sais pas ce que je vais faire de tout ça.

 

Mais food for thought, assurément…

 

À défaut d’autre chose.

Commenter cet article